Les études

20 juin 2022

#12 Désaccord à propos de la circoncision (Actes 14.19-15.21)

Peu importe où les apôtres s’enfuient, une meute est à leurs trousses.

« Des Juifs arrivent alors d’Antioche et d’Iconium et par des mensonges tournent le peuple contre eux. Après avoir lapidé Paul et le croyant mort, ils le traînent hors de la ville, mais des disciples arrivent et il se relève, rentre en ville et le lendemain part pour Derbe avec Barnabas » (Actes 14.19-20).

Paul ayant été assassiné, son relèvement subite et inattendu est certainement miraculeux.

« Après avoir annoncé la Bonne Nouvelle à Derbe et fait de nombreux disciples, ils retournèrent à Lystre, à Iconium et à Antioche où ils encouragent les chrétiens à persévérer dans la foi, car, disent-ils, c’est par bien des souffrances que nous entrons dans le royaume de Dieu. Dans chaque église, ils font élire des responsables et, en priant et jeûnant, ils les confient au Seigneur en qui ils ont cru » (Actes 14.21-23).

Paul et Barnabas n’ont pas peur de retourner dans les villes où on veut leur faire la peau car ils y ont laissé des nouveaux convertis qui ont besoin d’être encouragés à cause des persécutions qu’ils subissent. Et puis il faut aussi choisir des guides spirituels pour chaque assemblée.

« Après avoir annoncé la Parole à Perge, ils descendent au port d’Attalie. Là ils s’embarquent pour Antioche d’où ils étaient partis. Là ils réunissent les membres de l’église et leur racontent tout ce que Dieu a fait et comment en particulier, il a ouvert la porte de la foi aux non-Juifs » (Actes 14.24-28).

Les apôtres font le trajet inverse et annoncent l’Évangile à Perge, ce qu’ils n’avaient pas fait auparavant. Si le récit de Luc est complet, après un périple de deux voire trois ans, 1100 km à pied et 800 km par mer, ils ont fondé sept églises.

Je commence le chapitre 15.

« Des hommes de Judée arrivent à Antioche et affirment : Si vous ne vous faites pas circoncire, vous ne pouvez pas être sauvés. Suit alors une vive discussion avec Paul et Barnabas. Finalement, on décide qu’ils iront à Jérusalem pour en parler avec les apôtres et les responsables » (Actes 15.1-2).

Le conflit entre Paul et les judaïsants est inévitable car en exigeant que les païens deviennent juifs, ceux-ci faussent le pur Évangile, suppriment son universalité ainsi que le salut par grâce par la foi seule. Et l’Église serait devenue une secte juive incapable de conquérir le monde.

« Ils traversent la Phénicie et la Samarie, racontant comment les non-Juifs se tournent vers Dieu, et tous les frères en sont réjouis. Arrivés à Jérusalem, ils rapportent à l’église tout ce que Dieu avait fait par leur entremise » (Actes 15.3-4).

Les apôtres profitent de ce périple de 400 km pour faire un rapport à tous les croyants qu’ils rencontrent sur leur route.

« Mais des pharisiens devenus croyants déclarent qu’il faut impérativement circoncire les non-Juifs et leur ordonner d’observer la loi de Moïse » (Actes 15.5).

Dès l’arrivée des délégués d’Antioche, les judaïsants engagent la lutte. Plus tard, Paul les appellera des « faux frères » parce qu’ils se glorifient de faire des disciples de la loi de Moïse.

« Les apôtres et les responsables de l’Église se réunissent pour examiner la question. Après une longue discussion, Pierre dit : vous savez que Dieu voulait que j’annonce l’Évangile aux non-Juifs pour qu’ils deviennent croyants. Dieu a témoigné qu’il les acceptait en leur donnant le Saint-Esprit. Il ne fait aucune différence entre eux et nous car c’est par la foi qu’il purifie les cœurs. Pourquoi aller contre Dieu en imposant aux disciples non-Juifs un joug que ni nos ancêtres ni nous n’avons jamais pu porter ? » (Actes 15.6-10).

Au moins dix ans plus tôt, Pierre a été le premier à évangéliser des non-Juifs : Corneille et toutes ses connaissances, et l’Église l’avait approuvé. Si les judaïsants exigent la circoncision de la chair c’est parce qu’ils refusent d’accepter que c’est la purification du cœur qui importe.

« Que ce soient nous ou les non-Juifs, c’est par la grâce du Seigneur Jésus que nous sommes sauvés. Puis l’assemblée garde le silence pour écouter Barnabas et Paul raconter les miracles que Dieu avait accomplis parmi les païens » (Actes 15.11-12).

C’est le dernier discours de Pierre rapporté par Luc. Après l’intervention de Paul et Barnabas, c’est au tour de Jacques, le demi-frère du Seigneur, qui dit :

« Frères écoutez-moi ! Pierre a rappelé comment Dieu est intervenu pour se choisir parmi les non-Juifs un peuple qui lui appartienne. Ne créons pas de difficultés aux païens qui se convertissent mais demandons-leur de ne pas manger de viande provenant d’animaux offerts aux idoles ou étouffés, de se garder de l’impudicité, et du sang » (Actes 15.13-14, 19-21).

Certaines pratiques païennes sont en horreur aux Juifs. Sans ces interdictions, il n’y aurait jamais eu de relations fraternelles entre les croyants juifs et non-juifs, car on sait que les païens font alors des viandes idolâtres, des festins qui dégénèrent en orgies.

avril 18 2024

Émission du jour | Esther 6.7 – 7.10

Mardochée honoré - Haman humilié

Nos partenaires