Les émissions

28 août 2026

Jude 1.15-19

Chapitre 1

Verset 15-16

Dans tout conflit armé, chaque camp essaie de connaître les intentions de ses ennemis. C’est de bonne guerre et évidemment fort utile puisque comme chacun sait: « un homme averti en vaut deux ». Mais l’information n’est profitable que si on l’utilise pour préparer sa défense ou mieux encore lancer une attaque préventive.

Jude met longuement ses lecteurs en garde, en leur expliquant que des loups ont pénétré dans les bergeries du Seigneur; des faux frères, des enseignants de mensonge se sont introduits dans les assemblées chrétiennes. Cependant, un simple avertissement ne suffit pas ce que Jude reconnaît bien. Il est nécessaire de concevoir une stratégie qui permette d’identifier les adversaires afin de pouvoir les mettre hors d’état de nuire avant qu’ils ne fassent du grabuge parmi les membres des églises; comme on dit : « il vaut mille fois mieux prévenir que guérir ». Les questions qui se posent aux croyants sont donc celles-ci: « Comment peuvent-ils d’une manière très pratique, combattre pour la vérité alors qu’ils sont environnés d’enseignants de mensonges?

Aujourd’hui, les masses médias, les organismes officiels scientifiques, et les centres d’enseignement de la maternelle à l’université, luttent d’un commun accord contre la plupart des vérités des Écritures. Alors comment démasquer les hérétiques et appliquer les avertissements de Jude à sa propre vie? Que faire et par où commencer? Il faut déjà se tenir pour dit que tant que le diable sera en liberté, il y aura inévitablement des apostats. Sachant donc que tôt ou tard, le croyant va essuyer une attaque, il doit sans tarder se préparer et s’équiper pour le combat. Dans ce but, dans son épître aux Éphésiens, l’apôtre Paul donne une liste des armes à porter; je lis le passage: « Revêtez–vous de l’armure de Dieu afin de pouvoir tenir ferme contre toutes les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre des êtres de chair et de sang, mais contre les Puissances, contre les Autorités, contre les Pouvoirs de ce monde des ténèbres, et contre les esprits du mal dans le monde céleste. C’est pourquoi, endossez l’armure que Dieu donne afin de pouvoir résister au mauvais jour et tenir jusqu’au bout après avoir fait tout ce qui était possible. Tenez donc ferme_: ayez autour de la taille la vérité pour ceinture, et revêtez–vous de la droiture en guise de cuirasse. Ayez pour chaussures à vos pieds la disponibilité à servir la Bonne Nouvelle de la paix. En toute circonstance, saisissez–vous de la foi comme d’un bouclier avec lequel vous pourrez éteindre toutes les flèches enflammées du diable. Prenez le salut pour casque et l’épée de l’Esprit, c’est–à–dire la Parole de Dieu. En toutes circonstances, faites toutes sortes de prières et de requêtes sous la conduite de l’Esprit » (Éphésiens 6.11-18). Une fois ainsi armés jusqu’aux dents, les croyants doivent acquérir du discernement de manière à pouvoir faire la différence entre ce qui est vrai et ce qui est faux, jusqu’à être capables de repérer une aiguille de fausse doctrine dans une meule de vérités. Ils doivent pouvoir distinguer la foi authentique de ses contrefaçons et donc obéir à l’exhortation de Jude qui est de « combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes » (v 3).

On ne peut pas exagérer suffisamment l’importance de posséder du discernement. Dans le livre des Proverbes, on lit: Acquiers la vérité, la sagesse, l’instruction et le discernement, et ne t’en dessaisis pas (Proverbes 23.23). Aux membres de l’église de Corinthe, l’apôtre Paul exprime son inquiétude à cause, justement, de leur manque de discernement spirituel; il leur dit: « j’ai bien peur que vous laissiez votre esprit se corrompre et se détourner de votre attachement sincère et pur au Christ, comme Ève s’est laissé séduire par le mensonge “_tortueux_” du serpent. Si quelqu’un vient vous annoncer un autre Jésus que celui que nous avons prêché, vous le supportez fort bien_! Vous supportez bien, aussi, de recevoir un autre esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre évangile que celui que vous avez accepté » (2Corinthiens 11.3,4).

