Les émissions

08 août 2023

1 SAMUEL 23.13- 25.13

Introduction

Comme je le dis de temps en temps, l’Histoire de l’humanité foisonne de grands personnages, quelques uns bons, de braves gens, mais surtout beaucoup d’égotistes maniaques assoiffés de pouvoir et parfois de sang. Aujourd’hui, c’est toujours la même chose et cela quel que soit le régime politique. Somme toute, il y a assez peu d’hommes ou de femmes qui comme mère Térésa, par exemple et pour ne citer qu’elle, cherchent une position de responsabilité dans la vie, dans le but exprès de se mettre au service d’autrui. Quant aux politiciens, bon, vous m’avez compris. Combien, parmi les grands que la terre a portés, furent des hommes droits ? Difficile à dire, mais très peu et ça dépend aussi du point de vue qu’on adopte. Et combien étaient véritablement sous la bénédiction de Dieu ? Encore moins, une poignée qui pour la majorité ont régné sur le royaume de Juda. On sait sans l’ombre d’un doute que parmi eux, la bénédiction de l’Éternel reposait sur le grand roi David ; et pourtant et assez curieusement, tout en étant béni du Seigneur du ciel et de la terre, il a dû mener pendant plus de 10 ans au moins une vie de proscrit et de vagabond, errant ci et là tentant d’échapper à Saül le despote qui régnait alors sur Israël et qui cherchait par tous les moyens à éliminer son rival.

Versets 14-17

Je continue à lire dans le chapitre 23 du premier livre de Samuel.

David gagna la région désertique de Ziph et s’installa dans des refuges escarpés de la montagne. Saül le cherchait jour après jour ; mais Dieu ne le fit pas tomber entre ses mains. David s’aperçut que Saül s’était mis en campagne pour lui ôter la vie, et il resta dans le désert de Ziph du côté de Horsha. Jonathan, le fils de Saül, se mit en route et se rendit auprès de David à Horsha pour l’encourager en affermissant sa confiance en Dieu. Il lui dit : – Sois sans crainte ! Mon père ne réussira pas à mettre la main sur toi ; tu régneras sur Israël, et moi je serai au second rang près de toi ; mon père lui-même sait bien qu’il en sera ainsi (1Samuel 23.14-17).

Tout au long de ce chapitre, nous voyons David se diriger vers le sud et s’enfoncer dans une région désertique. Plus on avance dans l’histoire, et plus s’aggrave sa situation d’insécurité. Ziph se trouve dans une contrée désolée, déchirée, abondante en grottes, presque sans végétation, parcourue par des troupes de bouquetins et par des vols de perdrix, ce qui permettait aussi à la troupe de David de se nourrir du produit de la chasse. Cependant, plus que le désert, c’est l’Éternel qui protège le futur roi de tout mal. Saül et Jonathan savent pertinemment bien que c’est David qui va s’asseoir sur le trône. Saül fou furieux résiste à Dieu. Jonathan, qui aurait pu légitimement espérer succéder à son père, accepte sans ressentiment un rôle subalterne, ce qui montre aussi qu’il ne pressentait pas sa mort prochaine tué dans une guerre avec les Philistins. C’est ici la dernière rencontre entre ces deux amis; ils ne se reverront plus. Jonathan me fait penser à Jean-Baptiste qui, parlant de Jésus, a dit à ses disciples : Lui doit devenir de plus en plus grand, et moi de plus en plus petit (Jean 3.30). L’un comme l’autre avait une âme noble.

Versets 19-28

Je continue jusqu’à la fin du chapitre 23.

