Les émissions

18 août 2025

Ézéchiel 38.1-23

Chapitre 38

Introduction

Sur certaines horloges, on lit : « tempus fugit », une petite phrase très parlante. On dit aussi que le temps ne s’arrête jamais et c’est bien vrai. Que j’y pense ou pas, que je sois très occupé ou que je m’ennuie, les heures, les minutes et les secondes s’égrainent inlassablement.

Le prophète Ézéchiel est remonté jusqu’à la naissance de la nation israélite pour montrer que sa culpabilité ne date pas d’hier, mais que c’est un peuple rebelle depuis son origine. Puis il a décrit en détail les raisons de son châtiment ; il a prédit l’exil babylonien de la nation, son retour dans son pays ainsi que sa renaissance spirituelle. Maintenant, le prophète se projette dans l’avenir et parle des événements de la fin des temps.

Versets 1-3

Je commence de lire le chapitre 38 du livre d’Ézéchiel.

L’Éternel m’adressa la parole en ces termes : Fils d’homme, tourne tes regards vers Gog au pays de Magog, prince suprême de Méchek et de Toubal ! Prophétise contre lui et dis : Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : Je m’en prends à toi, Gog, prince suprême de Méchek ainsi que de Toubal (Ézéchiel 38.1-3).

Le mot hébreu « Rosch » traduit par « prince suprême » peut aussi désigner un peuple, mais dans ce cas, Ézéchiel est le seul auteur biblique à le mentionner. A cause des similarités de consonance, certains commentateurs assimilent « Rosch » à la Russie, Méchek à Moscou et Toubal à Tobolsk, une ville de Sibérie. Ce qui est sûr est que la Russie et plusieurs anciens satellites de l’URSS comme la Biélorussie, l’Ukraine, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan ou encore l’Arménie, ainsi que l’Iran et la Turquie feront partie de cette confédération nordique. Quand on regarde une carte du monde, on s’aperçoit que l’armée venant du grand nord devra traverser le territoire d’environ 500 km de large qui sépare les mers Noire et Caspienne et qui appartient à la République de Géorgie.

Les peuples mentionnés par Ézéchiel se trouvent dans la liste des noms de la lignée de Noé que nous donne le livre de la Genèse. Ainsi, son fils Japhet eut pour descendants Gomer, Magog, Madeï, Yavân, Toubal, Méchek et Tiras (Genèse 10.2). Parmi eux, Ézéchiel en mentionne quatre : Magog ici, et plus loin, Gomer, Toubal et Méchek. L’historien juif Josèphe identifie Magog aux Scythes (Antiquités juives, 1.6.1) et Jérome, un Père de l’Église, écrit qu’ils habitaient le Caucase et les régions proches des mers Noire et Caspienne.

Au 7e siècle avant notre ère, les Scythes se sont même permis d’attaquer les Assyriens qui ont eu un mal fou à les refouler. Bien plus tard, les Scythes freinent l’expansion de l’Empire perse (513-512), mais au second siècle avant notre ère, ils disparaissent et leur ancien territoire est aujourd’hui occupé par les Russes.

Méchek et Toubal sont les deux peuples que les Assyriens appelaient Muschki et Tubali et qui habitaient l’est de l’Asie Mineure sur les bords de la mer Noire. Ézéchiel cite également comme fils de Japhet : Madeï, le père des Mèdes qui habitaient au sud de la mer Caspienne, la plus grande mer intérieure du monde et qui se trouve au nord de l’Iran. Quant à Gomer, c’est de lui que sont issus les Cimmériens. D’abord installés au nord du Caucase, ils en sont chassés par les Scythes et à l’époque d’Ézéchiel ils ont immigré au centre de l’Asie Mineure, la Turquie actuelle où ils mènent une vie de nomades pilleurs.

Quand tous les Juifs de la grande diaspora seront rentrés dans leur pays (Ézéchiel 38.8, 12), Gog prendra la tête d’une vaste confédération située, littéralement, à l’extrémité du septentrion, c’est-à-dire dans le grand nord par rapport à la Palestine (Ézéchiel 38.6, 15 ; 39.2), et attaquera Israël dans l’intention folle de l’anéantir et de le piller (Ézéchiel 38.10-13).

