Les émissions

21 nov. 2022

Lévitique 26.1 – 46

Chapitre 26

Introduction

Les traités d’alliance du Proche-Orient ancien avaient deux parties :une petite liste de bienfaits dispensés au vassal s’il était loyal à son suzerain, et une longue liste de malédictions dans le cas contraire. Pareillement, et parallèlement au livre de l’Exode (23.20-33), le chapitre 26 du Lévitique comprend une liste de bénédictions (v. 3-13) si Israël obéit à l’Eternel, et une longue liste de malédictions s’il se rebelle (14-39), ce qui est un mauvais présage, et qui a tourné en catastrophe dans l’histoire du peuple d’Israël.

Ce chapitre 26 est prophétique dans le sens qu’il suppose le peuple établi dans le pays que l’Éternel lui donne et il décrit toute l’histoire d’Israël depuis son arrivée en Palestine jusqu’à son rétablissement définitif en Terre promise quand le Christ viendra pour établir son royaume de 1 000 ans ici-bas. Après le préambule, Dieu dicte les conditions à respecter pour qu’Israël jouisse des bénédictions qu’Il lui a promises. L’Eternel exhorte les Israélites à observer méticuleusement toutes les ordonnances de la Loi qu’Il vient de donner, et décrit le bonheur garanti qui en résulte. La seconde section du chapitre accumule les malheurs dont l’exil et la diaspora qu’Israël subira s’il se détourne de son Dieu d’alliance. Enfin, dans la toute dernière partie du chapitre, l’Éternel assure le peuple de sa bienveillance et de sa miséricorde; il est toujours prêt à lui pardonner et à lui ouvrir tout grand les bras s’il se repent et revient à lui.

C’est ce même Dieu de grâce qui règne aujourd’hui dans les cieux, et il est prêt à m’accueillir dès que je reconnais ma culpabilité devant Lui. Comme les bénédictions promises à Israël sont conditionnelles, la conjonction si est mentionnée 9 fois tout au long du chapitre. Par ailleurs, 24 fois, Dieu promet d’agir d’une manière ou d’une autre selon l’attitude de son peuple face aux 9 clauses conditionnelles d’alliance qui ponctuent le texte. Les Israélites vont sceller eux-mêmes leur sort selon qu’ils obéissent ou pas à leur Dieu.

Versets 1-2

Je commence à lire le chapitre 26.

Vous ne vous fabriquerez pas d’idoles, vous ne vous dresserez ni statue ni stèle, et vous ne mettrez pas dans votre pays de pierre sculptée avec des figures pour vous prosterner devant elle ; car je suis l’Éternel, votre Dieu. Vous observerez les jours de repos que je vous ai prescrits et vous révérerez mon sanctuaire. Je suis l’Éternel (Lévitique 26.1-2).

Ce passage résume la relation entre l’Israélite et l’Éternel. Les trois conditions sine qua non pour rester dans l’alliance avec Dieu sont : rejet des faux dieux; aucune forme d’idolâtrie n’est tolérée, deuxièmement, respect du sabbat, le jour hebdomadaire de repos, et enfin, respect du tabernacle, la demeure de Dieu, ce qui inclut la célébration d’un culte à l’Éternel.

Versets 3-6

Je continue.

Si vous suivez mes ordonnances, si vous obéissez à mes commandements et si vous les appliquez, je vous donnerai vos pluies en leur saison, la terre livrera ses produits et les vergers donneront leurs fruits. Vous serez encore en train de battre le blé quand viendra le temps de la vendange et celle-ci durera jusqu’aux semailles ; vous mangerez du pain à satiété, et vous habiterez en sécurité dans votre pays. Je ferai régner la paix dans le pays ; quand vous vous coucherez, rien ne viendra troubler votre sommeil. Je ferai disparaître du pays les animaux nuisibles, et l’épée ne traversera pas votre territoire (Lévitique 26.3-6).

Après le sommaire vient le discours avec les détails. En tête des bénédictions est l’eau qui sera en quantité suffisante pour arroser les arbres et obtenir d’abondantes récoltes. En Israël, la première saison des pluies est en automne, d’octobre à décembre. Elle permet d’ameublir le sol avant qu’il soit ensemencé ; la deuxième saison des pluies est au printemps, juste avant la moisson pour faire gonfler le grain et les fruits. Dieu promet que la moisson sera si considérable que le battage du blé continuera jusqu’en septembre et la vendange si productive qu’elle durera jusqu’à la fin octobre. De plus, une grande tranquillité régnera dans le pays; il y aura absence de guerre, de toute mauvaise surprise et même d’une quelconque alerte. Bien sûr cette paix totale dépend des si conditionnels précédemment mentionnés.

Versets 7-9

Je continue.

