Chapitre 23

Introduction

Le malheur fait partie intégrante de la vie humaine, c’est pour cela qu’il existe tant de dictons populaires à ce sujet. On dit par exemple que le malheur n’épargne personne, mais ne dure pas toujours. Pourtant, il est une malédiction qui durera pour l’éternité, et Jésus l’a prononcée sur les religieux de son temps.

Versets 29-31

Je continue à lire dans le chapitre 23 de Matthieu.

Malheur à vous, spécialistes de la Loi et pharisiens hypocrites ! Vous édifiez de somptueux tombeaux aux prophètes, vous ornez ceux des justes. Vous dites : Si nous avions vécu du temps de nos ancêtres, nous ne nous serions pas associés à eux pour tuer les prophètes. En disant cela, vous attestez vous-mêmes que vous êtes bien les descendants de ceux qui ont fait périr les prophètes (Matthieu 23.29-31).

Par leur hostilité à Jésus, par leurs fausses accusations et en complotant sa mort, les religieux prouvaient qu’ils possédaient le même esprit meurtrier que leurs ancêtres qui avaient versé le sang des prophètes. Ils étaient par là leurs enfants spirituels.

Verset 32

Je continue.

Eh bien, ce que vos pères ont commencé, portez-le à son comble ! (Matthieu 23.32).

Cette invitation ironique à poursuivre une besogne meurtrière, les religieux vont la mettre à exécution en engageant le pouvoir de Rome pour exécuter le Messie et ensuite persécuter ses disciples.

Versets 33-36

Je continue.

Serpents, race de vipères ! Comment pouvez-vous penser que vous éviterez le châtiment de l’enfer ? En effet, je vais vous envoyer des prophètes, des sages et des spécialistes de l’Écriture : vous allez tuer ou crucifier les uns, fouetter les autres dans vos synagogues, et les persécuter d’une ville à l’autre, pour que retombe sur vous le châtiment qu’appelle le meurtre de tous les innocents, depuis celui d’Abel, le juste, jusqu’à celui de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassiné entre le Temple et l’autel du sacrifice. Oui, vraiment, je vous l’assure : le châtiment mérité par tous ces meurtres retombera sur les hommes de cette génération (Matthieu 23.33-36).

Jésus est d’autant plus brutal dans sa dénonciation que de l’endroit du temple où il parlait, on voyait distinctement les sépulcres blanchis des prophètes, dont celui de Zacharie qui est mort poignardé. Il affirme clairement que Dieu jugera la nation d’Israël et les religieux pour avoir fait mourir les justes. Il prophétise à nouveau la destruction de Jérusalem, qui aura lieu en l’an 70. Mais cette pensée lui fait mal.

Verset 37

Je continue.

— Ah, Jérusalem ! Jérusalem ! toi qui fais mourir les prophètes et qui tues à coups de pierres ceux que Dieu t’envoie ! Combien de fois j’ai voulu rassembler tes habitants auprès de moi comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes ! Mais vous ne l’avez pas voulu ! (Matthieu 23.37).

Jésus fait état d’une intense émotion. Dans l’Ancien Testament, c’est l’Éternel qui parlait de cette manière.

Versets 38-39

Je finis ce chapitre.

Maintenant, votre maison sera abandonnée et restera déserte. En effet, je vous le déclare : Désormais, vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient de la part du Seigneur ! (Matthieu 23.38-39).

La maison déserte est le temple qui sera détruit. Jésus en a fini de maudire les responsables du peuple coupables de l’égarer et de s’opposer sans cesse à son message. Au rythme de multiples Malheur à vous !, il leur reproche surtout l’hypocrisie, un zèle meurtrier, une conduite qui dément leur foi, déshonore Dieu, et privilégie le rite au détriment de l’amour d’autrui. Cette censure se termine quand même sur une note d’espérance puisque lors de la seconde venue du Christ, il sera ardemment attendu par le peuple de Jérusalem et célébré comme roi.

Chapitre 24

Versets 1-2

Nous arrivons au chapitre 24 de Matthieu qui commence avec le discours sur le mont des Oliviers. Après le Sermon sur la Montagne qui était la charte du royaume, puis les paraboles, vient maintenant le troisième et dernier grand enseignement de Jésus. Il va révéler ce qui arrivera durant la période intérimaire avant son retour. Il va également préciser ce qu’Il attend de ses disciples. Ce long passage concernant l’avenir n’est pas donné pour satisfaire la curiosité des croyants, mais afin de les préparer à affronter les temps difficiles que Jésus prédit. Son mot d’ordre est : Tenez-vous prêts. Je commence à lire.

