Les études

22 juin 2022

#04 Consignes pour la conduite des fidèles (Tite 2.15-3.15)

Jésus s’est livré en rançon pour nous afin de satisfaire les exigences de la sainteté et de la justice divines et ainsi acquérir un peuple de croyants dont la vie est orientée à faire des bonnes actions pour Dieu.

Voilà ce que tu dois enseigner. Exhorte et corrige avec une pleine autorité et que nul ne te traite avec mépris (Tite 2.15 ; cp 1Timothée 4.12 ; 2Timothée 4.2).

Comme il représente l’autorité de Dieu en Crète, Tite ne doit pas tolérer le « mépris » des hérétiques.

Rappelle à tous qu’ils doivent se soumettre aux autorités et être prêts à accomplir toute œuvre bonne (Tite 3.1 ; cp Matthieu 17.24-27 ; 22.21 ; Actes 4.19).

Le croyant vit dans son église et avec ses frères et sœurs, mais aussi dans une société païenne. L’ordre de l’apôtre est le même que celui de Jésus qui a dit : « Rendez à César ce qui revient à César et à Dieu ce qui revient à Dieu » (Matthieu 22.21). Les croyants ont l’obligation morale de contribuer au bien-être de leur ville et d’obéir au gouvernement tant que celui-ci ne leur est pas demandé de violer les commandements de Dieu.

Qu’ils ne disent du mal de personne et ne soient pas belliqueux mais, au contraire, qu’ils soient conciliants et courtois envers tous les hommes (Tite 3.2 ; cp 1Timothée 2.1-4).

Le croyant ne doit pas dire de mal de son prochain ni des politiciens véreux. Par contre, il doit se montrer paisible, conciliant, doux, modéré et respectueux afin de sauvegarder son témoignage.

Car nous aussi, autrefois, vivions en insensés, en révolte contre Dieu, esclaves de toutes sortes de passions et de plaisirs. Nous vivions dans la méchanceté et dans l’envie, étant dignes d’être haïs et nous haïssant les uns les autres (Tite 3.3 ; Romains 1.18, 21, 28-32 ; 1Corinthiens 6.9-11 ; Galates 5.19-21 ; Éphésiens 4.17-19 ; Jérémie 17.9).

Paul donne plusieurs listes de péchés qui habitent les cœurs non régénérés. Le non-croyant ne connaît pas Dieu ni ses exigences morales. Il est trompé par l’esprit de ce monde, vicieux et plein de haine.

Mais quand Dieu notre Sauveur a révélé sa bonté et son amour pour les hommes, il nous a sauvés, non par des actes justes que nous aurions accomplis, mais par sa miséricorde et le baptême de la nouvelle naissance dans le Saint-Esprit qu’il a répandu avec abondance sur nous par Jésus-Christ notre Sauveur. Afin qu’ayant été déclarés justes par sa grâce, notre espérance soit de devenir héritiers de la vie éternelle (Tite 3.4-7 ; cp Jean 3.5 ; 1Timothée 2.4 ; Romains 3.21, 24 ; Éphésiens 2.8-9 ; 2 Timothée 1.9).

Ces paroles rappellent que le salut est uniquement dû à l’action de Dieu qui a racheté sa créature coupable. Celui qui place sa foi en Jésus-Christ est déclaré juste par Dieu et reçoit la vie éternelle qui, dès ce moment-là, devient une réalité certaine, mais elle ne se réalisera pleinement que dans l’au-delà.

C’est là une parole certaine et je veux que tu insistes fortement sur ces enseignements afin que ceux qui ont la foi en Dieu fassent des œuvres bonnes. Voilà ce qui est bon et utile aux hommes (Tite 3.8).

Tite doit enseigner la foi en Jésus-Christ et la pratique des œuvres qui en découlent car les deux vont de pair. C’est en portant des fruits pour Dieu que les croyants font avancer son royaume.

Mais évite les spéculations absurdes, l’étude des généalogies, les controverses et les polémiques au sujet de la Loi car elles sont inutiles et vaines. Avertis l’hérétique une ou deux fois, puis évite-le car il est perverti, il fait le mal et se condamne lui-même (Tite 3.9-11 ; cp Matthieu 18.15-17 ; Romains 16.17-18 ; 2Thessaloniciens 3.14-15 ; 1Timothée 1.4 ; 6.4 ; 2Timothée 2.23 ; Tite 1.14).

Les Judaïsants se disaient chrétiens mais répandaient les hérésies qui circulaient dans les églises du premier siècle. Ces hérésies donnaient lieu à des discussions interminables et aux interprétations les plus farfelues, ce qui causait des divisions. Ces hérétiques posaient un grave danger car ils rejetaient le salut par la foi seule.

Quand je t’aurai envoyé Artémas ou Tychique, rejoins-moi au plus vite à Nicopolis où j’ai décidé de passer l’hiver. Pourvois au voyage de Zénas, le juriste, et d’Apollos, afin que rien ne leur manque (Tite 3.12-13).

Ailleurs, Paul appelle Tychique : « un serviteur fidèle dans l’œuvre du Seigneur » (Éphésiens 6.21 ; Colossiens 4.7). Par contre, on ne sait rien d’Artémas sinon qu’il doit aussi être fidèle et capable de remplacer Tite et que l’apôtre veut auprès de lui. Il existait neuf villes appelés Nicopolis, mais ici il s’agit certainement de la ville qui est sur la côte adriatique au sud de la Grèce. Il est probable que c’est là que Paul fut arrêté et conduit à Rome pour son second emprisonnement alors que Néron crache feu et flammes contre les chrétiens. Apollos est un Prédicateur hors pair qui apparaît plusieurs fois dans le Nouveau Testament mais Zénas nous est inconnu.

Il faut que les nôtres apprennent à faire des bonnes œuvres pour faire face à tout besoin, afin qu’ils ne soient pas sans porter des fruits. Tous ceux qui sont avec moi te saluent. Salue ceux qui nous aiment dans la foi. Que la grâce de Dieu soit avec vous tous (Tite 3.14-15 ; cp Actes 20.35).

Paul termine cette lettre en rappelant que les croyants doivent mener une vie productive pour le Seigneur et en particulier pratiquer l’amour fraternel qui consiste à venir en aide à ceux qui sont dans le besoin.

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires