Les émissions

15 nov. 2024

Proverbes 21.1-22

Chapitre 21

Introduction

Une vieille bande dessinée assez drôle raconte l’histoire du vizir Isnogood, un mot dont le son en anglais signifie « bon à rien ». La seconde caractéristique de ce vizir est qu’il veut devenir calife à la place du calife en place, un comportement prévisible est très ordinaire de la part de n’importe quel tyran. Cyrus II le Grand, comme tant d’autres avant lui, veut créer sa propre dynastie. Pour réaliser ce projet, il décide d’avaler tout le Proche et Moyen Orient. Fin stratège, il réussit et fonde l’Empire perse. Très fier de lui, il tombe des nues le jour où il découvre que bien avant qu’il ne vienne au monde, l’Éternel avait décidé qu’il serait victorieux sur tous ses ennemis. En effet, le prophète Ésaïe écrit :

Ainsi dit l’Éternel à son oint, à Cyrus, qu’il a pris par la main pour abaisser les nations devant lui et désarmer les rois, pour ouvrir devant lui les deux battants afin qu’aucune porte ne lui reste fermée. Pour que tu saches que c’est moi, l’Éternel, moi qui t’appelle par ton nom. Je t’ai donné un rang d’honneur ; je t’ai doté de force sans que tu me connaisses, afin que du soleil levant jusqu’au soleil couchant, tout homme sache que tout, sauf moi, n’est que néant, que je suis l’Éternel et qu’il n’y en a aucun autre (Ésaïe 45.1-7).

Avant Cyrus, le pharaon (Exode 10.1-2), les rois assyrien, mède, babylonien (Tiglatpiléser 1er, Ésaïe 10.5 ; Nabuchodonosor, Daniel 4.28-32), et plus tard, l’un de ses successeurs perses (Artaxerxès, Esdras 6.22), ainsi qu’Alexandre le Grand découvrent eux aussi que c’est le Dieu du ciel qui dans sa souveraineté décide tout d’avance. Le prophète Daniel écrit :

Devant l’Éternel, tous les habitants de la terre ne comptent pour rien, il agit comme il l’entend envers l’armée des êtres célestes et envers les habitants de la terre. Personne ne peut s’opposer à ses interventions ou lui dire : “ Que fais-tu là ? ” (Daniel 4.32).

Verset 1

Je commence maintenant à lire le chapitre 21 du livre des Proverbes.

Le cœur du roi est comme un cours d’eau entre les mains de l’Éternel : il le dirige à son gré (Proverbes 21.1).

Cette sentence ne fait que confirmer d’autres comme par exemple :

Un homme forme de nombreux projets, mais c’est le dessein de l’Éternel qui se réalise (Proverbes 19.21 ; comparez Proverbes 16.1, 9 ; 20.24).

Par un système d’arrosage sophistiqué, les grands propriétaires terriens arrosent leurs cultures au moyen de vannes qui contrôlent des canaux. Pareillement, Dieu dirige tous les hommes. Même ceux qui croient être les maîtres de leur destinée sont entre ses mains pour exécuter ce qu’il a décrété.

Verset 2

Je continue.

Un homme croit que tout ce qu’il fait est juste, mais c’est l’Éternel qui apprécie les motivations (Proverbes 21.2; Comparez Proverbes 16.2 ; 17.3).

 

Le cœur de l’homme est tellement tortueux (Jérémie 17.9), que pour lui, mentir aux autres et à soi-même est un comportement naturel et spontané. Si je me compare à mes voisins libertins et paillards, je me considère d’une moralité exemplaire, mais l’apparence est trompeuse comme les bijoux de pacotille qui brillent bien que ce soit du toc. Dans le premier livre de Samuel, l’Éternel dit à son juge-prophète :

L’homme ne voit que ce qui frappe les yeux, mais l’Éternel regarde au cœur (1Samuel 16.7).

Verset 3

Je continue le texte.

Lorsqu’un homme fait ce qui est juste et droit, cela plaît à l’Éternel, plus que s’il lui offrait des sacrifices (Proverbes 21.3; Comparez Proverbes 16.6).