Quelques hommes de Ziph allèrent trouver Saül à Guibéa pour lui dire : – Sais-tu que David se tient caché dans notre région dans des refuges escarpés à Horsha, dans les collines de Hakila au sud des steppes ? Maintenant, ô roi, quand tu le désireras, viens, et nous nous chargerons de te le livrer. Saül répondit : – Vous êtes bénis par l’Eternel, vous qui avez eu pitié de moi ! Allez donc, confirmez vos renseignements, observez et tenez-vous au courant de ses déplacements, sachez qui l’a vu dans ces endroits-là, car on m’a dit qu’il est très rusé. Repérez toutes ses cachettes, et revenez me voir avec des informations sûres ; alors j’irai avec vous, et s’il est dans le pays, je fouillerai au besoin chaque recoin du territoire de Juda pour le chercher. Les gens de Ziph quittèrent Saül et repartirent chez eux, précédant le roi. David et ses hommes se trouvaient au désert de Maôn, dans la plaine qui se trouve au sud des steppes. Saül partit à sa recherche avec ses hommes. On en informa David, et il descendit dans un endroit rocheux du désert de Maôn où il s’installa. Saül l’apprit et se mit à le poursuivre dans cette région. Saül marchait sur l’un des flancs de la montagne, tandis que David et ses hommes s’enfuyaient sur le flanc opposé. David précipitait sa marche pour échapper à Saül. Mais déjà le roi et ses hommes les cernaient et allaient les capturer. Alors un messager vint dire à Saül : – Reviens tout de suite, car les Philistins ont fait une incursion dans le pays. Aussitôt Saül cessa de poursuivre David pour aller affronter les Philistins. C’est pourquoi on a appelé cet endroit le Rocher des Séparations (1Samuel 23.19-28).

Après avoir été sur le point d’être trahi par les gens de la ville de Qeïla que David a pourtant délivrée des Philistins, ce sont maintenant les habitants de Ziph qui divulguent sa cachette au roi Saül. C’est à ce moment là que David a composé la prière à l’Éternel du Psaume 54. Il se peut que ces Ziphiens étaient inquiets d’avoir cette troupe armée sur leur territoire, mais ce n’est pas une excuse pour leur acte de trahison. David se trouve chez eux, c’est à dire dans la plaine (l’Araba) où coule le Jourdain et où se trouve la mer Morte. Cette dépression s’étend au sud jusqu’au golfe d’Akaba sur la Mer rouge. David pourchassé est finalement cerné et fait comme un rat quand soudain arrive un messager avec une mauvaise nouvelle pour Saül mais qui sonne la délivrance pour David. Cette incursion des Philistins ne pouvait pas mieux tomber et c’est une nouvelle preuve de la protection divine dont jouit David alors que les nombreux dangers rencontrés au cours de son errance auraient dû en toute logique entraîner sa perte. Cela dit, David fait au mieux, il joue la ruse et montre du courage; il utilise toutes les ressources qui lui sont disponibles pour échapper à ses poursuivants, mais lorsqu’il arrive au bout du rouleau, à la fin de ses possibilités, alors l’Éternel intervient en sa faveur et le tire d’affaire. C’est à Dieu seul qu’il doit la vie sauve. Cette histoire est une excellente leçon sur la façon dont Dieu se comporte envers ceux qui lui font confiance. David n’est pas resté dans une oasis à se faire bronzer et en se disant que de toute façon il serait protégé. Ce serait ce que les Écritures appellent : « tenter Dieu », une mise à l’épreuve de l’Éternel en essayant de lui forcer la main.

Chapitre 24

Versets 1-6

Nous arrivons au chapitre 24 dans lequel David est encore et toujours traqué par Saül. Je commence à lire.

David repartit de là pour s’installer dans les falaises escarpées d’Eyn-Guédi du lieu-dit : la source du chevreau. Lorsque Saül revint de sa campagne contre les Philistins, on l’informa que David se trouvait maintenant dans le désert d’Eyn-Guédi du lieu-dit : la source du chevreau. Alors le roi rassembla trois “ milliers ” d’hommes d’élite, choisis dans tout Israël, et il se mit à la recherche de David et de ses compagnons jusqu’en face du Rocher des Bouquetins. En passant près des parcs à moutons en bordure du chemin, il vit une grotte et y entra pour – littéralement le texte dit – se couvrir les pieds, c’est à dire : faire ses besoins. Or David et ses hommes se tenaient précisément au fond de cette grotte. Les compagnons de David lui chuchotèrent : — Voici le moment annoncé par l’Éternel lorsqu’il t’a promis de te livrer ton ennemi pour que tu le traites comme bon te semble. Alors David se leva et alla couper un pan du manteau de Saül sans que celui-ci s’en aperçoive. Dès qu’il l’eut fait, son cœur se mit à battre très fort parce qu’il avait coupé un pan du manteau de Saül (1Samuel 24.1-6).

