Les études

01 juillet 2022

#40 La justice de l’Éternel (Lamentations 4.21-5.22)

L’existence de Juda dépend de la royauté issue de David ; or, Sédécias a été capturé alors qu’il tentait de fuir. Superstitieux, les Israélites croyaient que Dieu n’abandonnerait jamais Jérusalem et le Temple.

Tu peux te réjouir, peuple d’Édom, toi qui habite le pays d’Outs : toi aussi tu seras coupé et on te mettra à nue. Ton châtiment aura une fin, peuple de Jérusalem, Dieu ne te déportera plus, mais il révélera et rétribuera tes fautes, peuple d’Édom (Lamentations 4.21-22).

La faute de Juda est expiée et celle d’Édom va l’être, car ce peuple s’est réjoui du sac de Jérusalem.

Souviens toi, Éternel, de tout ce qui nous est arrivé ! Vois notre abaissement ! Des étrangers se sont emparé de notre héritage et de nos habitations. Nous sommes orphelins de notre roi, et nos mères sont veuves. Nous devons payer l’eau et le bois. Nous sommes épuisés car sans cesse harcelés ! (Lamentations 5.1-5).

Jérémie adresse une supplique passionnée qui implore la miséricorde de l’Éternel, car les Israélites sont dans une grande détresse Ils ont tout perdu : leur pays, leurs chefs, et les hommes qui sont soit morts soit exilés. Quant aux pauvres restés au pays, ils sont sous je joug des Babyloniens et soumis à des taxes et exactions.

Nous tendons les mains vers l’Égypte, vers l’Assyrie, pour avoir à manger (Lamentations 5.6).

Juda étant ravagé, la famine sévit. Les misérables survivants doivent demander l’aumône aux autres peuples.

Nos ancêtres ont péché, mais ils ne sont plus, et c’est nous qui devons porter les conséquences de leurs fautes (Lamentations 5.7).

Toutes les générations ont contribué à remplir la coupe de la colère de Dieu, jusqu’à ce qu’elle déborde.

Nous sommes dominés par des esclaves. Nous sommes confrontés aux brigands du désert quand nous cherchons de quoi manger. Notre brûlons de fièvre à cause de la famine (Lamentations 5.8-10).

Les administrateurs babyloniens étaient d’anciens esclaves promus officiers du roi. Ils oppressent leurs administrés et laissent les pillards faire des razzias dans les villages israélites.

Ils ont violé les femmes et les jeunes filles. Ils ont pendu des chefs, ils n’ont aucun égard pour les vieillards. Des jeunes gens portent la meule et des enfants trébuchent sous les fardeaux de bois. Les juges du peuple et les chants des jeunes gens ont disparu (Lamentations 5.11-14).

Le peuple est maltraité et il n’y a plus ni vie ni institution sociale.

La joie a disparu. Le deuil a remplacé nos danses. Nous n’avons plus de roi. Malheur à nous, car nous avons péché. Notre cœur souffre et nous évoluons dans les ténèbres, parce que la colline du Temple est dévastée et les renards y rôdent (Lamentations 5.15-18).

Sur la colline sacrée, le Temple de Salomon a été remplacé par un monceau de ruines. En tant que nation, Juda n’existe plus, et tout ce qui faisait sa gloire non plus ; même la dynastie de David est interrompue. La rébellion incessante du peuple choisi explique le châtiment effroyable qu’il a subi. Cependant, le sentiment qui domine ce passage est l’humilité contrite, et la soumission au juste jugement de Dieu.

Toi, Éternel, tu règnes pour toujours et ton trône subsiste à travers tous les âges. Pourquoi nous oublierais-tu et nous abandonnerais-tu pour toujours ? Fais-nous revenir à toi, ô Éternel, pour que nous revenions ! Renouvelle pour nous les jours d’autrefois ! Nous rejetterais-tu définitivement, et resterais-tu irrité contre nous à l’excès ? (Lamentations 5.19-22 ; cp Psaume 30.5 ; Esaïe 6.13 ; 64.12 ; Romains 5.22).

Jérémie trouve sa consolation dans la souveraineté de Dieu et dans sa bonté, car sa colère envers son peuple ne peut être que temporaire. Il est convaincu que les Israélites se repentiront de leurs fautes, qu’ils reconnaîtront que le jugement de l’Éternel était juste, et que Dieu les ramènera dans leur pays.

janv. 30 2023

Émission du jour | Jean : Introduction

Qui est Jésus ?

Nos partenaires