Là-dessus, Jésus quitta la cour du Temple. Tandis qu’il s’éloignait, ses disciples s’approchèrent pour lui faire remarquer l’architecture du Temple. Alors il leur dit : — Oui, regardez bien tout cela ! Vraiment, je vous l’assure : tout sera démoli : il ne restera pas une pierre sur une autre (Matthieu 24.1-2).

Jésus annonce à nouveau la destruction du temple d’Hérode qui était encore en construction. Ce complexe imposant de plusieurs bâtiments avec des pierres massives en marbre blanc et ses finitions en or battu était une des grandes merveilles de l’époque. Mais le général romain Titus le fera complètement raser. D’autres grands temples sont aujourd’hui en ruines comme le Parthénon, l’Acropole, les temples de Karnak, Louxor, et Baalbec, mais on discerne encore leur splendeur passée. Par contre, le temple juif a entièrement disparu pour être remplacé par une mosquée.

Verset 3

Je continue le texte.

Comme il était assis sur le mont des Oliviers, ses disciples s’approchèrent, le prirent à part, et lui demandèrent : Dis-nous quand cela se produira et quel signe annoncera ta venue et la fin du monde (Matthieu 24.3).

Les disciples veulent savoir quand ce grand malheur arrivera et comment ils sauront que leur Maître est sur le point de revenir pour instaurer Son règne. Jésus va répondre à leur première question concernant le temple, mais Matthieu a choisi de ne pas en informer ses lecteurs, parce qu’il se concentre sur le royaume et le roi, et non sur ce qui va se passer durant la période intérimaire précédant son retour. Concernant la destruction du temple et de Jérusalem, l’Évangile de Luc donne les détails suivants :

Quand vous verrez des armées ennemies encercler Jérusalem, sachez que sa destruction est imminente. Alors, que les habitants de la Judée s’enfuient dans les montagnes. Que ceux qui se trouveront dans Jérusalem s’empressent d’en sortir. Que ceux qui seront dans les champs ne rentrent pas dans la ville ! Ces jours-là, en effet, seront des jours de châtiment où tout ce que disent les Écritures s’accomplira. Malheur, en ces jours-là, aux femmes enceintes et à celles qui allaitent ! Car ce pays connaîtra une terrible épreuve et le jugement s’abattra sur ce peuple. Ses habitants seront passés au fil de l’épée ou déportés dans tous les pays étrangers, et Jérusalem sera occupée par les païens jusqu’à ce que le temps de leur domination soit révolu (Luc 21.20-24).

Les Romains firent subir à Jérusalem la pire destruction de son histoire. Matthieu rapporte ce que seront les circonstances précédant le retour du Messie-roi.

Versets 4-7

Je continue le texte :

Jésus leur répondit : — Faites bien attention que personne ne vous induise en erreur. Car plusieurs viendront en mon nom disant : « Je suis le Messie », et ils tromperont beaucoup de gens. Vous entendrez parler de guerres et de menaces de guerres. Attention ! ne vous laissez pas troubler par ces nouvelles, car cela doit arriver, mais ce ne sera pas encore la fin. En effet, on verra se dresser une nation contre une nation, un royaume contre un autre ; il y aura des famines et des tremblements de terre en divers lieux (Matthieu 24.4-7).

Le temps dans lequel nous vivons actuellement prendra fin après une longue période de guerres et de catastrophes naturelles. Le sachant, les croyants ne seront pas surpris par ces événements terribles ou la tromperie de ceux qui se prétendront le Messie. Notre période est caractérisée par la multiplication de mouvements et de gurus se réclamant de Dieu, mais qui en réalité ne sont que des contrefaçons plus ou moins bien faites. Dieu n’a pas donné à l’homme l’option de croire en rien, par contre il peut choisir l’objet de sa foi. Celui qui refuse le Christ sera forcément séduit par une fausse idéologie.

 

La liste de malheurs que mentionne Jésus n’est pas spécifique à la fin des temps, mais concerne toute la période intérimaire depuis son départ jusqu’à son retour pour régner. Ces prédictions vont à contre-courant du message optimiste que nous entendons de la part des humanistes qui tentent de propager l’idée que grâce au progrès, en particulier dans les sciences et techniques, notre monde actuel ne cesse de s’améliorer et finira par établir le ciel sur la terre. Le Nouveau Testament et Jésus nous mettent en garde contre ce faux espoir. Je cite un passage :

Mais les hommes méchants et les charlatans s’enfonceront de plus en plus dans le mal, trompant les autres, et trompés eux-mêmes (2Timothée 3.13).