Cette déclaration va dans le même sens que l’enseignement des prophètes et de Jésus (1Samuel 15.22 ; Ésaïe 1.11-19 ; Osée 6.6 ; Michée 6.6-8 ; Matthieu 9.13 ; 12.7), mais elle revêt une signification toute spéciale dans la bouche du roi Salomon, qui, suite à la construction du Temple, a offert des sacrifices si nombreux qu’on ne pouvait pas les compter tellement il y en avait (1Rois 8.5).

Au regard de Dieu, les rites religieux ne possèdent aucune valeur rédemptrice. Au temps de Jésus, les pharisiens religieux observent la Loi à la lettre, mais en réalité, ce sont des serpents à sonnettes. Jésus les a d’ailleurs écorchés vifs en mettant leur orgueil à nu. Matthieu rapporte qu’il leur a dit :

Malheur à vous, spécialistes de la Loi et pharisiens hypocrites ! Vous êtes comme ces tombeaux crépis de blanc qui sont beaux au-dehors, mais à l’intérieur il n’y a qu’ossements de cadavres et pourriture (Matthieu 23.27).

Le croyant qui marche en nouveauté de vie ne s’adonne pas à des rites, mais observe un code de bonne conduite qui est conforme à l’enseignement des Écritures. Dans son épître, l’apôtre Jacques écrit :

La foi sans les bonnes œuvres est morte (Jacques 2.17).

Verset 4

Je continue le texte.

Des regards hautains et un cœur qui s’enfle, ce champ défriché des méchants n’est que péché (Proverbes 21.4).

Quand on voit un agriculteur en train de labourer sa parcelle de terre, on se dit : « Voilà un homme qui travaille dur et qui mérite son salaire ». Mais dans ce proverbe, les impies cultivent l’orgueil qui n’est que péché et ils feront une triste récolte. Les hommes malfaisants sont motivés par leur cœur arrogant. Or, l’orgueil est aussi à la racine de la propre justice. Parlant des Juifs, l’apôtre Paul écrit aux Romains :

Frères, je souhaite de tout cœur que les Israélites soient sauvés, et c’est ce que je demande instamment à Dieu dans mes prières. Car je leur rends ce témoignage : ils ont un zèle ardent pour Dieu, mais il leur manque le discernement. En méconnaissant la manière dont Dieu déclare les hommes justes et en cherchant à être déclarés justes par leurs propres moyens, ils ne se sont pas soumis à Dieu en acceptant le moyen par lequel il nous déclare justes (Romains 10.1-3).

Versets 5-6

Je continue de lire dans le chapitre 21 des Proverbes.

Les projets d’un homme actif sont profitables, mais agir avec précipitation, c’est courir vers le dénuement. S’enrichir par le mensonge, c’est un souffle qui s’évanouit, c’est chercher la mort (Proverbes 21.5-6).

En soi, les richesses ne sont pas mauvaises mais elles ne font pas partie des biens de première nécessité.

Un voyageur s’est perdu dans le désert et meurt de soif, quand soudain il aperçoit un gros paquet sans doute tombé d’une caravane. Il se précipite, mais dès qu’il a ouvert le paquet, il hurle sa déception et dit : « Ce ne sont que des lingots d’or. ». Bien que dorénavant immensément riche, il va mourir de soif.

Dans l’ordre naturel des choses, l’homme diligent finit par posséder un patrimoine conséquent. Mais celui qui est obsédé par l’idée fixe de faire fortune le plus rapidement possible, prend trop de risques ou utilise des moyens malhonnêtes. Or, amasser des biens injustes en trompant son prochain, c’est entrer en possession d’une vapeur qui ne manquera pas de disparaître et parfois, c’est aussi risquer la mort. D’ailleurs dans la sagesse populaire, nous avons le dicton : « bien mal acquis ne profite jamais ».

Verset 7

Je continue les Proverbes.

Parce qu’ils n’ont pas voulu faire ce qui est droit, les méchants sont emportés par la violence (Proverbes 21.7).

Ceux qui vivent de rapine en deviennent eux-mêmes la victime. Jésus a dit :

Tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée (Matthieu 26.52 ; comparez aussi Proverbes 1.18).

Verset 8

Je continue le texte.

La conduite coupable est tortueuse, mais l’homme intègre agit avec droiture (Proverbes 21.8; Comparez Proverbes 20.11).

