Les études

20 juin 2022

#15 Paul à Athènes et ensuite à Corinthe (Actes 17.16-18.13)

Alors que l’apôtre Paul attend la venue de ses amis, il parcourt l’Agora, la grande place d’Athènes où le peuple s’assemble pour faire son marché, traiter les affaires de la ville ou écouter des orateurs, mais cette place foisonne aussi d’idoles.

« À la synagogue, il discute avec Juifs et prosélytes, et sur l’Agora, avec qui le veut bien. Des épicuriens et des stoïciens le débattent. Les uns disent : Qu’est-ce que ce bavard raconte ? D’autres : On dirait qu’il prêche des divinités étrangères. En effet, Paul annonçait Jésus et la résurrection. Alors ils l’emmènent devant l’Aréopage et lui disent : nous désirons savoir ce dont tu parles » (Actes 17.17-21).

L’aéropage est une colline tranquille où siège le tribunal, où se réunissent hommes d’État et savants, et où les philosophes aiment venir pour entendre les dernières nouvelles.

« Alors Paul dit : Athéniens, vous êtes, à tous égards, très religieux. J’ai même vu un autel avec l’inscription : À un dieu inconnu. Eh bien c’est lui que je vous annonce. Il a créé l’univers. Le Seigneur du ciel et de la terre n’habite pas dans des temples et il n’a pas besoin d’être servi. Au contraire, c’est lui qui donne à tous les êtres la vie, le souffle et toutes choses. À partir d’un seul homme, Dieu a créé tous les peuples pour qu’ils habitent sur terre ; il a établi les limites de leurs domaines. Dieu invite les hommes à le chercher, et à le trouver. Il n’est pas loin de nous car “ c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être ”, comme l’ont dit vos poètes, car “ de lui nous sommes la race ”. Nous ne devons donc pas imaginer une ressemblance entre la divinité et ces idoles que peuvent produire l’homme » (Actes 17.22-29).

Les philosophes qui s’attendaient à quelque fable mythologique ont droit à un fantastique exposé sur le Dieu créateur. Paul les ménage car il dit exactement : « nous ne sommes pas obligés de croire ». Dieu exige de l’homme qu’il le cherche car c’est en lui qu’il existe. Dieu ne dépend pas de l’imagination de l’homme ce qui veut dire que se prosterner devant des idoles, c’est se dégrader et abaisser Dieu. Par ailleurs, si les peuples acceptaient que c’est Dieu qui a posé les bornes de leur territoire, ils ne se feraient pas la guerre.

« Dieu ne tient plus compte des temps où les hommes l’ignoraient et leur annonce en tout lieu qu’ils doivent se repentir, car il a fixé un jour où il jugera le monde avec justice par l’homme qu’il a choisi ce dont il a donné une preuve certaine en le ressuscitant des morts » (Actes 17.30-31).

La résurrection de Jésus-Christ est la preuve que Dieu a choisie Jésus comme Sauveur et Juge. Au lieu de punir l’homme pour son indifférence à son égard, et parce qu’il est miséricordieux, Dieu l’exhorte à se remettre en question, à se repentir de son attitude envers lui.

« A la mention de la résurrection, certains se moquent de Paul, cependant quelques- uns, dont Denys, un juge de l’aéropage, croient à sa parole » (Actes 17.32-34).

La résurrection met fin à l’attention des auditeurs, mais pas tous. Au troisième siècle, Origène mentionne l’église d’Athènes, et selon l’historien juif Eusèbe, Denys était pasteur de cette église et souffrit le martyre.

Je commence le chapitre 18.

« Puis Paul part d’Athènes et se rend à Corinthe où il rencontre un Juif, Aquilas et sa femme Priscille. Ayant le même métier, Paul loge chez eux et ensemble ils fabriquent des toiles de tente » (Actes 18.1-3).

Située à 70 km d’Athènes, Corinthe se distingue par ses mœurs corrompues et sa prospérité qu’elle doit à son double port qui s’ouvre à la fois sur l’Orient et l’Occident.

« Le sabbat, Paul enseigne dans la synagogue. Dès que Silas et Timothée le rejoignent, il se donne entièrement à la Parole, attestant aux Juifs que Jésus est le Messie. Mais comme ceux-ci s’opposent à lui et l’injurient, il leur dit : Si vous êtes perdus, c’est uniquement de votre faute. Dès maintenant, j’irai vers les non-Juifs. Paul continue à enseigner dans la maison d’un prosélyte, située à côté de la synagogue, dont le chef et toute sa famille ainsi que beaucoup de Corinthiens croient en Jésus et sont baptisés. Une nuit, le Seigneur dit à Paul : Ne crains pas, parle car je suis avec toi. Personne ne pourra te nuire. Parle car j’ai dans cette ville un peuple nombreux. Alors Paul y resta un an et demi, enseignant la Parole de Dieu » (Actes 18.4-11).

Malgré ses succès, Paul semble avoir besoin d’encouragement car sa vie est menacée. Le Seigneur lui donne alors deux raisons de continuer son enseignement : il le protège et beaucoup vont se convertir car ils ont été choisis pour la vie éternelle. C’est pendant ce séjour que Paul écrit ses premières lettres : deux épîtres à l’église de Thessalonique.

« À l’époque où Gallion gouvernait la province d’Achaïe, les Juifs traînent Paul devant le tribunal où ils l’accusent en disant : Cet homme persuade les gens de servir Dieu d’une façon contraire à la Loi » (Actes 18.12-16).

Les Juifs qui jouissent de la liberté de culte, espèrent que Gallion interdira l’enseignement de Paul parce que c’est une religion nouvelle.

mai 17 2024

Émission du jour | Job 33.14 – 34.37

La justice de Dieu d'après Élihou

Nos partenaires