Il y aura toujours des clowns et des assoiffés de sang aux commandes des nations et d’organisations malfaisantes. La Première Guerre mondiale suscita la parution d’ouvrages prédisant la fin du monde. En fait, elle fut suivie d’une grande dépression économique, de la Seconde Guerre mondiale, puis d’un nombre semble-t-il toujours croissant de conflits de tous ordres. Ça n’en finit jamais et il en sera ainsi jusqu’au retour du Seigneur. Il n’y aura pas de paix avant que Jésus, le Prince de la paix, ne revienne.

Verset 8

Je continue le texte.

Mais ce ne seront que les premières douleurs de l’enfantement (Matthieu 24.8).

Cette expression désigne les signes avant-coureurs de la venue du Messie. Jusqu’à ce verset, nous sommes dans la période de l’Église, celle que nous vivons depuis 2 000 ans. À partir d’ici, nous abordons l’avant-dernière ligne droite pour ainsi dire, avant la fin. Les événements que Jésus va décrire s’étendent sur une période de 7 ans répartie en deux fois trois années et demie. La première phase se nomme la tribulation et se termine par ce que les Écritures appellent l’abominable profanation. Ensuite vient la deuxième phase qui s’appelle la grande tribulation. Tout ça est en fait très complexe. Pour avoir une vue d’ensemble de la fin des temps, il faut aussi se servir de l’Évangile de Luc, des écrits du prophète Daniel et du livre de l’Apocalypse, car tous les événements sont imbriqués les uns dans les autres.

Verset 9

Je continue le texte de Matthieu qui parle de la première phase.

Alors on vous persécutera et l’on vous mettra à mort. Toutes les nations vous haïront à cause de moi (Matthieu 24.9).

Juifs et chrétiens ont toujours été persécutés. Mais ici, ce sera pire que tout, une grande battue d’envergure mondiale, un peu comme une St-Barthélémy perpétuelle. La chasse aux Juifs et aux chrétiens sera ouverte 24 h sur 24 et 7 jours sur 7.

Verset 10

Je continue.

À cause de cela, beaucoup abandonneront la foi, ils se trahiront et se haïront les uns les autres (Matthieu 24.10).

Le feu révèle la véritable qualité du matériau, si c’est du vrai ou du toc. Tous ceux qui ne seront pas de vrais disciples du Christ abandonneront leur semblant de foi.

Versets 11-12

Je continue.

De nombreux faux prophètes surgiront et ils tromperont beaucoup de gens. Parce que le mal ne cessera de croître, l’amour du plus grand nombre se refroidira (Matthieu 24.11-12).

Ça ne va pas être gai ici-bas : cette période sera caractérisée par de faux gurus et une indifférence complète vis-à-vis de ceux qui souffrent. Juifs et chrétiens seront alors persécutés, comme jamais ils ne l’ont été. Mais ils ne pourront compter sur personne pour les aider ou les cacher comme c’était le cas pendant la Deuxième Guerre mondiale. Je continue. Mais celui qui tiendra bon jusqu’au bout sera sauvé. Une persévérance à toute épreuve caractérise ceux dont la foi est réelle, car ils recevront une puissance surnaturelle qui leur permettra de tenir le coup jusqu’au bout. Selon le livre de l’Apocalypse, Dieu mettra un sceau sur ceux qui lui appartiennent et les préservera jusqu’à la fin. Le bon berger mènera toutes ses brebis dans sa bergerie envers et contre tout. S’il commence avec 100, il finit avec cent ; le Seigneur n’en perd aucune en route.

Cependant, on ne peut jamais savoir avec certitude qui est brebis et qui est pourceau, un faux croyant. On trouve malheureusement des brebis dans les porcheries de ce monde, mais tôt ou tard, comme l’enfant prodigue, elles retournent dans la bergerie. Parallèlement, il y a beaucoup de pourceaux dans des Églises. Mais même si on nettoie un porc au jet, qu’on lui brosse les dents avec du bon dentifrice, qu’on lui mette un joli ruban rose autour du cou comme dans les foires, rien ne peut changer sa vraie nature, tôt ou tard il retournera se vautrer dans la boue. Ces faux croyants sont comme des loups déguisés en agneaux. L’apôtre Pierre a des paroles très dures à leur égard. Je le cite :

Il aurait mieux valu pour eux ne pas connaître le chemin d’une vie juste plutôt que de s’en détourner après l’avoir connu et d’abandonner le saint commandement qui leur avait été transmis. Ils confirment la vérité de ces proverbes : Le chien retourne à ce qu’il a vomi et « La truie à peine lavée se vautre de nouveau dans la boue » (2Pierre 2.22).

