Chapitre 30

Introduction

De bons amis ne le restent pas forcément toujours; il suffit que l’un fasse une crasse à l’autre et ils peuvent devenir les pires ennemis, mais aussi se réconcilier. C’est un peu ce qui, dans une certaine mesure, est arrivé entre Israël et l’Éternel. Ils ont fait alliance en Égypte au moment de la première Pâque. Ensuite, les relations ont souvent été très tendues au point où la première génération a été jugée et leurs os blanchissent sous le soleil d’Orient. La seconde génération est sur le point d’entrer dans le Pays promis et Moïse l’exhorte à rester loyal à l’Éternel. Mais le vieux législateur sait déjà que malgré ses avertissements, les Hébreux se détourneront de leur Dieu pour servir les idoles. Par cette acte de trahison, ils se déclareront ennemis de l’Éternel qui se vengera. Cependant, Dieu ne les fera pas disparaître complètement car il n’est pas rancunier et il reste fidèle aux promesses qu’il a faites à Abraham, Isaac et Jacob. Il est encourageant de savoir que le Seigneur de toute la terre ne se comporte pas comme un homme capricieux, mais qu’il est le rocher des siècles. Ce qu’il dit, il le fait indépendamment de ma conduite. Je continue à lire dans le chapitre 30 du Deutéronome.

Versets 6-7

L’Éternel votre Dieu vous circoncira le cœur et celui de vos descendants pour que vous l’aimiez de tout votre cœur et de tout votre être, et qu’ainsi vous viviez (Deutéronome 30.6).

Moïse a déjà dit que les Israélites seront dispersés parmi les nations ; qu’ils se repentiront ; troisièmement que l’Éternel les ramènera dans leur pays ; et quatrièmement qu’ils y seront plus heureux et plus nombreux que leurs ancêtres. Maintenant, Dieu fait une cinquième promesse à Israël sauf qu’elle s’étendra aussi aux non-Juifs. La circoncision de la chair était le signe d’appartenance à la race d’Israël mais elle n’avait aucune incidence sur l’âme d’un individu. Voilà pourquoi Dieu opérera une circoncision spirituelle des cœurs de son peuple afin de le purifier de tous ses mauvais penchants. Il faut noter que cette transformation sera accomplie par l’Éternel lui-même dans l’avenir; elle constitue le deuxième grand volet de la restauration d’Israël, le premier étant le retour de l’exil Babylonien. Cette promesse sera réitérée par plusieurs prophètes. Je lis un passage de Jérémie que je compresse :

Mais des jours vont venir, déclare l’Éternel, où moi, je conclurai une alliance nouvelle avec le peuple d’Israël et celui de Juda. Je placerai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes, je la graverai dans leur cœur ; moi, je serai leur Dieu, eux, ils seront mon peuple. Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands, l’Éternel le déclare, car je pardonnerai leurs fautes, je ne tiendrai plus compte de leur péché (Jérémie 31.31, 33-34).

Cette circoncision du cœur est développée dans le Nouveau Testament car il s’agit en fait de la nouvelle naissance aussi appelée « baptême de l’Esprit ». mais comme cette opération divine est invisible, le croyant se fait baptiser d’eau afin de témoigner publiquement qu’il a accepté de faire alliance avec Dieu en plaçant sa foi personnelle en Jésus-Christ pour être au bénéfice de son sacrifice sur la croix.

Versets 8-10

Je continue le texte avec les sixièmes et septièmes promesses de l’Éternel à Israël.

Il infligera alors toutes ces malédictions que je vous ai décrites à vos ennemis, à ceux qui vous haïssent et qui vous auront persécutés. Quant à vous, vous reviendrez à lui, vous l’écouterez et vous appliquerez tous ses commandements que je vous transmets aujourd’hui. L’Éternel votre Dieu vous comblera de bonheur en faisant réussir tout ce que vous entreprendrez ; il vous donnera de nombreux enfants, il multipliera votre bétail et vous accordera d’abondantes récoltes. Car l’Éternel prendra de nouveau plaisir à votre bonheur comme il prenait plaisir à celui de vos ancêtres, lorsque vous l’écouterez en obéissant à ses commandements et ses ordonnances consignés dans ce livre de la Loi, et que lorsque vous reviendrez à lui de tout votre cœur et de tout votre être ! (Deutéronome 30.7-10).

