Chapitre 11

Introduction

J’ai vu à plusieurs reprises ce poster qui aligne les uns derrière les autres des poissons qui sont en train de s’entre-dévorer. Ce dessin est utilisé dans un but publicitaire, mais il me fait penser à l’histoire humaine. Pour Ésaïe, les Assyriens sont l’archétype des forces qui s’opposent à Dieu. Comme le prophète l’a déjà prédit, cet empire tombera, et effectivement c’est ce qui est arrivé. On sait qu’il fut avalé par Babylone qui à son tour fut mangé par la Grèce d’Alexandre le Grand qui a son tour fut dévorée par Rome qui s’est désagrégée sous les coups de boutoir des hordes barbares, ce qui a donné naissance à une foison de royautés européennes et indirectement aux pays du continent américain. Après l’empire britannique, les États Unis d’Amérique ont pris le devant de la scène, mais aujourd’hui ils sont en déclin.

Cependant, un jour, les empires humains seront remplacés par le Millénium et ensuite ce sera l’éternité. Le chapitre 11 du livre d’Ésaïe annonce l’une des grandes prophéties messianiques des Textes Sacrés ; elle prédit la venue du Messie, l’établissement de son règne de 1 000 ans sur cette terre, ainsi que son programme et sa manière de gouverner.

Verset 1

Je commence à lire le chapitre 11.

Un rameau poussera sur le tronc d’Isaï, un rejeton naîtra de ses racines, et portera du fruit (Ésaïe 11.1).

Isaï est le père du grand roi David (1Samuel 16.18-19), et Ésaïe est le prophète qui a donné son nom à ce livre. Ces deux personnages ont vécu à des époques différentes et n’ont de commun que les consonances et l’écriture de leurs noms.

L’image du rameau qui sort de la souche fait penser au germe de l’Éternel qui représente le Messie et qu’Ésaïe a mentionné au chapitre 4 (v.2). Le mot hébreu traduit par « rejeton » est « nètzer » ; c’est l’un des titres du Messie et curieusement, il a une consonance qui rappelle Nazareth, l’humble ville où Jésus a grandi.

Quand Ésaïe fait cette prophétie, il est quasi certain qu’il s’appuie sur la promesse que Dieu a faite à David (2Samuel 7.16 ; comparez Ésaïe 9.6) quand il lui a dit qu’un de ses descendants régnera sur son royaume. Mais on peut alors se demander pourquoi Ésaïe remonte au père de David qui est un personnage très peu connu. Ce brave homme de la tribu de Juda est un simple agriculteur qui fait aussi de l’élevage dans les environs du petit village de Bethlehem. Or, au temps de Jésus, la lignée de David est retournée à ses modestes débuts car elle a perdu la royauté après la déportation de la plupart des habitants de Juda à Babylone. Marie et Joseph, tous deux de la lignée de David mais de branches différentes, sont très pauvres et leur demeure n’a rien d’un palais. Pourtant la vie est encore présente dans la souche et les racines qui ont donné naissance au premier David. Alors, et conformément à la promesse faite par Dieu, un rejeton sublime sortira de ce même tronc. De plus, bien que le Messie soit de la lignée de David, les Écritures le décrivent aussi comme un « nouveau David ». Pour cette raison, le prophète Ésaïe déclare que le Messie sera issu d’Isaï, père de David, et non du roi David lui-même. C’est vrai que ce n’est pas simple à suivre.

Verset 2

Je continue le texte.

L’Esprit de l’Éternel reposera sur lui, et cet Esprit lui donnera la sagesse et le discernement, le conseil et la force, la connaissance et la crainte respectueuse de Dieu (Ésaïe 11.2 ; autre).

Tout comme l’Esprit de l’Éternel fut donné à Gédéon, à David (1Samuel 16.13) et à Salomon en vue de diriger le peuple de Dieu, il sera également sur le Christ quand il régnera sur terre pendant mille ans. Seulement, le Messie e sera pas investi partiellement ou irrégulièrement de ces trois catégories de dons, mais de façon permanente et surabondante.

Les six caractéristiques mentionnées reposaient aussi sur Jésus depuis sa naissance et pendant toute la durée de son ministère terrestre.

L’Esprit du Messie viendra de l’Éternel ; il s’agit du Saint-Esprit qui lui donnera « la sagesse et le discernement » ou l’intelligence, afin de bien gouverner. Au niveau intellectuel, Jésus comprend toute chose ainsi que la pensée de Dieu parfaitement (1Corinthiens 2.10-11). Il sait discerner le vrai du faux et le bien du mal. Ses jugements sont absolument justes.