Vous poursuivrez vos ennemis, et ils succomberont sous votre glaive. Cinq d’entre vous en poursuivront cent, et cent d’entre vous en mettront dix mille en fuite, et vos ennemis tomberont sous les coups de votre épée. Je prendrai soin de vous, je vous rendrai féconds et très nombreux, et je maintiendrai mon alliance avec vous (Lévitique 26.7-9).

Ce passage fait référence en partie à la conquête du pays de Canaan qui se fera par étapes. Si les Israélites respectent l’alliance avec l’Éternel, nul ne les attaquera, mais quand eux décideront de s’approprier de nouveaux territoires, ils n’auront aucune difficulté et feront le vide autour d’eux. Dieu accomplira aussi les promesses de prospérité et de fécondité qu’il a déjà faites aux ancêtres de la nation, à commencer par Abraham (Genèse 15.18; 17.5).

Versets 10-13

Je continue.

Vous pourrez vivre longtemps de la récolte ancienne bien conservée, et vous devrez sortir l’ancienne pour engranger la nouvelle. Je ferai ma demeure au milieu de vous, et jamais je ne vous rejetterai. Je vivrai au milieu de vous : je serai votre Dieu et vous serez mon peuple. Je suis l’Éternel votre Dieu, qui vous ai fait sortir d’Égypte et vous ai libérés de l’esclavage. J’ai brisé les barres de votre joug et je vous ai fait marcher la tête haute (Lévitique 26.10-13).

Si les Israélites respectent l’alliance avec l’Eternel, ils n’épuiseront jamais leurs provisions au point où il leur faudra vendre et exporter ce qui reste des récoltes de l’année précédente pour emmagasiner la nouvelle. L’Éternel promet en plus une bénédiction spirituelle qui couronne les autres; il habitera en personne au milieu de son peuple et lui rappelle ses anciens exploits qui sont une garantie de ses futurs bienfaits.

Alors qu’Israël est en exil à Babylone, un prophète annonce à nouveau toutes ces bénédictions qui se réaliseront dans un futur lointain, lorsque le Christ régnera sur cette terre pendant 1 000 ans. Je lis le passage :

Je les comblerai de bénédictions dans les environs de ma colline. Je ferai tomber la pluie en son temps, ce seront des pluies qui vous apporteront la bénédiction. Les arbres dans les champs donneront leurs fruits et la terre produira ses récoltes ; ils vivront en toute sécurité dans leur propre pays, et ils reconnaîtront que je suis l’Éternel, quand j’aurai brisé les barres de leur joug et que je les aurai délivrées de ceux qui les asservissent (Ézéchiel 34.26-27).

Versets 14-17

Je continue le texte.

Mais si vous ne m’écoutez pas, et si vous n’appliquez pas tous ces commandements, si vous méprisez mes ordonnances et si vous rejetez mes lois, pour ne plus appliquer tous mes commandements et pour violer mon alliance, voici comment j’agirai envers vous : j’interviendrai pour vous plonger dans l’épouvante et vous envoyer le dépérissement et la fièvre qui terniront votre regard et épuiseront votre vie. Vous répandrez en vain vos semences, car vos ennemis s’empareront de vos récoltes. Je me retournerai contre vous : vous serez battus par vos ennemis ; ceux qui vous haïssent domineront sur vous ; vous fuirez même sans que personne ne vous poursuive (Lévitique 26.14-17).

Le tableau précédent est relativement court parce que l’obéissance conduit directement au bonheur. Ce paragraphe-ci est nettement plus long parce que l’infidélité comprend plusieurs niveaux et engendre progressivement des châtiments de plus en plus sévères. Nous arrivons maintenant aux 3 « si » de rupture de contrat ; il s’agit du refus d’écouter, du refus d’obéir, et enfin, le mépris des ordonnances de la loi. Alors vient le premier degré du jugement : c’est l’épouvante causée par la maladie et des défaites militaire, des invasions passagères, des batailles perdues, jusqu’à être assujetti a un ennemi. Ces malheurs ont fondé maintes fois dans la triste et sordide histoire d’Israël. Je cite deux passages :

Vous sèmerez sans pouvoir moissonner ; vous presserez l’olive, mais sans vous frotter d’huile ; vous foulerez les grappes, sans en boire le vin. Alors l’Éternel se mit en colère contre les Israélites et il les abandonna aux violences de pillards qui les dépouillèrent ; il les livra au pouvoir de leurs ennemis d’alentour, de sorte qu’ils ne furent plus capables de leur résister. Chaque fois qu’ils entreprenaient une campagne, l’Éternel intervenait contre eux pour leur malheur, comme il le leur avait déclaré, et même annoncé par serment. Ainsi ils furent réduits à la plus grande détresse (Michée 6.15 ; Juges 2.15).