La sixième promesse est le jugement des ennemis d’Israël et la septième est que les Hébreux obéiront enfin et sans rechigner à tous les commandements de l’Éternel ce qui leur vaudra de retourner dans leur pays pour y demeurer et y recevoir la pleine bénédiction de Dieu. Il va sans dire que cette prophétie ne s’est pas encore accomplie, car aujourd’hui Israël est une nation très sécularisée avec en son sein un certain nombre de Juifs religieux jusqu’au bout des ongles, mais qui rejettent toujours Jésus comme leur Messie. D’autre part, on trouve dans Jérusalem les mêmes vices et la même corruption que dans n’importe quelle grande ville.

En quelques lignes et à grands traits, nous avons fait un tour complet de l’histoire du peuple élu depuis le moment où Moïse l’exhorte à entrer dans le contrat d’alliance avec Dieu en obéissant à toutes ses ordonnances et de tout leur cœur. Littéralement, Moïse dit au peuple d’obéir à « la voix de l’Éternel son Dieu », ce qui atteste son autorité en tant que représentant de Dieu. Mais on sait déjà que les Hébreux seront rebelles, et on connaît la suite, ce qui nous ramène à la case départ. Je continue le texte.

Versets 11-14

Le code de lois que je vous donne aujourd’hui n’est certainement pas trop difficile pour vous, ni hors de votre portée. Il n’est pas au ciel pour que l’on dise : Qui montera au ciel pour aller nous le chercher et nous le faire comprendre afin que nous puissions l’appliquer ? Il n’est pas non plus au-delà de l’océan pour que l’on dise : Qui traversera pour nous les mers pour aller nous le chercher, et nous le faire comprendre, afin que nous puissions l’appliquer ? Non, la parole est toute proche de vous : elle est dans votre bouche et dans votre cœur, pour que vous l’appliquiez (Deutéronome 30.11-14).

Ce passage met l’accent une fois encore sur la grande valeur de la Loi et sur l’exigence de Dieu qui veut qu’Israël la mette en pratique. Israël est sans excuse; s’il n’obéit pas aux commandements de l’Éternel, c’est en raison de sa mauvaise volonté, de son caractère rebelle, et non pas de la Loi, car elle est compréhensible et son application est à la portée de tous.

Dans l’une de ses épîtres, l’apôtre Paul utilise les formules de ces versets, et les applique non pas à la Loi qu’il faut mettre en pratique, mais à Jésus-Christ, la Parole faite chair, en qui il faut croire car il apporte le salut grâce à l’œuvre qu’il a accomplie sur la croix (Romains 10.5-8). Il s’en suit que chaque être humain est responsable de saisir la vie éternelle qui se trouve en la personne de Jésus. Il n’est pas nécessaire de monter au ciel ni de traverser l’océan pour trouver Dieu. Il est sur mon pas-de-porte, celle qui ouvre mon cœur. Je suis libre de le laisser entrer ou pas. Moi j’apporte ce commentaire bibliques jusqu’à vous, mais je ne peux pas aller plus loin et prendre une décision à votre place.

Versets 15-20

Je finis le chapitre 30.

Voyez, je place aujourd’hui devant vous, d’un côté, la vie et le bonheur, de l’autre, la mort et le malheur. Ce que je vous commande aujourd’hui, c’est d’aimer l’Éternel votre Dieu, de suivre le chemin qu’il vous trace et d’obéir à ses commandements, ses ordonnances et ses lois. En faisant cela, vous aurez la vie, vous deviendrez nombreux et vous serez bénis par l’Éternel votre Dieu dans le pays où vous vous rendez pour en prendre possession. Mais si votre cœur se détourne de lui, si vous refusez de lui obéir et si vous vous laissez entraîner à adorer d’autres dieux et à leur rendre un culte, je vous préviens dès aujourd’hui que vous périrez à coup sûr. Vous ne vivrez pas longtemps dans le pays au-delà du Jourdain où vous vous rendez pour en prendre possession. Je prends aujourd’hui le ciel et la terre à témoins : je vous offre le choix entre la vie et la mort, entre la bénédiction et la malédiction. Choisissez donc la vie, afin que vous viviez, vous et vos descendants. Choisissez d’aimer l’Éternel votre Dieu, de lui obéir et de lui rester attachés, car c’est lui qui vous fait vivre et qui pourra vous accorder de passer de nombreux jours dans le pays que l’Éternel a promis par serment de donner à vos ancêtres Abraham, Isaac et Jacob (Deutéronome 30.15-20).