Pendant sa vie terrestre, Jésus a souvent été confronté aux chefs religieux juifs et dû croiser le fer avec eux. Ces derniers ne sont pas des enfants de chœur car ils ont tous reçu une formation théologique rigoureuse et prêtent la plus grande attention aux Écrits de l’Ancien Testament, pourtant, ils ont autant de discernement qu’une couleuvre. Un jour, ces religieux viennent voir Jésus pour lui demander de faire un miracle, mais le Seigneur leur répond: « Au crépuscule, vous dites bien_: “_Demain, il fera beau, car le ciel est rouge._” Ou bien, à l’aurore_: “_Aujourd’hui, on aura de l’orage, car le ciel est rouge sombre._” Ainsi, vous savez reconnaître ce qu’indique l’aspect du ciel_; mais vous êtes incapables de reconnaître les signes de notre temps. Ces gens de notre temps qui sont mauvais et infidèles à Dieu réclament un signe miraculeux_! Un signe… il ne leur en sera pas accordé d’autre que celui de Jonas. Là–dessus, il les quitta et partit de là » (Matthieu 16.2-4). Dans le livre de l’Apocalypse, Jésus adresse la parole à sept églises d’Asie mineure. Celle d’Éphèse n’est pas sans reproche, cependant elle a du discernement spirituel et Jésus lui dit: « Je connais ta conduite, la peine que tu prends et ta persévérance. Je sais que tu ne peux pas supporter les méchants_: tu as mis à l’épreuve ceux qui se prétendent apôtres et qui ne le sont pas, et tu as décelé qu’ils mentaient » (Apocalypse 2.2).

Le manque de discernement a plusieurs causes. En premier lieu, la plupart des croyants connaissement mal les Écritures ce qui fait qu’ils sont une proie facile pour les prédateurs religieux. Heureusement, certains croyants sont très assidus dans l’étude de la Parole de Dieu. Lors de son second voyage missionnaire, l’apôtre Paul accompagné de Silas, se rend dans la ville de Bérée et dans le livre des Actes on lit que : « Ils y trouvèrent des gens qui [..] accueillirent la Parole de Dieu avec beaucoup d’empressement_; ils examinaient chaque jour les Écritures pour voir si ce qu’on leur disait était juste » (Actes 17.11). Et dans sa seconde lettre à Timothée, Paul écrit : « Efforce–toi de te présenter devant Dieu en homme qui a fait ses preuves, en ouvrier qui n’a pas à rougir de son ouvrage, parce qu’il transmet correctement la Parole de vérité » (2Timothée 2.15; comparez Actes 17.11).

Une deuxième raison pour laquelle un croyant manque de discernement est qu’il néglige l’importance de la doctrine dans le but de garder l’unité avec d’autres croyants et ainsi ne pas semer la discorde. Ils ne veut vexer personne, croit qu’il faut accommoder tout le monde et que la priorité consiste à donner à tous le sentiment d’être acceptés et aimés. Oui, mais un enseignement dilué et donc erroné, contribue à des compromis théologiques et moraux, ce qui constitue un système religieux fondé sur l’expérience, et qui donc n’est plus le christianisme.

En troisième lieu, le croyant est influencé par sa culture et opte spontanément pour la tolérance comme s’il s’agissait d’une vertu morale. Comme il est mal à l’aise avec l’idée d’une vérité absolue, au lieu de la voir en noir et blanc, ils la considère grise. Pourtant, les Écritures font une distinction bien nette entre le bien et le mal, la vérité et l’erreur, la foi qui sauve et les croyances superficielles. Les Écritures établissent un contraste bien marqué entre, par exemple la porte étroite et la porte spacieuse (Matthieu 7:13, 14), la vie éternelle et la condamnation éternelle, le royaume de Dieu et le royaume de Satan, la sagesse de Dieu et celle du monde.

Une quatrième cause du manque de discernement du croyant est que les églises ne prennent guère ou pas de mesures disciplinaires envers ceux qui s’éloignent de la vérité ou tombent dans le péché, ce qui permet à la mauvaise herbe de s’établir et de s’étendre jusqu’à occuper tout le terrain.

Les commentaires que j’écris ont justement pour but d’aider ceux qui les consultent à connaître les Écritures et ainsi être capables de faire la différence entre le vrai et le faux, d’entrer dans la mêlée spirituelle et de combattre pour « la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toute » (v. 3). Je continue maintenant de lire la lettre de Jude.

Mais vous, bien-aimés, rappelez–vous ce que les apôtres de notre Seigneur Jésus–Christ ont prédit. Ils vous disaient_: “_A la fin des temps viendront des gens qui se moqueront de Dieu, qui vivront dans l’impiété selon les mauvais désirs de leur cœur (Auteur).