Mais Gog et ses alliés ne se doutent pas que c’est Dieu lui-même (Ézéchiel 38.16, 17 ; 39.1-2) qui les amène au lieu d’un grand règlement de comptes, dont la deuxième étape et le dénouement final est appelé « Harmaguédon », un mot qui désigne le champ de bataille prophétique où à la fin des sept années de Tribulation, les nations du monde entier se rassembleront pour se faire la guerre et s’autodétruire. Les détails nous sont donnés dans les livres de Daniel et de l’Apocalypse.

« Harmaguédon » se trouve dans une plaine à côté de la ville antique de Megiddo (aujourd’hui Tell el Mutsellim) située à environ 40 km au sud-est du port israélien de Haïfa. Au début du 20e siècle, on y a retrouvé une vingtaine de villes superposées qui forment une colline (un tell) de 23 m de haut et couvre une superficie de 6 hectares.

Dans les Écritures et par extension, le terme « Megiddo » s’applique souvent à toute la Palestine. Il faut dire que cette région est d’une importance stratégique facile à comprendre puisqu’elle est, d’une part, la plaque tournante des continents : Asie, Afrique, Europe, et d’autre part, en sandwich entre la Méditerranée et le Canal de Suez au sud. De plus, la Palestine est située à proximité des immenses réserves de pétrole du Moyen-Orient et comprend la mer Morte qui contient de vastes quantités de toutes sortes de minéraux.

L’invasion de la grande confédération venue du grand nord se fera juste avant le milieu des sept années de Tribulation. Dans les prophéties de Daniel, nous lisons que l’Antichrist sera alarmé par des nouvelles venues de l’Orient et du grand nord (Daniel 11.44), c’est-à-dire qu’il sera ébranlé par cette attaque-surprise de Gog. Mais Gog et toutes ses armées seront détruits par l’Éternel lui-même. Ce sera, comme je l’ai déjà dit, la phase initiale d’Harmaguédon qui embrasera la Palestine et qui aura lieu à la fin de ces sept années de Tribulation. Cette grande bataille (Ézéchiel 39.25-29) précédera la délivrance finale d’Israël et surtout sa conversion à Jésus-Christ, son Messie (Zacharie 12.9-10).

Verset 4

Je continue le texte.

Je te ferai faire demi-tour, je te mettrai des crochets aux mâchoires, je te ferai sortir, toi et tous tes soldats, tes chevaux et tes équipages, tous superbement revêtus, portant le grand et le petit bouclier, maniant l’épée (Ézéchiel 38.4).

L’image « des crochets aux mâchoires » a déjà été utilisée pour décrire le jugement de l’Égypte (Ézéchiel 29.4). Mais ici, ces crochets signifient que Dieu tire Gog et sa confédération d’agresseurs par le bout de leur nez ; il les a aguichés, appâtés comme à la pêche, en faisant miroiter devant eux les richesses de la Palestine.

Alors, saisies par leur propre convoitise, ces nations veulent profiter d’une situation internationale chaotique qui ne nous est pas précisée, pour aller piller Israël (Ézéchiel 38.11-12). Bien évidemment, ces nations ne se doutent pas que c’est Dieu qui les attire dans un guet-apens afin de leur faire subir une cuisante défaite et ainsi les juger à cause de leur antagonisme viscéral à l’égard d’Israël son peuple.

Verset 5

Je continue.

Perses, Éthiopiens et ceux de Pouth les rejoindront, tous équipés de casques et de grands boucliers (Ézéchiel 38.5).

Cette invasion venant du grand nord aura pour confédérée une coalition de puissances qui se trouvent à l’est et au sud d’Israël. Pouth désigne l’Afrique du Nord située à l’ouest de l’Égypte et en particulier la Lybie. « Les Éthiopiens » désignent le Soudan et la partie sud de l’Égypte.

Verset 6

Je continue.

Gomer et toutes ses légions et le peuple de Togarma aux confins du septentrion, et toutes ses légions des peuples innombrables, seront tes auxiliaires (Ézéchiel 38.6).

Togarma est un fils de Gomer donc un petit-fils de Noé (Genèse 10.3). Il s’était installé à l’est de la Turquie et en Arménie. Gomer est l’ancêtre des Cimmériens qui habitaient le Caucase avant d’en être chassés par les Scythes.

