Chapitre 11

Introduction

Il y a presque une cinquantaine d’années, le gouvernement français a confié aux urbanistes le soin de construire de toutes pièces des villes dites « nouvelles ». J’en connais une qui s’appelle « l’Isle d’Abeau » à environ 30 km de Lyon et qui fut inaugurée en 1970. Elle a été conçue clé en main pour ainsi dire, avec commerces et maisons de quartiers, et le plan d’occupation des sols avait même prévu des terrains pour des lieux de culte. Ensuite, on a prédéterminé les endroits où sont bâtis les appartements locatifs et les maisons individuelles. Vu la situation privilégiée de l’Isle d’Abeau relativement proche de Lyon, il n’a pas été difficile de trouver du monde pour la peupler. De nos jours, beaucoup de gens souhaitent habiter dans les grandes villes où leurs banlieues.

Si aujourd’hui on se bouscule pour vivre dans Jérusalem, comme dans toute les grandes villes, il n’en a pas toujours été ainsi. Après le retour d’exil du peuple juif et une fois les murailles d’enceinte reconstruites sous la conduite de Néhémie, il restait à trouver les familles pour la peupler. Mais comme le 7e mois qui est une époque de rassemblements obligatoires est arrivé, il a d’abord fallu célébrer la fête des Trompettes qui coïncide avec le Nouvel An de l’année civile, puis la fête des Cabanes, pendant laquelle la Loi de Moïse est lue au peuple par le prêtre Esdras et expliquée par les Lévites, ce qui suscite un renouveau spirituel remarquable. Cette lecture a une telle influence sur les Israélites qu’elle conduit à une très longue prière de repentance où tous, grands et petits, reconnaissent leurs fautes devant l’Éternel et s’engagent par serment à obéir désormais à la Loi. Tout est bien qui finit bien donc. Pas tout à fait ! Comme je l’ai déjà dit, il reste encore à peupler la ville de Jérusalem nouvellement protégée par la reconstruction de la muraille d’enceinte. Il est en effet nécessaire de la pourvoir d’un nombre suffisant d’hommes capables d’en assurer la garde et de la défendre si besoin est. Maintenant que les solennités du 7e mois sont terminées, ce problème va être abordé par les responsables du peuple.

Verset 1

Je commence à lire le chapitre 11 du livre de Néhémie en compressant tout au long.

Les chefs du peuple s’installèrent à Jérusalem. Pour le reste du peuple, on tira au sort pour faire venir s’établir à Jérusalem, la ville sainte, une famille sur dix. Les neuf autres pouvaient rester dans les autres localités (Néhémie 11.1).

C’est le jeu du hasard qui force certaines familles à s’établir dans la « ville sainte », ainsi appelée parce que c’est là qu’est construit le Temple qui abrite le coffre sacré. Mais Jérusalem n’est désignée comme telle que dans les livres de Néhémie, Ésaïe et Daniel.

Verset 2

Je continue.

Certains hommes s’offrirent volontairement pour habiter à Jérusalem. Leurs compatriotes les bénirent (Néhémie 11.2).

Les riches ont tout à gagner à vivre dans la ville fortifiée car ils font cultiver leurs terres par des frères indigents. Mais pour les petites gens, habiter Jérusalem c’est la galère parce que ça les éloigne de leurs terres. Alors tant mieux et longue vie aux volontaires.

Verset 3

Je continue.

Dans les villes de Juda habitaient les Israélites, les prêtres, les lévites, les desservants du Temple et les descendants des serviteurs de Salomon, chacun dans sa propriété et sa ville respective (Néhémie 11.3).

Suivent alors les noms de ceux qui sont venus s’installer à Jérusalem. La liste qui est tirée d’un registre officiel n’est pas inclusive, car Néhémie ne retient que les personnages influents.

Versets 20-21

Je continue plus loin.

Le reste des Israélites, des prêtres et des lévites étaient établis dans toutes les villes de Juda, chacun dans son patrimoine. Les desservants du Temple habitaient le quartier de l’Ofel (Néhémie 11.20-21).

Les desservants du Temple sont chargés des corvées. Ils sont nombreux, car avec leur famille cela faisait une population d’environ 20 000 personnes. Contrairement aux Israélites disséminés, les desservants habitent tous Jérusalem.

Versets 23-24

Je continue.

Ils étaient soumis à des ordonnances royales qui réglaient leur activité jour par jour. Petahya était le délégué du roi pour toutes les affaires civiles (Néhémie 11.23-24).

Tout le fonctionnement des rapatriés juifs est soumis aux ordonnances du pouvoir impérial perse, mais il est bienveillant. Darius 1er avait déjà montré son intérêt pour le culte israélite comme ici Artaxerxès.

Versets 25-30

Je continue et finis le chapitre 11.