 

Pour arriver à ses fins criminelles et échapper à leurs conséquences, le malfaiteur est obligé de suivre des voies détournées. La façon de vivre de quelqu’un exprime ce qu’il est, s’il a bon ou mauvais fond.

Versets 9, 19

Versets 9, 19

Je continue avec deux sentences similaires.

Mieux vaut habiter dans un coin sur un toit en terrasse que de faire maison commune avec une femme querelleuse. Mieux vaut habiter dans un pays désertique qu’avec une femme querelleuse et irritable (Proverbes 21.9, 19).

Un plaisantin a dit que Salomon parle ici de l’homme qui ne sait pas ce qu’est le vrai bonheur jusqu’au jour où il se marie, mais alors c’est trop tard. D’après ces proverbes, tous les dangers qu’un homme peut courir au bord d’un toit plat balayé par vents et tempêtes, et toutes les souffrances qu’il peut endurer en plein désert, ne sont pas comparables à la misère permanente que provoque une personne acariâtre (Proverbes 19.13 ; 25.24 ; 27.15-16). Il existe plusieurs exemples de femmes de ce genre dans les Écritures. Mikal, fille cadette du roi Saül, est mariée à David. Quand ce dernier ramène à Jérusalem le coffre sacré que les ennemis d’Israël avaient dérobé, David est saisi d’un saint enthousiasme et danse de joie devant le Seigneur. Mais ce spectacle choque Mikal qui se moque alors amèrement de son mari en lui reprochant une attitude qu’elle considère avilissante (2Samuel 6.14-23). Il n’est pas rare que la famille d’un croyant ait honte de lui, mais le plus tragique est quand le conjoint du croyant est contrarié et a honte de lui.

Verset 10

Je continue le texte.

Le méchant aspire à faire du mal ; même son ami ne trouve pas grâce à ses yeux (Proverbes 21.10).

L’homme qui ne fait que le mal s’enferme dans une fosse à purin, et finit par perdre tout sentiment d’affection et de bienveillance à l’égard de son prochain (Proverbes 4.16).

Verset 11

Je continue.

Quand le châtiment atteint le moqueur, même le stupide en devient sage, et quand on instruit le sage, il acquiert de la connaissance (Proverbes 21.11).

Cette maxime a déjà été dite (Proverbes 19.25). C’est peine perdue que de corriger celui qui n’a que dédain et sarcasmes pour les autres. Par contre, la punition est bénéfique au naïf qui est moralement ignorant. Quant au sage, un simple avertissement suffit pour le rendre encore un peu plus sage.

Verset 12

Je continue avec une sentence très difficile à comprendre et à traduire.

Le Juste par excellence est attentif à ce qui se passe dans la demeure des méchants, et il les précipite dans le malheur (Proverbes 21.12).

« Le juste » fait probablement référence à l’Éternel. Cette manière mystérieuse et solennelle de l’appeler ainsi a pour but de souligner le principe de la rétribution immédiate, c’est à dire et comme l’écrit l’apôtre Paul aux Galates : « Ce qu’un homme aura semé, il le récoltera aussi (Galates 6.7) ».

Verset 13

Je continue.

Celui qui fait la sourde oreille quand le malheureux appelle à l’aide, appellera lui-même à l’aide sans obtenir de réponse (Proverbes 21.13).

Cette sentence, comme d’autres similaires (Proverbes 14.31 ; 17.5 ; 19.17 ; 22.9 ; 28.27), montre que Dieu se préoccupe des indigents et que celui qui leur vient en aide accomplit un acte de justice qui sera récompensé. Matthieu rapporte que Jésus a dit :

Heureux ceux qui témoignent de la bonté, car Dieu sera bon pour eux (Matthieu 5.7).

Verset 14

Je continue.

Un cadeau offert en secret apaise la colère, et un pot-de-vin glissé en cachette calme la plus violente fureur (Proverbes 21.14; Comparez Proverbes 17.8 ; 18.16 ; 19.6).

 

Ce cadeau ne sert pas à graisser la patte d’un fonctionnaire corrompu (Proverbes 17.23), mais c’est une marque de générosité et d’affection faite discrètement et au bon moment.