Eyn-Guèdi est situé dans une région très désertique au bord de la mer Morte. Ce hameau est dominé par une montagne calcaire à pic dans les flancs de laquelle se trouvent de nombreuses cavernes constituées de labyrinthes ramifiés qui communiquent entre eux. Devant ces grottes s’étendent des enclos formés par des murs de fagots d’épines. Ces parcs renferment des troupeaux qui en hiver se réfugient à l’intérieur des grottes. David est donc à l’abri sauf que Saül ne désarme pas et sa hargne ne faiblit pas. Il possède en outre de gros moyens pour en finir avec David à qui décidément il mène une vie bien dure. Mais tout à coup et une nouvelle fois, le vent tourne ; le despote vient de se jeter lui-même dans la gueule du loup. Il dépose son grand manteau et va dans un coin contre la paroi. Les hommes de David interprètent un peu vite cette opportunité inattendue comme une occasion venant de Dieu d’en finir une fois pour toutes avec leur ennemi juré. Cependant, il n’en est pas question. Le futur roi a une âme bien trop noble pour tirer parti de cette situation.

Versets 7-8

Je continue.

David dit à ses hommes : — Que l’Éternel me garde de jamais faire une chose pareille et de porter la main sur mon seigneur à qui Dieu a conféré l’onction, car c’est de la part de l’Éternel qu’il a été oint. Par ces paroles, David arrêta ses hommes ; il ne les laissa pas se jeter sur Saül. Le roi sortit de la grotte et continua son chemin (1Samuel 24.7-8).

David manifeste un très grand respect pour l’onction sacrée reçue par Saül et considère que c’est à l’Éternel lui-même et non à un homme, de faire justice et de lui ôter la royauté quand il lui plaira. Cette attitude est d’autant plus surprenante que Saül n’éprouve pas le moindre scrupule à verser le sang innocent et il n’aura aucun repos jusqu’à ce qu’il ait tué David, tellement il a la haine au ventre. Moi, dans une telle situation, j’ai bien peur que je n’aurais pas manifesté des sentiments aussi nobles que David ; j’aurais probablement tranché la tête à mon ennemi et considéré cet acte comme de la légitime défense. Mais pas David ; lui, il n’ose pas porter la main sur celui qui a reçu l’onction de Dieu. Quelle grandeur d’âme !

Versets 9-16

Je continue.

Alors David sortit de la grotte derrière lui et appela Saül : — Mon seigneur le roi ! Saül se retourna et David s’inclina respectueusement, le visage contre terre, et se prosterna. Puis il dit à Saül : — Pourquoi écoutes-tu ceux qui te disent que je cherche à te nuire ? Aujourd’hui même, tu vois de tes yeux que l’Éternel t’avait livré en mon pouvoir dans la grotte. On me disait de te tuer, mais je t’ai épargné et j’ai dit : “ Je ne porterai pas la main sur mon seigneur, car il a reçu l’onction de la part de l’Éternel. ” Regarde, ô mon père, oui, regarde ce que je tiens dans ma main : un pan de ton manteau. Puisque j’ai coupé le pan de ton manteau et que je ne t’ai pas tué, reconnais donc qu’il n’y a de ma part ni malveillance ni révolte, et que je n’ai aucun tort envers toi. Alors que toi, tu me traques pour m’ôter la vie. Que l’Éternel juge entre moi et toi et qu’il te fasse payer le mal que tu m’as fait, mais moi je ne porterai pas la main sur toi. Comme le dit le vieux proverbe : “ Du méchant vient la méchanceté ” ! Mais je ne porterai pas la main sur toi. Contre qui le roi d’Israël est-il parti en guerre ? Qui poursuis-tu ? Un chien mort ! Une misérable puce ! Oui, l’Éternel sera notre juge et prononcera son verdict entre moi et toi ! Qu’il examine et qu’il défende ma cause ! Qu’il me fasse justice et me délivre de toi ! (1Samuel 24.9-16).