L’amour de l’Éternel, l’obéissance à sa Loi et la vie sont étroitement liés ; ils forment un tout. Ce texte déclare d’une manière éclatante la liberté morale de l’homme et rejette en bloc le fatalisme oriental, ce qui ressort d’ailleurs de bien d’autres passages de la Loi de Moïse. Ce chapitre a révélé le cœur de Dieu : son dessein et son désir ne sont pas la mort et le malheur de son peuple, mais au contraire sa vie et son bonheur, une vie riche, pleine et féconde comme l’Éternel l’a créée. Mais elle est inséparable de l’amour de Dieu et de l’obéissance à sa Loi. Les Israélites sont donc exhortés à prendre leurs responsabilités et à faire le bon choix.

Chapitre 31

Versets 1-3

Nous arrivons maintenant au chapitre 31 qui nous amène à la fin de la vie de Moïse. Depuis l’Égypte jusqu’aux portes de la Palestine, il a été le personnage clé, l’intermédiaire entre l’Éternel et le peuple d’Israël. Il va maintenant donner ses dernières recommandations au peuple. Les quatre derniers chapitres du Deutéronome forment une sorte d’appendice à tous les discours de Moïse. Je commence à lire.

Moïse adressa à tout Israël le discours suivant : J’ai maintenant cent vingt ans, je ne pourrai plus marcher à votre tête. L’Éternel m’a dit que je ne traverserai pas le Jourdain que voici. L’Éternel votre Dieu marchera lui-même devant vous. Il détruira devant vous les nations qui habitent là-bas, pour que vous puissiez prendre possession de leur pays ; et c’est Josué qui sera à votre tête, comme l’Éternel l’a déclaré. L’Eternel les détruira comme il a détruit Sihôn et Og, rois des Amoréens ainsi que leur pays. Il vous donnera la victoire sur ces nations, et vous les traiterez exactement comme je vous l’ai ordonné. (Deutéronome 31.1-5).

Une fois au moins, Moïse a perdu patience et s’est emporté contre le peuple qui murmurait. Au lieu de parler au rocher pour qu’il donne de l’eau, il l’a frappé (Nombres 20.8-12). À cause de cette faute, il ne lui est pas permis de traverser le Jourdain et de poser son pied sur la Terre promise. De toute façon, le vrai chef de l’expédition qui donnera la victoire, c’est l’Éternel, mais il exécutera sa volonté par l’intermédiaire de Josué. Depuis longtemps chef de l’armée (Exode 17:9), il a récemment été investi d’une partie de l’autorité de Moïse (Nombres 27:18-23). Josué doit maintenant recevoir sa charge directement de l’Éternel (cf. versets 14,23). Le travail de Moïse est terminé mais le programme de Dieu continue. Il va y avoir une passation de pouvoir publique suite à laquelle, Josué sera investi de tous les pouvoirs de Moïse. Il sera le nouveau médiateur entre l’Éternel et le peuple, seulement il ne lui parlera pas face à face comme le faisait Moïse.

Versets 6-8

Je continue le texte.

Prenez courage, tenez bon ! Ne craignez rien et ne vous laissez pas effrayer par eux, car l’Éternel votre Dieu marche lui-même avec vous, il ne vous délaissera pas et ne vous abandonnera pas. Puis Moïse appela Josué et lui dit devant tout Israël : Prends courage, tiens bon, car c’est toi qui feras entrer ce peuple dans le pays que l’Éternel a promis par serment à leurs ancêtres de leur donner, et c’est toi qui leur en feras prendre possession. L’Éternel lui-même marchera devant toi, il sera avec toi, il ne te délaissera pas et il ne t’abandonnera pas. Ne crains rien et ne te laisse pas effrayer ! (Deutéronome 31.6-8).