Après avoir grossièrement trompé son frère Ésaü afin de s’emparer de son droit d’aînesse, Jacob doit s’enfuir précipitamment pour sauver sa peau (Genèse 25.29-34 ; 27.1-28.2) et vivre en exil pendant 20 ans. Mais le jour vient où il doit faire face à son frère et essayer de recoller les morceaux. Alors, pour amadouer Ésaü, il se fait précéder par de nombreux présents (Genèse 33.1-17). Mais ce dernier n’en a pas besoin, car Dieu l’a abondamment béni ; cependant, il apprécie le geste et les deux frères se réconcilient. S’il n’y a aucun mal à faire des cadeaux, certaines conduites comme le pardon doivent être gratuites et ne pas nécessiter de stratégies complexes ou coûteuses.

Verset 15

Je continue de lire dans le chapitre 21.

C’est une joie pour le juste d’agir selon le droit, mais c’est un supplice pour ceux qui font le mal (Proverbes 21.15).

Pour l’insensé, commettre un crime est un jeu d’enfant (Proverbes 10.23 ; 15.21). Par contre, la pratique de ce qui est bien lui répugne. Ceux qui ont un fond mauvais ne peuvent pas être réhabilités par des moyens humains, que ce soit le pénitencier ou les travaux forcés. Seule la Parole de Dieu a le pouvoir de métamorphoser un cœur voué au mal.

Verset 16

Je continue.

L’homme qui s’écarte du chemin tracé par le bon sens ira bientôt reposer en compagnie des trépassés (Proverbes 21.16).

Le maître a déjà dit que la folie conduit à la mort (Proverbes 5.5 ; 8.36). Ce passage comme d’autres (Proverbes 14.32 ; 15.24) fait partie du cheminement des croyants de l’Ancienne Alliance qui par la foi comprennent qu’après la mort, un sort différent attend les justes et les impies.

Verset 17

Je continue.

Celui qui aime les plaisirs tombera dans l’indigence, celui qui a un faible pour le vin et la grande vie ne sera jamais riche (Proverbes 21.17).

À cette époque, les convives s’enduisent d’huiles précieuses et très onéreuses avant d’aller faire la fête (Proverbes 27.9 ; Amos 6.6 ; Psaumes 23.5 ; 45.8). Mais à moins de s’appeler Crésus, un tel luxe vous met vite sur la paille. Cette maxime ne plaide pas en faveur d’une vie austère, mais est dirigée contre des extravagances répétées.

Notre société contemporaine a élevé les sportifs, acteurs, chanteurs et fantaisistes au rang de vaches sacrées devant lesquelles le public est en adoration. On a oublié que jadis, celui qui est chargé de distraire le souverain et ses courtisans s’appelle « le fou du roi. »

Un boute-en-train sur son lit de mort reçoit la visite de ses amis qui espèrent entendre une dernière fois une de ces boutades dont il a le secret. Mais le pauvre homme est terrorisé et d’une voix rauque angoissée, il leur dit : « Je n’ai pas envie de rire parce que j’ai commencé à subir le châtiment. »

Aujourd’hui, ceux qui sans le moindre scrupule se donnent en spectacle sur nos écrans méritent le qualificatif de « fou du diable » parce qu’il ne fait pas de doute qu’ils lui ont voué leur âme pour le succès, l’argent et la célébrité.

Verset 18

Je continue le texte.

Le méchant servira de rançon pour le juste et le traître pour les hommes droits (Proverbes 21.18; Comparez Proverbes 11.8).

Selon le gouvernement moral de Dieu, sa justice exige le châtiment du coupable. Mais il arrive parfois qu’un malfaiteur attire sur lui la colère de Dieu et devienne une sorte de bouc émissaire pour ceux qui par comparaison sont justes. Par le biais du prophète Ésaïe, l’Éternel a dit à Israël :

Je suis ton Dieu, ton Sauveur. Je donnerai l’Égypte comme rançon pour toi, l’Éthiopie et Séba en échange de toi (Ésaïe 43.3).

Ici-bas, les notions de juste et d’injuste ont une valeur toute relative, car en réalité, personne n’est véritablement juste devant Dieu sauf le Christ qui par grâce a été fait péché pour nous et est devenu pour les croyants leur rançon pour l’éternité.