Versets 18-20

Je continue le texte.

Si malgré cela vous ne m’écoutez pas encore, je vous infligerai, pour vos péchés, une correction sept fois plus grande. Je briserai la force dont vous vous enorgueillissez ; je rendrai le ciel au-dessus de vous dur comme du fer, et votre terre comme du bronze. Vous épuiserez vos forces en vains efforts ; vos terres ne produiront plus rien et les vergers ne porteront plus de fruit (Lévitique 26.18-20).

C’est la seconde série de menaces. Les Israélites perdront leur sujet d’orgueil, la fertilité extraordinaire du pays qui fait leur force et sur laquelle ils comptent, disparaîtra.

Versets 21-22

Je continue.

Si vous continuez à me résister en refusant de m’écouter, je vous infligerai sept fois des coups pour vous punir de vos péchés. Je lâcherai contre vous les bêtes sauvages qui vous raviront vos enfants, déchireront vos bêtes et vous réduiront à un petit nombre, en sorte que vos chemins deviendront déserts (Lévitique 26.21-22).

Si au lieu de s’humilier et de se repentir, les Israélites continuent à s’opposer à l’Éternel, ils subiront le troisième degré de jugement. Dans un pays ravagé par les maladies, la guerre et la famine, les animaux sauvages se multiplieront et décimeront les enfants et les troupeaux.

Versets 23-26

Je continue.

Et si, malgré ces châtiments, vous ne vous laissez pas corriger par moi, si vous vous obstinez à me résister, moi aussi, je m’opposerai à vous et je vous frapperai sept fois plus à cause de vos péchés. Je déclencherai des guerres contre vous pour vous punir d’avoir rompu mon alliance. Si vous vous réfugiez dans vos villes fortifiées, je déchaînerai la peste au milieu de vous, et vous serez livrés à la merci de l’ennemi. Je vous couperai les vivres, de sorte que dix femmes pourront cuire tout leur pain disponible dans un seul four et, lorsqu’elles le distribueront par rations pesées, il n’apaisera pas votre faim (Lévitique 26.23-26).

Tout au long de ce passage, les jugements sont ponctués par le chiffre 7 de la plénitude qui souligne la forte ardeur de la colère divine qui se déchaîne sans frein. Cette quatrième menace est marquée par une combinaison de guerres et de maladies qui exterminent la population. C’est aussi ce qu’un prophète a annoncé et qui s’est réalisé. Je le cite :

Un tiers des habitants de la ville mourra de la peste ou périra de faim dans vos murs. Un autre tiers tombera, frappé par l’épée aux alentours de la ville, et le dernier tiers, je le disperserai à tout vent, et je le poursuivrai avec l’épée (Ézéchiel 5.12).

C’est ce qui arriva aux mains de Babylone qui emmena le royaume du sud, Juda, en captivité.

Versets 27-33

Je continue le texte.

Si malgré cela vous ne m’écoutez pas, si vous continuez à me résister, je vous résisterai avec fureur et je vous corrigerai encore sept fois plus à cause de vos péchés. Vous mangerez vos propres enfants. Je dévasterai vos lieux de culte sur les hauteurs, j’abattrai vos stèles vouées au dieu du soleil et j’entasserai vos cadavres sur les cadavres de vos idoles, et je vous rejetterai. Je réduirai vos villes en ruines, je ravagerai vos sanctuaires et j’en ferai des lieux déserts, je ne me laisserai pas apaiser par le parfum de vos sacrifices et de vos offrandes. Je dévasterai moi-même le pays, de sorte que vos ennemis venus l’occuper en seront stupéfaits. Quant à vous, je vous disperserai parmi les nations païennes et je vous poursuivrai avec l’épée, votre pays sera dévasté et vos villes deviendront des monceaux de ruines (Lévitique 26.27-33).

Nous arrivons au dernier degré du châtiment terrible qu’Israël va endurer. Cette parole « je vous résisterai avec fureur » est particulièrement violente en hébreu et fait froid dans le dos, car elle traduit l’exaspération d’un ennemi enragé par une résistance persistante. Ce ne sont plus quelques désolations momentanées, mais la ruine complète à commencer par les temples dédiés aux idoles qui jucheront le sol, pêle-mêle avec les Israélites égorgés. C’est ce qui arriva aux Israélites des X tribus du Nord qui furent tués ou emmenés en captivité par les Assyriens. Pendant le siège de Samarie, la capitale, les assiégés mangeaient des cadavres et des enfants (721 avant Jésus-Christ; 2 Rois 6.27-29). Le même scénario s’est reproduit lors de la prise de Jérusalem par les Babyloniens (586 avant Jésus-Christ; Lamentations 2:20; 4:10).

Versets 34-35

Je continue.