Verset 7

Je continue.

Prends tes dispositions et tiens-toi prêt, toi et toutes tes troupes groupées autour de toi. C’est toi leur commandant (Ézéchiel 38.7).

L’Éternel ordonne à Gog de se mettre en marche à la tête de tous ses peuples. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, c’est Dieu qui décide le cours de l’histoire humaine tandis que les politiciens, les dictateurs, les chefs d’État, les généraux et tous ceux qui se croient importants ne font en fait qu’obéir à l’Éternel, mais sans en être conscients, évidemment.

Verset 8

Je continue.

Au bout de bien des jours, tu recevras des ordres ; dans la suite des temps, tu iras envahir un pays dont les habitants auront échappé à l’épée et auront été rassemblés d’entre beaucoup de peuples sur les montagnes d’Israël qui étaient si longtemps désertes et en ruine. Cette population qu’on aura fait sortir du milieu d’autres peuples habitera entièrement dans la sécurité (Ézéchiel 38.8).

Après la destruction de Jérusalem par le général romain Titus en l’an 70 de notre ère, les Israélites survivants sont dispersés dans le monde entier, et ce sont des peuples païens et des tribus arabes qui occupent leur territoire jusqu’en 1948, année de la naissance de l’état moderne d’Israël. Tout commence avec Théodore Herzl (1860-1904), écrivain juif autrichien et fondateur du mouvement sioniste (1897). Dans son ouvrage « L’état juif » (1895), il écrit : « Il existe un pays sans peuple et un peuple sans pays. Donnez le pays sans peuple au peuple sans un pays ».

Après lui vient Chaim Weizmann (1874-1952), originaire de Biélorussie, qui défend le droit d’exister d’Israël devant une commission d’enquête anglo-américaine. De son discours on retiendra ces paroles : « La nation juive est une nation fantôme. Le peuple juif doit la vie au seul Dieu d’Israël ». Weizmann fut le premier président de la République d’Israël (1949-1952).

À la même époque, David Ben Gourion (1886-1973), originaire de Pologne, participe activement à la création de l’état d’Israël et devient son chef de gouvernement à deux reprises (1948-1953 ; 1955-1963). C’est lui qui a déclaré : « Le chapitre 37 d’Ézéchiel est accompli et la nation d’Israël entend les pas du Messie ». Aujourd’hui pourtant, cet idéalisme religieux est bien loin. Dans le grand auditorium de Tel-Aviv est écrit en hébreu et en anglais : « La science apportera la paix à ce pays ». Cependant, selon les écrits de l’Ancien Testament, ce n’est pas la science mais le Messie qui est porteur de paix. Mais dans leur immense majorité, les Israéliens modernes ont totalement abandonné l’Éternel, le Dieu de leurs ancêtres.

À l’heure où j’écris ces lignes, la plupart des Juifs sont dispersés dans le monde. Cependant, le tableau que peint Ézéchiel indique qu’ils sont rentrés dans leur pays et aussi qu’ils se sentent en parfaite sécurité, ce qui n’a jamais été le cas depuis le règne de Salomon. Même après leur retour de l’exil babylonien, ils ont dû reconstruire les murailles de Jérusalem en tenant l’épée d’une main et la truelle de l’autre.

Si dans la prophétie d’Ézéchiel, Israël n’est plus armé jusqu’aux dents comme aujourd’hui, c’est que le peuple se trouve sous la protection d’une nation très puissante. Or on sait, d’après le prophète Daniel, qu’à un certain moment, l’Antichrist conclura un pacte avec Israël. Mais au bout de trois ans et demi, cet homme infâme abrogera cette alliance et commettra une profanation abominable dans le Temple reconstruit (Daniel 9.27). Cette paix illusoire rompue déclenchera une période de guerres et de persécutions terribles qui dureront trois ans et demi qui s’appelle « La Grande Tribulation » et qui se terminera par le retour glorieux du Christ qui vaincra l’Antichrist et toutes les forces impies (Apocalypse 19.11-12), puis il établira son royaume de mille ans sur terre.

Verset 9

Je continue.

Tu montes, tu arrives comme un ouragan qui s’abat, comme un nuage qui va couvrir la terre, toi et tes bataillons et les peuples nombreux qui marchent avec toi (Ézéchiel 38.9).