« La sagesse et le discernement » sont deux qualités bien rares de nos jours, preuve en est la facilité avec laquelle les gens se laissent si facilement berner. Il suffit souvent que quelqu’un présente bien, qu’il porte une blouse blanche ou qu’il occupe une position d’autorité, pour qu’il soit écouté et cru même s’il raconte n’importe quoi. C’est vrai en religion et en sciences et même en politique.

Ensuite, sur le Messie réside « le conseil et la force », deux qualités importantes pour faire la guerre ou tout au moins pour triompher de ses adversaires. Quand Jésus était sur terre, il n’a jamais demandé conseil à quiconque, c’est lui qui prodiguait les conseils et ils étaient toujours judicieux.

La force émanait de sa personne parce qu’il disposait de la puissance de Dieu. Pendant ses trois ans de ministère, il a tout pouvoir sur les maladies, sur les forces naturelles et sur les esprits impurs. Tout l’univers lui est soumis et il a même triomphé de la mort.

Enfin, sur le Messie réside « La connaissance et la crainte respectueuse de Dieu ». En tant qu’homme ou comme Messie, Jésus est la démonstration de la connaissance parfaite de l’Éternel avec qui il est en relation intime. Évidemment, Jésus a toujours eu la plus grande révérence pour Dieu son Père.

Les six caractéristiques citées par Ésaïe sont très similaires aux traits de la Sagesse qui est personnifiée dans le chapitre 8 du livre des Proverbes (v.12-15). Elles rappellent également les attributs mentionnés par Ésaïe au chapitre 9 et qui concernent le Fils de Dieu, né enfant, qui deviendra roi. Je rappelle ce passage :

Un enfant est né, un fils nous est donné. Et il exercera l’autorité royale, il sera appelé Merveilleux Conseiller, Dieu fort, Père à jamais et Prince de la Paix (Ésaïe 9.5).

Du temps d’Ésaïe, toutes les qualités mentionnées ici font défaut aux dirigeants du peuple de Juda (Ésaïe 1.17 ; 57). Soit dit en passant qu’on ne les trouve pas non plus chez ceux qui nous gouvernent aujourd’hui.

Verset 3

Je continue le texte.

Il respirera la crainte respectueuse de l’Éternel. Il ne jugera pas d’après les apparences et n’arbitrera pas d’après des ouï-dire (Ésaïe 11.3 ; autre).

Obéir à Dieu était pour Jésus et sera pour le Messie comme un parfum agréable. Jésus a dit à ses disciples :

Ce qui me nourrit, c’est d’accomplir la volonté de celui qui m’a envoyé et de mener à bien l’œuvre qu’il m’a confiée (Jean 4.34).

Verset 4

Je continue.

Il jugera les pauvres avec justice, et il arbitrera selon le droit en faveur des malheureux du pays Il frappera la terre de sa parole comme avec un bâton ; le souffle de sa bouche abattra le méchant (Ésaïe 11.4).

Avant que Jésus n’instaure le Millénium, aura lieu l’enlèvement de l’Église. Alors, tous ceux qui ont placé leur confiance en Jésus-Christ, qu’ils soient vivants ou morts, recevront un corps de résurrection et seront glorifiés. C’est vrai, mais ils passeront aussi devant son tribunal. Face au Seigneur qui sera le juge, tout ce qui est caché, faux, hypocrite et artificiel sera dévoilé. Cette pensée est terrifiante, c’est pourquoi je m’efforce de faire un maximum de ménage dans ma vie avant de me présenter à ce rendez-vous fatidique.

Alors que les croyants seront ainsi évalués, sept années de jugement auront lieu sur terre, puis le Christ viendra faire régner la paix et la justice ici-bas pendant 1 000 ans. Il est nécessaire qu’il vienne, car nous avons désespérément besoin d’un vrai et d’un puissant dirigeant qui soit parfaitement juste. Aucune nation ne votera pour lui, mais comme Dieu l’a choisi et que c’est lui qui décide, le Messie instaurera le Millénium, et dès le début, il remettra toutes les pendules à l’heure en prenant la défense des opprimés.

Alors qu’aujourd’hui, toute autorité humaine, même bienveillante, n’a pas d’autres moyens d’information que ce qu’on peut voir, entendre ou imaginer, Jésus lit dans les cœurs, ce qui le rend infaillible dans l’application de la loi. Quand il prononce un jugement, son verdict et la sentence seront sans appel.

L’image du bâton avec lequel il frappe la terre, est semblable à celle du sceptre de fer dont il est question dans le second psaume, et de l’épée dans le livre de l’Apocalypse (Psaumes 2.9 ; Apocalypse 1.16 ; 19.15 ; comparez Ésaïe 49.2 ; 2Thessaloniciens 2.8 ; Luc 3.15-17). Pendant le Millénium, il n’y aura plus de coupable déclaré innocent, ni d’affaires en justice qui traînent en longueur pour finir par un non-lieu.

Verset 5

Je continue de lire dans le chapitre 11.