D’autres membres de la tribu de Juda s’établirent dans les localités de la campagne… Ils occupèrent ainsi toute la région depuis Beer-Chéba jusqu’à la vallée de Hinnom (Néhémie 11.25, 30).

Les membres de la tribu de Juda s’établissent dans 17 bourgs. Il faut se représenter chacune de ces localités comme un chef-lieu de canton entouré d’un territoire sur lequel se trouvent des villages de moindre importance appelés « filles du bourg central ». Les Israélites occupent donc le sud de la Judée, de la banlieue de Jérusalem jusqu’à Beer-Chéba 50 km plus loin.

Des fouilles archéologiques ont révélé que la ville de Beer-Chéba fut détruite par les assyriens en 701 av. J-C et reconstruite par les Perses environ deux siècles plus tard.

Jérusalem est à l’extrême sud du territoire de Benjamin, mais les membres de cette tribu sont allés s’installer dans les bourgs du nord. Le reste du chapitre donne la liste de ces bourgs, mais je vous en fais grâce.

Chapitre12

Verset 1

Nous arrivons au chapitre 12 qui continue la liste de ceux qui sont revenus en Juda. Je commence à lire en compressant tout au long.

Voici la liste des prêtres et des lévites qui revinrent de l’exil avec Zorobabel et avec Josué (Néhémie 12.1).

C’est David qui avait établi l’ordre de rotation des 24 classes sacerdotales au service du Temple. Néhémie dresse la liste de 22 chefs de familles de prêtres qui sont revenus au pays avec Zorobabel. Puis sont énumérés les Lévites et les grands-prêtres depuis le retour d’exil.

Versets 27-30

Je continue le texte plus loin.

Lors de l’inauguration de la muraille de Jérusalem, on fit venir les lévites à Jérusalem de toutes les localités où ils habitaient, afin de célébrer l’événement dans la joie, par la louange et par le chant des cantiques accompagnés par les cymbales, les luths et les lyres. Les musiciens se rassemblèrent du district des alentours de Jérusalem, ainsi que des environs, car ils s’étaient construit des villages autour de Jérusalem. Les prêtres et les lévites accomplirent les rites de purification, tant pour eux-mêmes que pour le peuple, pour les portes et pour la muraille (Néhémie 12.27-30).

Aux dires de certains commentateurs, nous somme le 27è jour du 9è mois de l’an 458, soit trois mois après la fin des travaux. Cette dédicace des murs de Jérusalem a fourni l’occasion d’une immense fête. Une foule de gens et de musiciens de tout le pays est venue en ville pour cette célébration. Mais avant toute réjouissance en l’honneur de l’Éternel, il est indispensable de purifier rituellement aussi bien les personnes que les objets. Sans animaux sacrifiés sur l’autel des holocaustes, Dieu n’agrée pas ces festivités qui ne seraient alors qu’un vulgaire tapage. Si du sang n’est pas versé pour couvrir les péchés, la bonne volonté, les prières et les actes religieux ne sont que des simagrées aux yeux de l’Éternel. Chaque fois que l’homme veut s’approcher du Dieu trois fois saint, il doit d’abord régler le problème de son péché.

Versets 31-42

Je continue en compressant.

Je fis monter sur la muraille les chefs de Juda et je formai deux grands chœurs. Le premier se dirigea du côté droit et marcha sur la muraille vers la porte du Fumier. Derrière les choristes venait la moitié des chefs de Juda, Puis venaient des prêtres munis de trompettes qui jouaient des instruments de David, Esdras, le spécialiste de la Loi, était à leur tête. Ils continuèrent jusqu’à la porte des Eaux, du côté oriental de la ville. Le second chœur partit vers la gauche. Je les suivis avec l’autre moitié du peuple sur le haut de la muraille. On s’arrêta à la porte de la Prison. Les deux chœurs prirent place dans le Temple de Dieu. Les musiciens faisaient résonner leurs cantiques (Néhémie 12.31-42).

C’est là qu’une petite vidéo expliquerait bien mieux que des mots le déroulement de la fête. Néhémie rassemble deux grands chœurs qui partent de la porte de la Vallée au sud-ouest de la ville et qui marchent sur la muraille en sens inverse. Une procession se dirige vers la porte du Fumier à l’extrême sud-est de l’enceinte, puis remonte le mur oriental. L’autre procession va dans le sens contraire. Les deux chœurs chantent les louanges de Dieu et se rejoignent entre la porte des Eaux et celle de la prison pour entrer ensuite ensemble dans le parvis du Temple.

Versets 43-47

Je finis ce chapitre 12.

