Les études

20 juin 2022

#29 Jésus se montre à ses disciples (Jean 20.24-21.24)

Après la mort de Jésus les disciples sont comme un troupeau sans berger, mais depuis qu’il leur est apparu, ils ont repris vie. Mais :

Thomas n’était pas avec eux lors de la première venue de Jésus. Les autres disciples lui dirent : Nous avons vu le Seigneur ! Mais il répondit : Si je ne mets pas mon doigt à la place des clous et la main dans son côté, je ne croirai pas. Huit jours plus tard, les disciples étaient de nouveau réunis et Thomas était avec eux. Jésus apparaît et dit : Que la paix soit avec vous ! Puis il dit à Thomas : Place ton doigt dans mes mains et ta main dans mon côté. Ne sois pas incrédule mais crois. Thomas lui répondit : Mon Seigneur et mon Dieu ! Parce que tu m’as vu, tu crois ! Heureux ceux qui croient sans avoir vu. Ce livre a été écrit pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant, vous possédiez la vie en son nom (Jean 20.24-31).

Enclin au doute et au découragement, Thomas est tout d’abord absent du cercle des disciples parce qu’ayant perdu tout espoir, il est en train de broyer du noir dans un coin. Puis pendant huit jours, les disciples se réunissent en espérant revoir Jésus. Enfin « il vient » dit le texte et condescend à donner à Thomas les preuves qu’il demande. Honteux et confus, Thomas est le premier à dire à Jésus, littéralement : « le Seigneur de moi et le Dieu de moi ». Il dit deux fois « de moi » et s’adresse bien à Jésus qu’il reconnaît comme son Seigneur et son Dieu. Et Jésus, loin de repousser cet hommage, l’approuve. Cependant, il lui adresse aussi un reproche car il a exigé des preuves et refusé le témoignage des autres disciples. Or, c’est sur leur témoignage que reposent nos connaissances et nos convictions. La foi est un acte conscient indépendant des sens, et les objets de la foi chrétienne sont invisibles. La foi en Jésus et en sa résurrection repose sur le témoignage apostolique que Thomas a refusé.

Je commence maintenant le chapitre 21, le dernier de cet évangile.

Jésus se montra encore à ses disciples sur les bords du lac de Tibériade. Pierre, Thomas, Nathanaël, les fils de Zébédée, et deux autres disciples allèrent pêcher, mais cette nuit-là, ils ne prirent rien. Au petit matin, Jésus se trouvait sur la plage mais les disciples ignoraient que c’était lui. Il les appela : Hé, avez-vous du poisson ? Non ! Jetez le filet du côté droit du bateau. Ils le firent et ne pouvaient pas le remonter, tellement il y avait de poissons. Jean dit alors à Pierre : C’est le Seigneur. Pierre se jeta à l’eau et les disciples regagnèrent la rive avec le bateau en remorquant le filet plein de poissons. Une fois à terre, ils voient là un feu de braise avec du poisson dessus, et du pain (Jean 21.1-9).

Ce récit a lieu en Galilée pendant les 40 jours qui séparent la résurrection de l’ascension. Cette pêche miraculeuse est une magnifique image des immenses bénédictions que Jésus accordera au futur ministère des disciples. Dès qu’ils sont sur la plage « ils voient » qu’un repas est préparé pour eux. Le présent exprime leur étonnement. Par ce repas, Jésus rétablit ses anciennes relations avec ses disciples afin qu’ils se sentent à l’aise avec lui ressuscité.

Jésus leur dit : apportez des poissons. Pierre tira le filet qui contenait cent cinquante-trois gros poissons. Venez manger. Il prit le pain et le leur distribua, puis il fit de même pour les poissons. C’était la troisième fois que Jésus se montrait à ses disciples (Jean 21.9-14).

Pierre est toujours le premier à faire ou à dire et tous les disciples, heureux, comptent leur prise. Tout comme autrefois, Jésus assume ici le rôle du Maître et chef de famille.

Après le repas, Jésus demanda à Pierre : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ceux-là ? Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime bien. Prends soin de mes agneaux. Il lui demanda une deuxième fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime bien. Nourris mes brebis. Jésus lui demanda une troisième fois : Simon, fils de Jonas, as-tu de l’affection pour moi ? Pierre fut peiné car c’était la troisième fois. Il répondit : Seigneur, tu sais que je t’aime bien. Prends soin de mes brebis (Jean 21.15-17).

Bien que Pierre se soit repenti d’avoir renier Jésus, sa relation avec lui a été profondément troublée et a besoin d’être renouvelée. A cet effet, le Seigneur fait subir à Pierre un examen de conscience et de cœur car l’amour pour le Sauveur est l’âme de la vie chrétienne. Au lieu de l’appeler Pierre, Jésus utilise le nom qu’il portait avant son apostolat comme s’il l’appelait de nouveau à le suivre. Parce que Pierre avait dit : « Je donnerai ma vie pour toi (Jean 13.37) », Jésus lui demande « M’aimes-tu plus que tes condisciples ? » Puis Jésus recommande aux soins de Pierre ses brebis, ceux qui lui appartiennent, et ses agneaux, les petits et les faibles.

Je te l’assure : quand tu seras vieux, tu étendras les bras, un autre te mènera là où tu n’aimerais pas aller. Jésus faisait allusion au genre de mort que Pierre allait endurer à la gloire de Dieu. Puis il dit : Suis-moi ! (Jean 21.18-19).

Selon la tradition, Pierre fut crucifié sous le règne de Néron.

Pierre aperçut Jean qui marchait derrière eux et demanda :  Et lui, Seigneur ? Si je veux qu’il reste en vie jusqu’à ce que je revienne, que t’importe ? Toi, suis-moi (Jean 21.20-22).

En gros Jésus répond : « ça ne te concerne pas, occupe-toi de toi-même ».

C’est ce disciple qui rend témoignage de ces choses, et qui les a écrites. Et nous savons que son témoignage est vrai (Jean 21.24).

Ces paroles seraient de la plume des Anciens de l’église d’Éphèse et le dernier verset un rajout bizarre d’un scribe trop zélé.

mai 22 2024

Émission du jour | Job 39.1 – 41.2

Réponse de l'Éternel (suite)

Nos partenaires