Il aura la justice pour ceinture à ses reins et la fidélité pour ceinture à ses hanches (Ésaïe 11.5).

La ceinture symbolise à la fois la force et l’énergie car en Orient on met une ceinture pour agir ou combattre (Job 38.3 ; Éphésiens 6.14). Rendre la justice et être fidèle à sa parole, c’est à dire tenir ses engagements et ses promesses ou mettre ses menaces à exécution, sont deux vertus essentielles d’un roi.

Ce sont la justice et la fidélité, et non les armes et le faste extérieur, qui constitueront la solidité et l’honneur du gouvernement messianique. Jésus-Christ sera à la fois un second David et un second Adam. Il rétablira le royaume disparu du premier et la domination perdue du second.

Versets 6-7

Je continue.

Le loup vivra avec l’agneau, la panthère paîtra aux côtés du chevreau. Le veau et le lionceau et le bœuf à l’engrais seront ensemble, et un petit enfant les mènera au pré. Les vaches et les ourses brouteront côte à côte, et leurs petits auront un même gîte. Le lion et le bœuf se nourriront de paille (Ésaïe 11.6-7).

Enfant, j’ai dû apprendre par cœur la poésie de la chèvre de Monsieur Séguin, une histoire triste à mourir. Aujourd’hui, certains animaux ne peuvent être ensemble que si l’un est dans le ventre de l’autre. C’est ce qui se passe entre un loup et une chèvre, un renard et une poule. Le tableau idyllique d’une nature totalement transformée dressé par Ésaïe complète un verset du chapitre deux qui décrit l’harmonie universelle. Je le lis :

L’Éternel sera l’arbitre des peuples. Oui, il sera le juge de nombreuses nations. Martelant leurs épées, ils forgeront des socs pour leurs charrues, et, de leurs lances, ils feront des faucilles. Plus aucune nation ne brandira l’épée contre une autre nation, et l’on n’apprendra plus la guerre (Ésaïe 2.4).

Sous le règne du Messie, le Prince de la paix, la malédiction qui pèse sur ce monde sera levée et toute agressivité entre hommes et animaux disparaîtra. On reviendra à la case départ car tout retournera à l’état primal des premiers jours de la création originelle avant que le mal ne pénètre dans l’univers et avant que nos premiers parents désobéissent à Dieu dans le jardin d’Éden. Aux Romains l’apôtre Paul écrit :

Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. [..] avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu (Romains 8.19-21).

Je conçois qu’il est très difficile d’imaginer un lion et un bœuf broutant ensemble, cependant la vraie question consiste à se demander s’il y a quelque chose qui soit impossible à Dieu. À un sceptique qui se moquait de ce passage, on a répondu : « Si tu arrives à créer un lion, moi, je lui ferai manger de la paille ».

Versets 8-9

Je continue le texte.

Le nourrisson s’ébattra sans danger près du nid du cobra, et le tout jeune enfant pourra mettre la main dans l’antre du serpent. On ne commettra plus ni mal ni destruction sur toute l’étendue de ma montagne sainte. Car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel comme les eaux recouvrent le fond des mers  (Ésaïe 11.8-9 ; comparez Habaquq 2.14).

Ésaïe quitte le domaine animal pour revenir à l’homme. La montagne sainte est la colline de Sion sur laquelle est bâtie Jérusalem, la résidence de l’Éternel ainsi que des rescapés israélites convertis (Ésaïe 2.2 ; 9.6-7 ; 66.20). La connaissance de Dieu sera alors universelle à l’image de l’eau qui emplit les mers. Il n’y aura plus ni idolâtrie ni même de religions (Ésaïe 4.5-6 ; Zacharie 14.20-21).

Le monde tel que nous le connaissons sera fondamentalement transformé, métamorphosé est plus exact. L’animosité ancestrale entre l’humanité et les serpents prendra fin et il ne se fera plus aucun mal sur terre parce que tous les hommes iniques auront été jugés, et partout dans le monde, les êtres humains reconnaîtront que l’Éternel est Dieu et que sa parole est la vérité (1Rois 17.24 ; 18.39). L’obéissance au Messie sera alors entière et totale, du moins au début de son règne.

Verset 10

Je continue de lire dans le chapitre 11.

Il adviendra en ce jour-là que le descendant d’Isaï se dressera comme un étendard pour les peuples, et toutes les nations se tourneront vers lui. Et le lieu où il se tiendra resplendira de gloire (Ésaïe 11.10).

Vers la fin de son épître aux Romains, l’apôtre Paul résume ce passage quand il écrit :

Ésaïe dit de son côté : Un rejeton naîtra d’Isaï. On le verra se lever pour mener les nations et les peuples païens mettront en lui leur espérance (Romains 15.12).