Les gens offrirent ce jour-là de nombreux sacrifices car Dieu leur avait accordé un grand sujet de joie. Les femmes et les enfants prirent part aux réjouissances et l’on entendait de loin les cris de joie qui retentissaient à Jérusalem. À cette époque, des hommes furent préposés à la surveillance des salles où étaient entreposées les offrandes et les dîmes. On les chargea d’y recueillir les parts attribuées par la Loi aux prêtres et aux lévites, provenant des champs qui entouraient les villes. En effet, le peuple de Juda se réjouissait de ce que les prêtres et les lévites étaient en fonction, de ce qu’ils assuraient le service de leur Dieu et accomplissaient les rites de purification, et de ce que les musiciens et les portiers assumaient leurs fonctions conformément aux instructions de David et de son fils Salomon (Néhémie 12.43-45).

Tout le monde est dans la joie, car le culte de l’Éternel fonctionne parfaitement bien. Voyant cela, le peuple paie volontiers toutes les dîmes et autres redevances obligatoires selon la Loi.

Chapitre 13

Introduction

Nous arrivons au chapitre 13. Néhémie a gouverné la Judée pendant 12 ans qu’il a mis grandement à profit. Après avoir rebâti les murailles de la ville sainte, il organisé la nation juive et rétabli le fonctionnement du culte ; il repeuple Jérusalem et d’autres villes ; il dirige la dédicace de la muraille et réorganise la collecte des offrandes et des dîmes. Il dresse également la liste de ceux qui ont marqué son époque. Ces suites de noms sont rébarbatives pour nous mais elles présentent un intérêt historique certain.

Après tous ces accomplissements, Néhémie retourne en Perse faire son rapport à l’empereur. Mais pendant son absence de plusieurs années, l’état spirituel du peuple juif se dégrade gravement, ce qui fait qu’à son second retour à Jérusalem, une tâche ardue l’attend. C’est ce que raconte le dernier chapitre du livre de Néhémie que je commence à lire en compressant.

Verset 1

À cette époque, au cours d’une lecture du livre de Moïse en présence du peuple, on y trouva écrit que ni l’Ammonite, ni le Moabite ne seraient jamais admis dans la communauté de Dieu. Dès que l’on eut entendu le texte de cette loi, on exclut tous les étrangers de la communauté d’Israël (Néhémie 13.1).

Dès son retour en Judée, Néhémie fait lire la Loi, le livre du Deutéronome (23.3-5) pour être exact, ce qui produit un effet immédiat sur le peuple.

Verset 4

Je continue plus loin.

Avant cette décision, le prêtre Éliachib, chargé de la responsabilité des salles du Temple et proche parent de Tobiya, avait mis à la disposition de ce dernier une grande chambre (Néhémie 13.4).

La conduite du Grand-Prêtre est scandaleuse. Il s’est opposé aux réformes de Néhémie et il ne fait pas partie des signataires du serment d’allégeance à l’Éternel. Par contre, il a introduit un loup dans la bergerie. Étant parent par alliance avec le sinistre ammonite Tobiya, il lui a fait construire un gentil petit appartement dans les annexes du Temple.

Versets 6-9

Je continue plus loin.

J’étais absent de Jérusalem quand cela eut lieu, car j’étais retourné auprès d’Artaxerxès (en 433). À la fin de l’année, je sollicitai de l’empereur un nouveau congé et je retournai à Jérusalem. Là, je me rendis compte du mal qu’avait fait Éliachib. J’en fus très irrité, et je jetai hors de la pièce tous les objets qui appartenaient à Tobiya. Puis je donnai ordre de procéder aux rites de purification pour les salles, et j’y fis remettre les objets du Temple (Néhémie 13.6-9).

Néhémie exprime son indignation et passe à l’action. Conformément à la Loi il expulse Tobiya et fait procéder à la purification cérémonielle de toutes les salles occupées par ce renard. Cet incident rappelle Jésus qui a jeté les marchands et les changeurs de monnaie hors du Temple.

Versets 10-12

Je continue.

J’appris aussi que les parts des lévites ne leur avaient pas été remises et qu’ils s’étaient retirés chacun sur ses terres. Aussi, je fis des reproches aux chefs du peuple, je leur dis : — Pourquoi le Temple de Dieu est-il laissé à l’abandon ? Je rassemblai les lévites et les musiciens et je leur fis reprendre leurs fonctions. Alors tout le peuple de Juda apporta dans les magasins la dîme du blé, du vin nouveau et de l’huile (Néhémie 13.10-12).

Cette situation est étonnante parce que les responsables du peuple s’étaient formellement engagés devant l’Éternel disant : Nous ne négligerons pas le Temple de notre Dieu (Néhémie 10.40).

Mais ce furent des paroles en l’air. Ne recevant plus de salaire, les Lévites ont déserté leurs postes afin de pourvoir à leur subsistance en cultivant leurs terres. Leur situation précaire, dépendante du bon vouloir de leurs compatriotes, explique pourquoi peu d’entre eux sont revenus de Perse. Néhémie claque du fouet et remet les pendules à l’heure.