Une fois que le roi est à une certaine distance, David sort à son tour de la caverne et se poste sur une falaise d’où il adresse la parole à Saül qui a maintenant regagné ses troupes de l’autre côté de l’escarpement. David essaie de lui prouver son intégrité, et surtout le fait qu’il ne lui veut aucun mal, et qu’il ne complote pas un coup d’État pour lui ravir la royauté. Malgré le fait que le hasard de Dieu ait placé Saül à la portée de son épée, il l’a épargné. David sait très bien qu’à la cour de Saül, certains excitent le roi contre lui; de là les plaintes qu’il formule et que nous lisons dans divers Psaumes. Ici comme toujours, David remet son sort entre les mains de Dieu et en appelle à sa justice; il exclut toute vengeance personnelle mais compte sur une intervention divine.

Versets 17-20

Je continue.

Quand David eut fini de parler ainsi à Saül, celui-ci lui dit : — Est-ce bien toi qui me parles, mon fils David ? Et il se mit à pleurer à chaudes larmes. Puis il lui dit : — Tu es plus juste que moi, tu m’as traité avec bonté, alors que moi je t’ai fait du mal. Tu viens de montrer aujourd’hui que tu agis avec bonté envers moi, puisque l’Éternel m’avait livré en ton pouvoir et que tu ne m’as pas tué. Si quelqu’un surprend son ennemi, le laisse-t-il avec bienveillance poursuivre sa route ? Que l’Éternel te récompense pour ce que tu as fait pour moi en ce jour ! (1Samuel 24.17-20).

Ça fait plaisir à entendre de la part de Saül. On dirait bien un vrai retour sur soi, une véritable repentance. Sa folie furieuse a été désarmée par la bienveillance de David. Cependant, ce dernier fera bien de se méfier de ce vieux renard. Les belles paroles hâtives qu’il a dites spontanément et sous l’effet d’une forte émotion n’ont guère de valeur; c’est le temps qui en éprouvera la réalité.

Versets 21-23

Je continue le discours de Saül et finis le chapitre 24.

Maintenant, tu vois, je sais que tu seras certainement roi un jour et que le royaume d’Israël sera stable sous ton autorité. À présent, jure-moi seulement par l’Éternel que tu n’extermineras pas mes descendants après ma mort et que tu ne chercheras pas à faire disparaître mon nom de mon groupe familial. Alors David le promit par serment à Saül, qui retourna chez lui, tandis que David et ses compagnons regagnèrent leur refuge dans la montagne (1Samuel 24.21-23).

Saül fait une affirmation publique époustouflante. Il sait en son âme et conscience qu’il va mourir et qu’après lui David sera roi et il le proclame haut et fort. Alors, il demande une faveur ; que le nouveau souverain ne fasse pas table rase et épargne ses descendants. Il sait aussi que David tiendra parole. Après cette communication amicale ou presque, tout le monde rentre chez soi. En fait pas vraiment, puisque David, instruit par l’expérience, ne retourne ni au palais ni dans sa maison. Il ne se fie pas aux remords de Saül et préfère pour l’instant rester par monts et par vaux.

Chapitre 25

Verset 1

Nous arrivons au chapitre 25 qui a tous les éléments nécessaires pour faire un bon film d’action avec suspense et romance. Je commence à le lire.

À cette époque, Samuel mourut, et tout Israël se rassembla pour célébrer son deuil. On l’enterra chez lui à Rama. David se mit en route et se retira au désert de Parân (1Samuel 25.1).

Samuel joua un rôle critique en d’Israël durant une période troublée de son histoire. Malgré leur ingratitude, les habitants du pays le reconnaissent et l’honorent avec des funérailles nationales. Depuis Moïse et Josué aucun serviteur de Dieu n’avait accompli une oeuvre aussi salutaire et féconde en Israël. Grand homme d’État, il est le dernier des chefs juges et le premier d’une lignée de grands prophètes. De plus, c’est sous sa magistrature que la royauté est instituée en Israël. Les Hébreux prenaient grand soin à ce que leurs morts soient enterrés avec dignité. Chaque famille a son monument funéraire, un petit mausolée, dans un jardin attaché au lieu d’habitation.

Maintenant que Samuel est décédé, David se sent encore plus seul et davantage menacé. Il quitte carrément Israël et va se réfugier au sud dans le désert de la péninsule du Sinaï.

Versets 2-3

Je continue.

À Maôn vivait un homme très riche qui avait des propriétés dans le village de Karmel. Il possédait trois mille moutons et mille chèvres. À cette époque, il se trouvait à Karmel pour la tonte de ses moutons. Cet homme, un descendant de Caleb, s’appelait Nabal. Sa femme, Abigaïl, était très intelligente et belle, tandis que son mari était dur et méchant (1Samuel 25.2-3).