Verset 17-18

Ces paroles font écho à ce que Jude a déjà dit précédemment ( v 5-7, 11-13) concernant les apostats ; en l’occurrence qu’ils sont une menace perpétuelle, car comme la mauvaise herbe, ils se mélangent au bon grain. Et en effet, déjà présents à l’époque de l’Ancien Testament, ils s’infiltrent dans l’Église primitive, ils sont à l’œuvre aujourd’hui et ils continueront à être un écueil pour l’avancement de l’œuvre de Dieu dans l’avenir. Étant donné qu’ils sont toujours présents au sein du peuple de Dieu, un jour ou l’autre, on doit s’attendre à les rencontrer.

Tout comme l’apôtre Pierre dans sa seconde épître (2Pierre 1:12, 13), Jude exhorte ses lecteurs à se souvenir que les apôtres ont annoncé d’avance l’apparition d’enseignants de mensonges. En fait, Jésus est le premier à mettre les disciples en garde contre les apostats. Dans l’évangile selon Matthieu on lit: « Gardez–vous des faux prophètes_! Lorsqu’ils vous abordent, ils se donnent l’apparence d’agneaux mais, en réalité, ce sont des loups féroces » (Matthieu 7:15), et à la fin de son ministère, le Seigneur dit encore: « De nombreux faux prophètes surgiront et ils tromperont beaucoup de gens » (Matthieu 24:11). Dans sa seconde épître aux Corinthiens, l’apôtre Paul parle lui aussi « de faux apôtres, des ouvriers malhonnêtes déguisés en apôtres du Christ » (2Corinthiens 11.13), et dans sa première lettre, l’apôtre Jean écrit: « attention, mes chers amis, ne vous fiez pas à n’importe quel esprit_; mettez les esprits à l’épreuve pour voir s’ils viennent de Dieu, car bien des prophètes de mensonge se sont répandus à travers le monde » (1Jean 4.1; comparez 1Jean 2:18, 19; 2Jean 1:7; 3Jean 1:9-11).

 

Quand Jude avertit ses lecteurs en disant: « A la fin des temps viendront des gens qui se moqueront de Dieu », il répète presque littéralement ce que l’apôtre Pierre dit dans sa première épître (1.20). Par ailleurs, le mot grec rendu par « moqueurs » n’apparaît qu’ici et sous la plume de Pierre. Un « moqueur »” n’est pas simplement quelqu’un qui dans son coin porte un sourire narquois. Dans les Écritures, ce mot a une signification beaucoup plus caustique qu’en français car c’est un mélange de mépris et d’arrogance à l’égard de Dieu. Pour cette raison, dans le Psaume premier, on lit: « Heureux l’homme qui ne marche pas selon les conseils des méchants, qui ne va pas se tenir sur le chemin des pécheurs, qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs. Toute sa joie il la met dans la Loi de l’Éternel qu’il médite jour et nuit » (Psaumes 1.1,2).

Jude et Pierre font tous deux référence à « la fin des temps », une expression technique qui définit la période dans laquelle nous vivons actuellement, c’est-à-dire qui se situe entre la première et la seconde venue de Jésus-Christ (Hébreux 1:2; 1Pierre 1:5,20; Jacques 5:3; 1Jean 2:18).

Tandis que Pierre écrit que dans les derniers temps, des moqueurs tourneront en dérision l’idée du retour de Jésus sur terre (2Pierre 3.4), Jude leur reproche de vivre « dans l’impiété selon les mauvais désirs de leur cœur », ce qu’il a déjà dit trois fois (v 4,15,16) dans cette courte lettre. En d’autres mots, ces gens méprisent les lois morales que Dieu a données à l’humanité ce qui est très grave car elles sont immuables, sont épelées dans la loi de Moïse et sont même devenues plus strictes sous la Nouvelle Alliance que sous l’Ancienne.

Il est évident que les reproches que Pierre et Jude adressent aux apostats sont parallèles et se rencontrent car ceux qui ne tiennent pas compte des lois divines se moquent aussi de l’espérance des croyants concernant le retour du Christ. En réalité, si les mécréants tournent en ridicule l’idée que Jésus reviendra pour régner, c’est d’abord pour essayer de se convaincre eux-mêmes que cet événement n’aura pas lieu parce qu’ils n’ont aucune envie de rendre des comptes au divin Juge pour leurs péchés, ni dans le présent ni dans l’avenir. Les enseignants de mensonges espèrent pouvoir continuer à vivre comme bon leur semble en toute impunité. De toute façon, comme ils ne sont pas régénérés par le Saint Esprit, ils sont inaptes à mener une vie de sainteté. Ils sont peut-être religieux jusqu’au bout des ongles mais tel était également le cas des Pharisiens au temps de Jésus, et des prêtres qui aux Etats Unis et en Irlande, par exemple, ont commis les pires actes sexuels sur des enfants. Ces sombres affaires ont d’ailleurs fait à plusieurs reprises les choux gras des journaux parce que c’était une occasion en or de casser du sucre sur les chrétiens dans leur ensemble en les mettant tous dans le même sac. Je continue maintenant la lettre de Jude.