Versets 13-14

Je continue le texte de Matthieu.

Cette Bonne Nouvelle du règne de Dieu sera proclamée dans le monde entier pour que tous les peuples en entendent le témoignage. Alors seulement viendra la fin (Matthieu 24.13-14).

Pendant la première phase de la tribulation, l’Évangile du royaume, qui est : Repentez-vous, pleurez sur vos fautes, car le royaume des cieux est proche, sera à nouveau proclamé. Ce fut le message de Jean-Baptiste puis du Christ, qui se présentait alors aux Juifs comme le Fils de David, leur Messie. Après qu’il fut officiellement rejeté par les responsables du peuple, Il s’est adressé à tous comme le Seigneur du ciel et de la terre. Son invitation était alors :

Venez à moi, vous tous qui êtes accablés sous le poids d’un lourd fardeau, et je vous donnerai du repos (Matthieu 11.28).

C’est à ce moment qu’il a introduit le concept de l’Église qui est le royaume intérimaire jusqu’à son retour en gloire à la fin des 7 ans de tribulations. Je reconnais que c’est compliqué, mais en allant pas à pas, nous arriverons au bout. Que ce soit l’Évangile du royaume qui concerne les Juifs, ou la bonne nouvelle du pardon des fautes adressée à tous, le principe directeur est le même. Quiconque veut venir à Dieu doit le faire par la foi et sur la base du sang que Jésus a versé sur la croix. Dans l’Ancien Testament, les croyants regardaient vers le futur, lorsque l’Agneau parfait de Dieu serait immolé pour expier leurs fautes. Ils étaient alors déclarés justes par l’Éternel à crédit sur la base du sacrifice que le Christ accomplirait un jour sur la croix. Déjà, Abel, le fils d’Adam et Ève qui fut assassiné par Caïn, offrit un agneau en sacrifice à Dieu en prévision du Christ qui un jour serait mis à mort. Dans l’Évangile de Jean, il est dit :

Jean-Baptiste aperçut Jésus qui se dirigeait vers lui ; alors il s’écria : — Voici l’Agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde (Jean 1.29).

Aujourd’hui, les croyants regardent par la foi vers ce qui s’est passé il y a 2 000 ans lorsque Jésus, l’Agneau parfait de Dieu fut crucifié. Du point de vue divin, le point central de l’histoire de l’humanité c’est la croix. Quand tous les hommes auront eu l’occasion d’entendre la bonne nouvelle du pardon gratuit offert en la personne du Christ, alors le Messie reviendra dans Sa gloire pour instaurer son règne de 1 000 ans sur la terre.

Verset 15

Je continue le texte de Matthieu.

— Quand donc vous verrez l’abominable profanation annoncée par le prophète Daniel s’établir dans le lieu saint, que celui qui lit comprenne (Matthieu 24.15).

Le prophète Daniel parle de cet événement à trois reprises. Je lis un passage :

Certaines de ses troupes prendront position sur son ordre, elles profaneront le sanctuaire et la citadelle, feront cesser le sacrifice perpétuel et installeront la profanation abominable (Daniel 11.31).

C’est Antiochus Épiphane, originaire de Syrie, qui en l’an 168 av. J-C fit exécuter cent mille Juifs, fit cesser les sacrifices dans le temple et à leur place égorgea des pourceaux pour adorer une image de Jupiter qu’il avait dressée dans le lieu Saint du temple. Cet homme est le précurseur d’un despote bien plus redoutable que les Écritures appellent l’Antéchrist prophétisé par Daniel. Je lis le passage :

Il fera avec beaucoup une solide alliance d’une semaine, et durant la moitié de la semaine, il fera cesser le sacrifice et l’offrande ; Le dévastateur ira à l’extrême des abominations (Daniel 9.27).

Ce personnage sinistre conclura avec Israël une alliance d’une semaine d’années, 7 ans, mais la rompra au bout de 3 ans et demi. Dans le Nouveau Testament, l’apôtre Paul écrit :

L’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qui porte le nom de dieu, et de tout ce qui est l’objet d’une vénération religieuse. Il ira jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu en se proclamant lui-même dieu (2Thessaloniciens 2.4).

Non, les choses ne vont pas continuer indéfiniment comme elles sont. Un jour, le rideau tombera et ce sera une guillotine pour tous ceux qui n’auront pas cherché refuge en Jésus.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.