Karmel se trouve dans les monts de Judée proche de la ville antique d’Hébron que Caleb avait reçue en héritage et qui s’appelle aujourd’hui Al Khalil à 35 km au sud de Jérusalem. Comme on va le voir, ce Nabal porte bien son nom qui signifie insensé, tandis que son épouse était une femme de distinction. Ce couple fait tout de suite penser à la Belle et la Bête. Il est évident que le mariage avait été arrangé par les parents comme cela se faisait à cette époque, et cette jolie fille était mal tombée.

Versets 4-9

Je continue.

David apprit au désert que Nabal tondait ses moutons. Il chargea dix de ses hommes d’aller le trouver à Karmel et de le saluer de sa part. — Voici comment vous lui parlerez, leur dit-il : “ Longue vie à toi ! Que la paix soit avec toi et avec ta maison ! Que toutes tes affaires prospèrent ! J’apprends qu’on fait la tonte de tes moutons. Tant que tes bergers ont été avec nous, nous ne leur avons fait aucun tort. Rien n’a été dérobé de leur troupeau pendant tout leur séjour à Karmel. Interroge tes serviteurs, ils te le confirmeront. Puissent donc mes serviteurs trouver également bon accueil auprès de toi, puisque nous arrivons en ce jour de fête ! Donne-leur donc, je te prie, ce que tu auras sous la main pour tes serviteurs et ton fils David. ” Les jeunes compagnons de David allèrent et répétèrent à Nabal toutes ces paroles au nom de David, puis ils attendirent (1Samuel 25.4-9).

David et ses hommes sont en plein désert, et il faut bien manger; ils dépendent des habitants du pays pour survivre. Or, quand ils étaient avec les bergers de Nabal, ils se sont comportés d’une manière exemplaire. Non seulement ils ne leur ont rien pris, ce que faisaient habituellement les bandes armées, mais ils les ont protégés contre les pillards du désert. Or, la tonte des brebis est une fête, l’occasion de se réjouir et de se montrer généreux. David fait donc humblement appel à Nabal en lui rappelant les services rendus.

Versets 10-13

Je continue.

Nabal leur répondit : — Qui est David, et qui est le fils d’Isaï ? De nos jours il y a trop de serviteurs qui s’enfuient de chez leurs maîtres. Et vous croyez que je vais prendre de mon pain, de mon eau et de ma viande, que j’ai fait débiter pour mes tondeurs, pour les donner à des gens venus de je ne sais où ? Les serviteurs de David repartirent et rentrèrent. Ils rapportèrent intégralement à David la réponse de Nabal. Alors David ordonna à ses hommes : — Que chacun prenne son épée ! Et chacun mit son épée à sa ceinture. David aussi ceignit la sienne et partit avec environ quatre cents hommes, laissant les deux cents autres pour garder leurs affaires (1Samuel 25.10-13).

La troupe de David augmente sans cesse et pourtant leur vie est rude. Ce récit montre que les grands propriétaires ont des sentiments mitigés envers lui, mais exercer l’hospitalité envers six cents hommes est une affaire plutôt coûteuse. Cela dit, dans la culture de l’époque, le refus de Nabal est un manquement grave aux règles de l’hospitalité et un affront cinglant fait à David ; une très mauvaise manœuvre. En plus, il parle de lui comme on le ferait d’un esclave en fuite ; une très mauvaise idée. Nabal, dont le nom signifie : « fou obstiné » est franchement stupide; il vient de commettre l’irréparable et de signer son arrêt de mort en lettres capitales.

De nos jours, beaucoup de gens sont assassinés parce qu’ils ne veulent pas lâcher leur portefeuille à un bandit armé ; ça aussi, c’est stupide. Dans les endroits dangereux, ayez donc toujours sur vous une liasse de petits billets de banque afin de la jeter aux pieds d’un agresseur éventuel avant de vous enfuir à toutes jambes dans la direction opposée.

 

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

janv. 27 2023

Émission du jour | Nombres 31.1 – 35.8

Victoire sur Madian - Partage du Pays

Nos partenaires