Alors la terre jouira d’années de repos durant tout le temps qu’elle sera désolée et que vous serez dans le pays de vos ennemis ; enfin elle chômera et jouira de son repos. Durant toute cette période où elle demeurera dévastée, elle se reposera pour les années de repos dont vous l’aurez frustrée le temps que vous l’aurez habitée (Lévitique 26.34-35).

Les Israélites ont cru qu’ils échapperaient au jugement, mais ils subiront un exil de 70 ans pour ne pas avoir respecté l’année sabbatique pendant 490 ans. La rétribution des mauvaises actions n’étant pas immédiate, on croît s’en tirer à bon compte ; grossière erreur. Pendant ce temps de repos, la terre, délivrée de ses habitants, sera soulagée et dédommagée des exigences outrées que les Israélites lui ont fait subir par un travail sans relâche.

Versets 36-39

Je continue.

Quant à ceux d’entre vous qui survivront, je plongerai leur cœur dans l’angoisse en exil, chez leurs ennemis ; au seul bruit d’une feuille qui tombe, ils fuiront comme on fuit devant l’épée de l’ennemi et ils tomberont sans que personne ne les poursuive. Ils trébucheront l’un contre l’autre comme lorsqu’on fuit devant l’épée sans que personne ne les poursuive, et ils seront incapables de résister à leurs ennemis. Vous périrez chez des nations étrangères et le pays de vos ennemis vous dévorera. Ceux d’entre vous qui survivront dépériront dans le pays de vos ennemis à cause de leurs péchés et de ceux de leurs ancêtres (Lévitique 26.36-39).

Voici un tableau livide et frappant de l’antisémitisme dont ont été victimes les Juifs tout au long de leur histoire. On croirait lire un livre consacré aux pogroms et aux poursuites nazies. Dans un vieil ouvrage parlant des Juifs et intitulé « Voyage en Terre-Sainte (Bovet) », on lit :

Son regard est oblique et inquiet ; il masque la terreur dont son cœur est possédé sous un sourire mielleux qui fait mal à voir quand on l’étudie. Il ne parle pas, il chuchote comme un prisonnier qui craint de réveiller ses bourreaux endormis. Il ne marche pas, il se glisse le long des murs l’œil au guet, l’oreille aux écoutes, et il tourne court à tous les angles comme un larron qu’on poursuit. Souvent il tient sa chaussure à la main pour faire moins de bruit, car rien ne l’effraie plus que d’attirer l’attention. Il voudrait marcher dans un nuage et se rendre invisible. Si on le regarde, il double le pas ; s’arrête-t-on, il prend la fuite.

Versets 40-46

Je continue le texte.

Alors ils reconnaîtront leurs fautes et celles de leurs ancêtres, leurs rébellions contre moi et la résistance qu’ils m’auront opposée. C’est à cause de cette résistance que je m’opposerai à eux et que je les enverrai dans le pays de leurs ennemis. Si alors leur cœur incirconcis s’humilie et qu’ils reconnaissent que leur châtiment est juste, j’agirai en fonction de mon alliance avec Jacob, de mon alliance avec Isaac, et de mon alliance avec Abraham, et j’interviendrai en faveur du pays. Car le pays sera abandonné par eux et il jouira du repos, après sa dévastation, pendant leur absence. Ils reconnaîtront la justice de leur châtiment, parce qu’ils auront méprisé mes commandements et rejeté mes lois. Et pourtant, même alors, lorsqu’ils seront dans le pays de leurs ennemis, je ne les rejetterai pas et je ne les prendrai pas en aversion au point de les exterminer et de rompre mon alliance avec eux ; car je suis l’Éternel leur Dieu. J’agirai en leur faveur conformément à l’alliance conclue avec leurs ancêtres que j’ai fait sortir d’Égypte aux yeux des nations pour être leur Dieu : je suis l’Éternel. Telles sont les ordonnances, les articles de droit et les lois que l’Éternel établit entre lui et les Israélites au mont Sinaï, par l’intermédiaire de Moïse (Lévitique 26.40-46).

La grande culpabilité d’Israël n’annule pas son alliance avec l’Eternel, car il est fidèle à ses promesses. Ce passage révèle la miséricorde quasi infinie de Dieu qui est toujours prêt à pardonner. Dans le Nouveau Testament, Jacques écrit :

Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles (Jacques 4.6).

L’Éternel accomplira tout ce qu’il a promis et ramènera Israël dans son pays.  C’est sur de telles promesses que les prophètes terminent leurs plus terribles menaces contre Israël. Ce passage est prophétique car il affirme qu’un jour la nation d’Israël s’humiliera et reviendra à l’Éternel son Dieu.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 07 2023

Émission du jour | Jean 3.14-36

Dieu a tant aimé le monde

Nos partenaires