Les études

05 avril 2022

#39 À Dieu seul la gloire !

Le Psaume 112 décrit lui aussi le bonheur de ceux qui révèrent Dieu.

Louez l’Éternel ! Heureux l’homme qui révère l’Éternel et qui obéit à ses commandements par plaisir. Sa postérité sera prospère car Dieu bénit les enfants du juste. Bien-être et richesse sont dans sa maison et sa justice subsiste à toujours (Psaume 112.1-3).

Il y aura toujours des Lazare qui manquent de tout et des impies qui sont riches, mais en règle générale, ceux qui conforment leur vie à la volonté de Dieu, sont des justes et ils sont bénis.

La lumière se lève pour les hommes droits car ils sont compatissants, bons et justes. L’homme qui est miséricordieux et généreux s’en trouvera bien. Il aura gain de cause au tribunal. Il ne chancelle pas ; il ne craint pas les mauvaises nouvelles. Son cœur est ferme car il s’appuie sur l’Éternel. Il vient en aide aux indigents et est approuvé par Dieu (Psaume 112.4-9).

Ce dernier verset est cité par Paul aux Corinthiens (2Corinthiens 9.9). La compassion, la générosité, la bonté et la justice sont des attributs de Dieu, mais ces vertus sont aussi celles du fidèle, et alors, dans les moments difficiles, il peut compter sur le secours de Dieu.

Le méchant le voit et en rage. Il s’irrite et grince des dents. Mais les désirs des méchants seront réduits à néant (Psaume 112.10).

« La jalousie est la carie des os » dit un proverbe (Proverbe 14.30). Les désirs des impies ne sont jamais satisfaits, ce qui les rend jaloux de la prospérité des justes et ils en brûlent de rage.

Le Psaume 113 est appelé « le magnificat » de l’Ancienne Alliance car il exalte la majesté suprême de l’Éternel comme le fait le cantique d’Anne (1Samuel 2) et celui de Marie (Luc 1).

Vous ses serviteurs, louez le nom de l’Éternel dès maintenant et toujours ! Qu’il soit loué du lever au coucher du soleil, car il est élevé au-dessus de tous les peuples et sa gloire est plus haute que le ciel. Qui est comparable à l’Éternel notre Dieu ? Il a sa demeure dans les lieux très-hauts et s’abaisse pour voir le ciel et la terre (Psaume 113.2-6).

Ces images nous donnent une idée de l’immensité de Dieu. À ses yeux, rien n’est grand. Même l’univers et ses milliards de galaxies sont pour lui comme un poster collé au mur, et il voit à travers la plus petite particule qui existe et qu’on n’a pas encore découverte.

Il arrache à la poussière l’homme misérable, il relève l’indigent et le tire de la boue pour le faire asseoir parmi les notables de son peuple. Il installe en sa maison la femme stérile, et elle y connaît la joie d’être mère de nombreux enfants. Louez l’Éternel (Psaume 113.7-9).

Ces derniers versets se trouvent dans le cantique d’Anne (1Samuel 2.8,5).

Le Psaume 114 évoque de façon poétique et pittoresque les phénomènes naturels qui ont accompagné la sortie d’Égypte, ainsi que leur entrée dans le pays de Canaan.

Quand Israël sortit d’Égypte, la mer prit la fuite, le Jourdain reflua. Toutes les montagnes bondissaient comme des béliers et les collines comme des cabris. Mais qu’avez-vous, mer et Jourdain, pour fuir, et vous montagnes et collines, pour bondir ainsi ? Ô terre, tremble devant le Seigneur car il change le roc en étang et la pierre en source d’eau (Psaume 114.1-8).

Le psalmiste personnifie la Mer Rouge, le Jourdain et la terre, puis il exprime son étonnement comme s’il était spectateur de ces phénomènes incompréhensibles.

Le Psaume 115 célèbre la majesté de l’Éternel et sa bonté envers son peuple.

Non pas à nous, ô Éternel, mais à toi seul soit la gloire pour ta bonté et ta fidélité ! Pourquoi les nations diraient-elles : “ Où est leur Dieu ? ” Notre Dieu est au ciel et il fait tout ce qu’il veut (Psaume 115.1-2).

Ce sont les peuples païens qui posent cette question méprisante, mais elle est l’occasion pour le psalmiste de proclamer la majesté et la toute-puissance de l’Éternel.

Mais leurs idoles d’argent et d’or sont faites par des hommes. Elles ont une bouche mais ne parlent pas, des yeux qui ne voient pas, des oreilles qui n’entendent rien, des narines qui ne sentent rien, des mains qui ne peuvent toucher, des pieds qui ne marchent pas, et de leur gorge, jamais aucun son ne s’échappe. Ils leur ressemblent, tous ceux qui fabriquent les idoles et qui leur font confiance (Psaume 115.4-8 ; cp Ésaïe 44.14-17).

Le Dieu d’Israël est un esprit éternel et le Créateur de l’univers, tandis que les idoles de cette époque étaient fabriquées de toutes pièces et inertes. La stupidité de l’homme est sans limite.

Vous qui révérez l’Éternel, faites-lui confiance car il est un secours et un bouclier. Il pense à nous et bénira ceux qui le révèrent, du plus petit jusqu’au plus grand. Que l’Éternel vous fasse prospérer, vous et vos enfants ! Soyez bénis par l’Éternel qui a fait le ciel et la terre ! Le ciel lui appartient mais il a donné la terre aux hommes (Psaume 115.9-16).

Dieu pense à chacun d’entre nous et il connaît nos faits et gestes et toutes nos pensées, et il est tout à fait légitime de lui demander sa bénédiction, de quoi subvenir sur cette terre.

Les morts qui descendent au pays du silence ne louent pas l’Éternel. Mais nous, nous louons l’Éternel dès maintenant et à jamais. Oui, louez l’Éternel (Psaume 115.17-18).

Nous sommes des créatures sévèrement handicapées, mais c’est justement ce qui fait qu’aux yeux de Dieu, nos œuvres, nos louanges et notre reconnaissance sont précieuses.

févr. 07 2023

Émission du jour | Jean 3.14-36

Dieu a tant aimé le monde

Nos partenaires