Moïse exhorte d’abord le peuple d’Israël puis Josué, son successeur. Il faut se mettre à leur place; ils n’ont connu que Moïse comme dirigeant et de plus, il est le bras droit de Dieu et puis voilà que d’un coup d’un seul, il va disparaître. Alors bien sûr ça va faire un trou énorme dans leurs rangs. On sait bien que le vrai chef est l’Éternel et il continuera à conduire son peuple comme auparavant, mais quand même, c’est bien d’avoir quelqu’un en chair et en os qui marche devant vous et vous guide.

L’exhortation à prendre courage est souvent répétée dans les Textes Sacrés et pas seulement dans les guerres d’Israël. Vers la fin de son épître aux Ephésiens (6.10), l’apôtre Paul écrit : « Pour conclure : puisez votre force dans le Seigneur et dans sa grande puissance ». En se confiant en l’Éternel et en lui obéissant, ses serviteurs n’ont rien à craindre, car il combat à leurs côtés. Cependant, l’homme est naturellement poltron, et il faut aussi garder à l’esprit que la génération précédente a été terrorisée et a refusé de conquérir le pays de Canaan. Donc, Moïse sait bien que cet encouragement de sa part n’est pas superflu, surtout que les peuplades que les Israélites vont attaquer sont plus nombreuses qu’eux, mieux armées et solidement installées dans des villes fortifiées. Même Josué, aussi valeureux soit-il, ne doit pas en mener tellement large devant la tâche qui lui est confiée.

Verset 9

Je continue.

Moïse mit cette Loi par écrit et la confia aux prêtres descendants de Lévi chargés de porter le coffre de l’alliance de l’Éternel, ainsi qu’à tous les responsables d’Israël (Deutéronome 31.9).

Les traités internationaux de suzeraineté du Proche-Orient contenaient toujours une clause qui dit que le document doit être remis au vassal et être lu périodiquement au peuple afin de lui rappeler ses obligations. De même, après avoir confié la loi aux soins des Lévites, Moïse ordonne de la lire périodiquement au peuple réuni. Il en sera de même de la Loi.

Le livre du Deutéronome commence avec la déclaration : « Voici les paroles que Moïse adressa à tout Israël à l’est du Jourdain, dans le désert ». Maintenant que c’est chose faite, tous ses discours sont consignés par écrit et font partie de la Loi. Ce sont les prêtres qui sont chargés de la garder, de la lire et de la commenter au peuple, mais la responsabilité de son application incombe aux responsables des tribus qu’on appelle les Anciens.

Il ne fait aucun doute que la Loi est l’œuvre de Moïse. Jésus a dit aux Juifs :  « Si vous ne croyez même pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ?(Jean 5.47) »

Versets 10-13

Je continue en compressant.

Tous les sept ans, lors de la fête des Cabanes, vous lirez cette Loi pour tout Israël. Vous rassemblerez tout le peuple, les hommes, les femmes, les enfants et les étrangers qui résident chez vous, afin qu’ils entendent la lecture de la Loi, qu’ils apprennent à révérer l’Éternel votre Dieu et à obéir à toute cette Loi en en appliquant toutes les ordonnances. Ainsi leurs enfants, qui ne la connaîtront pas encore, l’entendront aussi et apprendront à révérer l’Eternel votre Dieu, tant que vous vivrez dans le pays dont vous allez prendre possession, après avoir traversé le Jourdain. (Deutéronome 31.10-13).

Au commencement de chaque année sabbatique et au moment de la fête joyeuse des Cabanes qui ouvre l’année civile, le peuple entier et même l’étranger doivent écouter la lecture de la Loi parce qu’elle marque du sceau de la sainteté tous les aspects de la vie du peuple. C’est la seule célébration où la présence des femmes et des enfants est exigée. Les hommes seuls étaient tenus d’assister aux autres fêtes.

Versets 14-15

Je continue.

L’Éternel dit à Moïse : Voici que le moment de ta fin approche. Fais venir Josué et présentez-vous dans la tente de la Rencontre ; là, je lui donnerai mes ordres. Moïse et Josué se rendirent à la tente de la Rencontre et se tinrent à l’intérieur. Là, l’Éternel leur apparut dans la colonne de nuée qui se tint à l’entrée de la Tente (Deutéronome 31.14-15).