Versets 13-14

Je continue.

Je confiai l’intendance des magasins au prêtre Chélémia, au spécialiste de la Loi Tsadoq et à Pedaya, l’un des lévites. Je leur donnai pour les assister Hanân, car c’étaient tous des hommes que l’on considérait comme dignes de confiance. Souviens-toi de moi, ô mon Dieu, pour tout cela, et n’oublie pas tout ce que j’ai fidèlement accompli pour ton Temple et pour son culte (Néhémie 13.13-14).

Néhémie invoque Dieu et sa bénédiction sur lui et tout ce qu’il fait. Sensible aux « qu’en-dira-t-on » dans les questions d’argent, il confie l’intendance à 4 hommes de confiance : un prêtre, un théologien, un lévite et un homme du peuple. Plus tard, l’apôtre Paul agira de même.

Versets 15-22

Je continue.

À la même époque, je remarquai en Juda, un jour de sabbat, des gens qui foulaient du raisin au pressoir, d’autres qui rentraient des gerbes, les chargeaient sur des ânes et transportaient toutes sortes de fardeaux pour les amener à Jérusalem en plein jour du repos. Je leur fis des reproches. Il y avait aussi des gens de Tyr qui s’étaient installés à Jérusalem. Ils y faisaient venir du poisson et toutes sortes d’autres marchandises pour les vendre aux Judéens et à Jérusalem le jour du sabbat. Je fis des reproches aux notables de Juda et je leur dis : [..]. C’est exactement ainsi que vos ancêtres ont agi, et c’est bien à cause de cela que notre Dieu a fait venir tous ces malheurs sur nous et sur cette ville. Et vous, par votre manque de respect du jour du sabbat, vous allez encore aggraver sa colère contre Israël ! Puis je donnai ordre de fermer les portes de Jérusalem dès la tombée de la nuit, avant le début du jour du sabbat et j’interdis de les rouvrir avant que ce jour ne soit passé. [..]. De cela aussi, souviens-toi en ma faveur, ô mon Dieu, et fais-moi grâce dans ton immense bonté (Néhémie 13.15-22).

Néhémie doit maintenant faire respecter le Sabbat. Les Tyriens, gens de la mer, vendent leur poisson salée, fumée ou séchée. C’est l’une des nourritures de base des israélites.

Ici encore, Néhémie invoque Dieu lui demandant de le bénir et de se souvenir de tout ce qu’il a fait pour lui, cependant, il ne considère pas sa requête comme un dû mais comme une grâce.

Versets 23-27

Je continue.

À cette même époque, je constatai également que des Judéens avaient épousé des femmes étrangères. Je pris ces compatriotes à partie et j’appelai la malédiction sur eux ; je battis même quelques-uns d’entre eux et je leur arrachai les cheveux, puis je leur fis prêter serment au nom de Dieu en disant : — Vous ne donnerez pas vos filles à des fils d’étrangers et vous ne prendrez leurs filles ni pour vos fils, ni pour vous-mêmes. N’est-ce pas précisément ce genre d’unions qui a entraîné Salomon, roi d’Israël, dans le péché [..]. Et pourtant, même lui fut entraîné dans le péché par les femmes étrangères. Faut-il donc entendre dire de vous que vous commettez ce grand mal et que vous êtes infidèles à notre Dieu en épousant des femmes étrangères ? (Néhémie 13.23-27).

Les problèmes se succèdent. Néhémie doit faire face à la même situation qu’Esdras 30 ans plus tôt. La pratique des mariages mixtes risque de faire disparaître la race juive. Aux grands maux, les grands remèdes. Néhémie prend des mesures énergiques. Comme Esdras avant lui, il élève un mur de séparation entre Juifs et païens qui permit à Dieu d’accomplir le plan du salut pour toute l’humanité.

Versets 29-31

Je continue plus loin et finis le livre de Néhémie.

Souviens-toi de ces gens, ô mon Dieu, qui ont déshonoré la fonction sacerdotale et ton alliance avec les prêtres et les lévites. Je les purifiai donc de tout élément étranger et je remis en vigueur les règlements que devaient observer les prêtres et les lévites, chacun dans son service (Néhémie 13.29-30).

Même des prêtres se sont mariés avec des étrangères, ce qui est très grave au regard de la Loi.

Néhémie a eu un rôle décisif dans la restauration du peuple juif aussi bien dans le domaine matériel et physique que spirituel ; la purification de leur cœur s’avérant son combat le plus difficile. Mais grâce à ses interventions énergiques et sa grande confiance en Dieu, c’est un serviteur exemplaire de l’Éternel et un modèle à suivre.