Verset 20

Je continue le texte.

Dans la demeure de l’homme sage, on trouve de précieux trésors et des réserves d’huile, mais l’insensé dilapide ce qu’il a (Proverbes 21.20).

Comme je l’ai déjà dit (Proverbes 21.17), l’huile aromatisée est une substance particulièrement onéreuse que seuls les gens riches peuvent s’offrir, et elle était conservée avec les autres objets précieux. Dans le livre d’Ésaïe, on lit :

Le roi Ézéchias se sentit flatté de la venue des envoyés et leur fit visiter le bâtiment où l’on conservait les objets précieux, l’argent et l’or, les aromates et les huiles parfumées (Ésaïe 39.2).

Les gens avisés prévoient les jours de pénuries en stockant des provisions comme la fourmi proverbiale qui engrange de la nourriture pour l’hiver (Proverbes 6.6-8). Dans notre contexte actuel, ils mettent de l’argent de côté en vue des coups durs de la vie. Mais l’insensé qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez vit au jour le jour. Voulant profiter du temps présent, il croque tout ce qu’il possède sur-le-champ. En fait, il existe beaucoup de gens qui vivent ainsi. Dès qu’ils touchent leur paie, ils font des achats extravagants et à partir du 15 du mois ils commencent à tirer la langue, et le 25 ils n’ont plus rien et doivent demander une avance à leur patron pour joindre les deux bouts. Quand je vais dans un grand magasin ou au marché en début de mois, c’est noir de monde et l’attente aux caisses n’en finit plus. Mais trois semaines plus tard, toutes les allées sont clairsemées.

Verset 21

Je continue le texte.

Celui qui cherche à être juste et bon trouvera la vie, il sera traité avec justice et honoré (Proverbes 21.21).

La justice consiste à être désintéressé et agir avec droiture. La bonté c’est éprouver de l’empathie et aider ceux qui sont visiblement dans le besoin.

Le maître a déjà dit que la justice personnelle et la bonté ont pour résultat la vie (Proverbes 3.18, 22 ; 4.13, 22 ; 8.35), la prospérité (Proverbes 3.2, 16 ; 8.18 ; 13.21 ; 15.6 ; 28.25) et l’honneur (Proverbes 3.16, 35 ; 4.8 ; 8.18). Plus loin, ces trois bénédictions sont énoncées ensemble dans la maxime :

Sois humble et révère l’Éternel, tu seras riche et honoré, et tu recevras la vie (Proverbes 22.4).

Ce proverbe est tout à fait conforme à l’enseignement de Jésus qui a dit :

Faites donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus (Matthieu 6.33).

Verset 22

Je continue le texte.

Le sage attaque la cité défendue par de vaillants guerriers et fait tomber le rempart dans lequel elle mettait sa confiance (Proverbes 21.22).

Dans le livre de l’Ecclésiaste, Salomon écrit :

Je dis, moi, que la sagesse vaut mieux que la force (Ecclésiaste 9.16 ; comparez Proverbes 24.5).

En temps de guerre, la sagesse l’emporte sur la force brutale. Un grand bâtisseur peut construire une forteresse qui semble tout à fait imprenable, mais un jour, quelqu’un de rusé trouvera son point faible, son talon d’Achille. L’ancienne cité de Babylone était entourée d’une muraille imposante et le Palais-Royal à l’intérieur aussi. Le roi Balthasar s’y sent donc en parfaite sécurité et y fait une bringue à tout casser tandis que les Perses encerclent sa capitale. Or, comme la ville est traversée par un bras du fleuve Euphrate, au lieu d’attaquer ses murailles, les Perses ont tout simplement creusé et dévié le cours d’eau. Ensuite, ils sont entrés dans Babylone comme dans un moulin ou presque en passant sous les murailles par le lit asséché.

Ce proverbe est aussi une parabole qui peut être appliquée aux combats qui se livrent sur le champ de bataille de l’âme. Là aussi, la sagesse peut renverser les forteresses spirituelles (2Corinthiens 10.4).

 

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

janv. 27 2023

Émission du jour | Nombres 31.1 – 35.8

Victoire sur Madian - Partage du Pays

Nos partenaires