C’est la dernière fois que Moïse homme s’entretient face à face avec l’Éternel (Exode 33.9). L’entrée de Josué dans le sanctuaire et la manifestation divine constituent le sceau apposé par l’Éternel à la nomination du successeur de Moïse. Maintenant, c’est Josué le patron.

Versets 16-23

Je continue le texte plus loin.

Et maintenant, mettez (tous les deux) par écrit le cantique qui suit. Toi, Moïse, tu l’apprendras aux Israélites : fais-le leur chanter afin que ce cantique me serve de témoin contre eux. En effet, je les ferai entrer dans le pays où ruissellent le lait et le miel, que j’ai promis par serment à leurs ancêtres : ils y mangeront à satiété et vivront dans l’abondance ; alors ils se tourneront vers d’autres dieux et leur rendront un culte, ils m’irriteront et violeront mon alliance. Beaucoup de malheurs et de grandes détresses s’abattront sur eux, alors ce cantique servira de témoin à charge contre eux. Car leurs descendants ne l’oublieront pas et ne cesseront pas de le chanter. Je connais, en effet, les dispositions de leur cœur dès à présent, avant même que je les fasse entrer dans le pays que je leur ai promis par serment. Ce même jour, Moïse mit par écrit le cantique qui suit et l’apprit aux Israélites. Après cela, l’Eternel donna ses ordres à Josué, fils de Noun. Il lui dit : – Prends courage et tiens bon, car c’est toi qui feras entrer les Israélites dans le pays que je leur ai promis par serment ; et moi je serai avec toi (Deutéronome 31.16-23).

Une copie de la Loi était conservée dans le tabernacle, le centre de tout le culte israélite. Une portion de la Loi sera également gravée sur la pierre dressée sur le mont Ébal comme cela a déjà été dit. Maintenant s’ajoute un cantique qui sera un rappel constant de la volonté de Dieu à l’égard de son peuple. La Loi et cet hymne serviront tous deux de témoins à charge contre les Israélites infidèles.

Versets 28-30

Je continue plus loin et finis le chapitre 31.

Maintenant, rassemblez autour de moi tous les chefs de vos tribus et vos responsables, je leur communiquerai les paroles de ce cantique et je prendrai le ciel et la terre à témoin contre eux. Je sais, en effet, qu’après ma mort vous ne manquerez pas de vous corrompre et de vous détourner du chemin que je vous ai prescrit. Alors le malheur fondra sur vous dans l’avenir, parce que vous aurez fait ce que l’Éternel considère comme mal et que vous aurez provoqué sa colère par vos actes. Moïse transmit donc à toute l’assemblée d’Israël le cantique suivant dans sa totalité (Deutéronome 31.28-30).

Au moment de mourir, Jacob, l’ancêtre de la nation d’Israël avait rassemblé ses 12 fils autour de lui et avait prédit à très grands traits leur avenir individuel. Moïse fait de même avec toute la nation constituée des 12 tribus combattantes plus les descendants de Lévi qui sont toujours comptés à part à cause de leur ministère sacerdotal. De la même manière dont la nation d’Israël va se détourner de la Loi, les Églises chrétiennes officielles sont devenues apostâtes et il y a eu une chute vertigineuse de la foi. Un jour, Jésus a dit à ses disciples : Lorsque le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il encore la foi sur la terre ? (Luc 18.8; comparez 2 Timothée 3.1). Or, la construction grammaticale de la phrase exige une réponse négative. Non ! Il n’y aura plus guère de foi lorsque le Fils de l’homme reviendra pour établir son royaume. Cet avertissement m’interpelle : Vais-je moi-même demeurer fidèle au Seigneur ? Toutes les grandes familles d’Églises issues du mouvement de la Réforme ont totalement déserté les Écritures. Une majorité de ceux qui se disent protestants doute même de l’existence de Dieu. J’ai une fois entendu un ancien premier ministre que je ne nommerais pas dire devant les micros de la télé qu’il était un protestant athée. C’est sans commentaire ou plutôt c’en est un sur le triste état du christianisme dans notre pays.