Si Gog s’en prend à Israël, c’est pour le piller bien sûr, mais surtout à cause de son antisémitisme viscéral.

Avant la venue du communisme, la Russie persécutait sévèrement les Juifs ; d’ailleurs « pogrom » est un mot russe qui veut dire « détruire entièrement », c’est tout dire. Aujourd’hui en Russie, la « Pamyat » est une organisation antisémite puissante qui accuse les Juifs de tous les maux et cherche à les expulser du pays.

Comme je l’ai dit, c’est suite à des événements marquants qui auront lieu sur la scène internationale que Gog essayera d’envahir Israël et cette attaque genre « blitzkrieg » sera brusque et brutale tout comme l’invasion de Juda par les Babyloniens (Jérémie 4.13). Au moment de cette agression, Gog sera allié à certaines nations islamiques qui, on le sait, ne cachent pas leur haine pour Israël.

Versets 10-12

Je continue.

Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : En ce jour-là, des projets naîtront dans ton cœur, tu concevras un dessein criminel, et tu diras : “ Je vais attaquer un pays ouvert, et j’arriverai chez des gens qui vivent tranquilles dans la sécurité, habitant dans des villes sans remparts, sans verrous, et qui n’ont pas de portes. ” Tu iras pour piller et faire du butin, et pour porter la main sur des lieux auparavant désolés, maintenant habités, contre ce peuple rassemblé d’entre les nations, ayant des troupeaux et des biens, qui habitera à présent au centre de ce monde (Ézéchiel 38.10-12).

Le « centre du monde » ou « joyau de la terre » est un nom qui sert parfois à désigner la Palestine à cause de sa situation géographique privilégiée. La mention de villes « sans remparts, sans verrous et qui n’ont pas de portes » décrit les trois premières années et demi de la Tribulation, période pendant laquelle Israël se croit tellement en sécurité sous la protection de l’Antichrist, que la nation a renoncé à assumer sa propre défense à cause de l’énorme fardeau financier que constitue une armée suréquipée et constamment sur le qui-vive.

Mais tout de suite après la destruction de Gog, l’Antichrist rompt son alliance avec Israël, et alors commencera la Grande Tribulation avec des cataclysmes sur terre et une persécution contre les Juifs qui seront sans précédent. Cette grande détresse durera trois ans et demi, jusqu’à la fin des sept ans de la Tribulation et culminera par la formidable bataille d’Harmaguédon.

Verset 13

Je continue le texte.

Ceux de Séba et de Dedân, les marchands de Tarsis et tous ses princes te diront ce jour-là : “ Est-ce donc pour piller, pour faire du butin, que tu as rassemblé tout cet amas de troupes et que tu es venu ? Est-ce pour enlever l’argent et pour emporter l’or, pour prendre les troupeaux et t’emparer des biens, pour faire un grand pillage ? ” (Ézéchiel 38.13).

Séba, Dedân et Tarsis représentent des peuples qui vivent du commerce. Ayant été avertis de l’invasion d’Israël et reniflant une aubaine, ils envoient des caravanes et leur flotte en Palestine pour acheter le butin que Gog va piller, du moins c’est ce qu’ils croient.

Versets 14-16

Je continue.

C’est pourquoi, toi, fils d’homme, prophétise et va dire à Gog : Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : Assurément, en ce temps-là où mon peuple Israël habitera là-bas dans la sécurité, tu te mettras en marche. Tu quitteras le lieu où tu seras alors aux confins du septentrion, toi et les nombreux peuples qui seront tes alliés, tous montés à cheval, grande coalition et armée innombrable, et tu viendras attaquer mon peuple Israël comme un nuage qui vient couvrir la terre. Je te ferai venir attaquer mon pays dans les temps de la fin afin que les nations apprennent à connaître qui je suis, quand par mes actes envers toi je démontrerai à leurs yeux ma sainteté, ô Gog (Ézéchiel 38.14-16).