 

            Rappelez-vous ce que les apôtres [..] ont prédit : A la fin des temps viendront des gens qui se moqueront de Dieu, qui vivront dans l’impiété selon les mauvais désirs de leur cœur. Eh bien_! il s’agit de ces gens–là_! Ils causent des divisions,

Verset 19

Jude continue à décrire les caractéristiques des enseignants de mensonges et ajoute à une liste déjà très longue, que ces gens provoquent des divisions. En grec, ce verbe (apodiorizô) signifie « se séparer de, faire une distinction ». Littéralement, « ils séparent eux-mêmes des autres »; c’est donc un choix de leur part, et leur motivation pour agir ainsi est évidente, même si Jude ne la mentionne pas. Les apostats se considèrent supérieurs aux croyants fidèles à « la foi qui a été transmise une fois pour toutes » (v 3) par les apôtres.

L’idéal chrétien entre les croyants nous est donné par l’apôtre Paul qui écrit aux Philippiens : « Rendez donc ma joie complète_: tendez à vivre en accord les uns avec les autres. Et pour cela, ayez le même amour, une même pensée, et tendez au même but. Ne faites donc rien par esprit de rivalité, ou par un vain désir de vous mettre en avant_; au contraire, par humilité, considérez les autres comme plus importants que vous–mêmes_; et que chacun regarde, non ses propres qualités, mais celles des autres » (Philippiens 2.2-4). Un dénominateur commun aux apostats de tout poil est leur conduite qui est exactement l’inverse de celle préconisée par Paul. Ils s’infiltrent dans une assemblée et la détruisent de l’intérieur en la divisant.

A l’origine, quand elles furent fondées, les églises réformées de France sont toutes en accord avec les grandes thèses de la réforme, à savoir que les Écritures sont la Parole de Dieu du commencement à la fin _ elles ont pour but de faire connaître les exigences de Dieu à l’homme pécheur, à le conduire au salut, et à mener une vie sainte. Jésus est mort et ressuscité et lui seul a le pouvoir de donner la vie éternelle à ceux qui par la foi se tournent vers lui et l’acceptent comme leur Sauveur. Mais aujourd’hui, seule la branche évangélique constituée d’une petite partie de ces églises réformées, adhère à la confession de foi que je viens de mentionner. Que s’est-il donc passé? Eh bien des apostats d’obédience théologique libérale, sont arrivés et ont commencé à enseigner des idées humanistes comme par exemple: l’homme n’est pas fondamentalement dépravé, il suffit d’être sincère et de vivre en accord avec sa conscience pour être sauvé, et il faut trier les Écritures car elles ne sont pas toutes fiables.

Ce sont ces enseignants de mensonges qui exaltent leur personne et leurs propres intérêts qui sont responsables des divisions qui existent aujourd’hui dans les églises réformées. Le même phénomène s’est produit dans de nombreuses familles d’églises. Aujourd’hui en Allemagne, la confession de foi des églises luthériennes consiste à faire du social, du bien dans son entourage, ce qui en soi n’est pas mal du tout, mais leur position théologique n’a plus rien de commun avec la foi de Martin Luther. En Grande Bretagne et aux Etats Unis la situation est la même. Toutes les grandes familles d’églises, qu’elles soient baptistes, presbytériennes, méthodistes, pour ne citer que les plus connues, ont été divisées sinon détruites par des hommes d’obédience théologique libérale. Aujourd’hui, des assemblées sont même dirigées par des homosexuels ou des lesbiennes qui prêchent leur style de vie particulier.

Les mises en garde des auteurs sacrés sont quelque peu barbantes parce qu’ils répètent souvent les mêmes avertissements. Sous l’Ancienne Alliance, la plupart des prophètes de l’Éternel ont dû se débattre et combattre les faux prophètes pendant toute la durée de leur ministère. Jésus est trahi par l’un de ses apôtres puis par les dirigeants de son propre peuple qui le livrent aux Romains sous de faux prétextes pour être crucifié. Après lui, les écrivains du Nouveau Testament ont tous, semble-t-il, maille à partir avec des apostats de tout poil. A cause d’eux, la chrétienté d’aujourd’hui est tellement fragmentée que seule une intervention surnaturelle de Dieu permet à un être humain en recherche de trouver la vérité.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 07 2023

Émission du jour | Jean 3.14-36

Dieu a tant aimé le monde

Nos partenaires