« Les temps de la fin » concernent l’avenir lointain par rapport à Ézéchiel. C’est l’Éternel qui orchestre ce jugement dans le but de révéler qui il est, sa grande puissance et sa souveraineté dans les affaires des hommes. Sachant cela, il ne faut pas avoir beaucoup de jugeote pour comprendre que s’opposer à Dieu est une attitude tout ce qu’il y a de plus suicidaire. Le second livre des Chroniques rapporte que le bon roi Josaphat a dit :

Éternel, Dieu de nos pères, n’es-tu pas Dieu dans les cieux, et n’est-ce pas toi qui domines sur tous les royaumes des nations ? N’est-ce pas toi qui as en main la force et la puissance, et à qui nul ne peut résister ? (2Chroniques 20.6 ; comparez Psaumes 76.8 ; 147.17).

Verset 17

Je continue le texte.

Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : N’est-ce pas toi dont j’ai parlé il y a bien longtemps par les prophètes d’Israël, mes serviteurs, qui ont prophétisé déjà en ce temps-là, et pendant des années que je te ferais venir pour les combattre ? (Ézéchiel 38.17).

C’est ici la déclaration formelle du jugement de Dieu contre Gog et ses hordes ; ce châtiment, prophétisé de longue date, va maintenant s’accomplir.

Versets 18-20

Je continue.

En ce jour-là, au jour où Gog pénétrera sur le sol d’Israël, c’est là ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : La colère me montera jusqu’au visage. Dans ma passion et dans ma colère ardente, je le déclare, un grand tumulte surviendra, en ce jour-là, au pays d’Israël. Devant moi trembleront les poissons de la mer, les oiseaux, les bêtes sauvages, tous les animaux qui rampent sur le sol et tout homme qui vit sur la surface de la terre. Les montagnes s’écrouleront, les falaises s’affaisseront, et toutes les murailles s’effondreront à terre (Ézéchiel 38.18-20).

Les tentatives répétées de faire disparaître Israël ont fatigué l’Éternel qui est à bout de patience. Alors quand Gog et ses armées arrivent pour anéantir le peuple de Dieu, Dieu se fâche pour de bon et organise un comité d’accueil, c’est-à-dire un tremblement de terre apocalyptique d’une magnitude encore jamais vue.

Versets 21-23

Je finis de lire le chapitre 38.

J’appellerai alors la guerre contre Gog sur toutes mes montagnes, c’est là ce que déclare le Seigneur, l’Éternel, et ils s’entre-tueront, chacun tirant l’épée contre son camarade. Je ferai son procès par la peste et le sang, et je ferai tomber une forte pluie, des grêlons, du feu et du soufre, sur lui, sur ses légions et sur les peuples nombreux qui seront avec lui. Je manifesterai ma grandeur et ma sainteté, je me ferai connaître à des nations nombreuses. Elles reconnaîtront que je suis l’Éternel (Ézéchiel 38.21-23).

L’Éternel sème la confusion dans les rangs des armées qui convergent sur Israël. L’absence de communication cohérente entre les envahisseurs crée une panique monstre. Ne sachant plus qui est ami ou ennemi, ils retournent leurs armes les uns contre les autres. De tels faits de guerre ont déjà eu lieu lors des victoires du juge Gédéon et du roi Josaphat (Juges 7.22 ; 2Chroniques 20.23).

Dieu décime aussi les rangs de Gog par la maladie (comparez Ésaïe 37.36), par un déluge de grêle, de feu et de soufre. Ces phénomènes rappellent le jugement de Sodome et Gomorrhe (Genèse 19) ainsi que les plaies infligées à l’Égypte qui ont obligé le pharaon à laisser partir le peuple hébreu (Exode 7.14-25 ; 9.1-7, 13-33 ; comparez Josué 10.11).

Ce tableau du prophète Ézéchiel est un avant-goût de ce qui se passera durant la Grande Tribulation, c’est-à-dire la deuxième moitié des sept ans du jugement décrit dans le livre de l’Apocalypse (Apocalypse 6.12-17 ; 11.19 ; 16.17-21 ; 19.11-21). Notre monde court vraiment à la catastrophe, mais qui s’en inquiète ? Un jour, j’ai entendu un prédicateur dire : « Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les gens ne se précipitent pas pour chercher refuge auprès de Jésus-Christ ». Eh bien je dois avouer que moi non plus !

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

janv. 27 2023

Émission du jour | Nombres 31.1 – 35.8

Victoire sur Madian - Partage du Pays

Nos partenaires