« Ce jour-là » de la prophétie d’Ésaïe désigne, d’une part, la longe période de 7 ans de jugement décrit par les prophètes, dans l’évangile et dans le livre de l’Apocalypse, suivis du règne de Jésus-Christ pendant 1 000 ans. Mais d’autre part, « ce jour-là » désigne aussi n’importe quelle portion de cette période de 1007 années. Pendant le Millénium, Israël aura une place privilégiée parmi les nations en accord avec les promesses que Dieu lui a faites, cependant, le monde entier sera sous la bénédiction de Dieu.

La prophétie d’Ésaïe et d’autres prophètes qui annoncent le salut des non-Juifs gonflaient la voile de l’apôtre Paul en justifiant son ministère auprès des païens. Il savait en effet qu’il participait activement à l’objectif final de Dieu qui est le salut des nations.

Ici, dans la prophétie d’Ésaïe, « en ce jour-là » évoque la paix universelle du Millénium. La gloire du Messie lui-même, issu d’Isaï père de David, couvrira toute la terre. Jésus sera l’étendard, le point de ralliement de tous les peuples. D’ailleurs, déjà quand il était sur terre, il a dit :

Et moi, quand j’aurai été élevé au-dessus de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi (Jean 12.32).

Versets 11-12

Je continue le texte.

Ce jour-là, le Seigneur interviendra une seconde fois pour libérer le reste de son peuple qui aura subsisté en Assyrie et en Égypte, à Patros et en Éthiopie, à Élam, en Babylonie, et à Hamath, ainsi que dans les îles et les régions côtières. Il dressera son étendard pour les nations ; quant aux exilés d’Israël, il les rassemblera, et les dispersés de Juda, il les regroupera des quatre coins du monde (Ésaïe 11.11-12).

Sept siècles plus tôt, Moïse a déjà prophétisé l’exil d’Israël ainsi que son retour ultime (Deutéronome 28-30.5). La première fois que l’Éternel est intervenu pour libérer son peuple est la sortie d’Égypte (Exode 15.16). L’exode est l’exemple type de toutes les délivrances subséquentes jusqu’à la dernière, le salut messianique quand Dieu ramènera en Palestine tous les rescapés de son peuple dispersés dans le monde. L’Assyrie et l’Égypte sont les deux grandes puissances qui du temps d’Ésaïe menacent le royaume de Juda.

Le prophète mentionne plusieurs fois ces deux pays pour désigner l’ensemble du monde païen (Ésaïe 19.23-25 ; 27.13). Les dix tribus israélites du Nord ont déjà subi l’invasion des Assyriens, ont perdu une partie de leur territoire, et le peuple est proche d’être emmené en captivité.

Patros, c’est la Haute Égypte ; Élam est un pays à l’est de la Babylonie (qui a Suze pour capitale). Hamath est une ville de Syrie. Les îles et les régions côtières représentent le bassin méditerranéen. La mention de 7 nations par Ésaïe est une façon de dire que les rescapés juifs reviendront des quatre coins du monde.

Versets 13-14

Je continue.

Ce jour-là cessera la rivalité d’Éphraïm, et l’inimitié de Juda disparaîtra. D’une part, Éphraïm n’enviera plus Juda, et d’autre part, Juda ne sera plus l’ennemi d’Éphraïm. De concert, ils fondront sur les collines des Philistins à l’ouest, et pilleront les peuples de l’Orient. Ils s’en prendront à Édom et Moab, et domineront sur les Ammonites (Ésaïe 11.13-14).

Les peuples de l’Orient sont les tribus nomades pillardes du désert situées en Arabie à l’est du Jourdain. Tous ces peuples sont autour d’Israël et de tout temps ses ennemis héréditaires. Elles furent toutes vaincues par David après qu’il ait unifié son royaume (2Samuel 8.1-14).

Juda et Éphraïm constituent les deux tribus d’Israël les plus puissantes mais sont aussi rivales, chacune étant à la tête de l’un des deux royaumes. Le Messie réalisera l’unité de tout le peuple. Cette future harmonie contraste fortement avec leur animosité du passé (Ézéchiel 37.16-19).

« Ce jour-là » désigne ici l’immense carnage dû au jugement de la fin des temps. La nation d’Israël prise en tenailles par une coalition mondiale criera à l’Éternel et reconnaîtra en Jésus son Messie qui interviendra et décimera tous ses ennemis.

Je continue.

Ce jour-là cessera la rivalité d’Éphraïm, et l’inimitié de Juda disparaîtra. D’une part, Éphraïm n’enviera plus Juda, et d’autre part, Juda ne sera plus l’ennemi d’Éphraïm. De concert, ils fondront sur les collines des Philistins à l’ouest, et pilleront les peuples de l’Orient. Ils s’en prendront à Édom et Moab, et domineront sur les Ammonites (Ésaïe 11.13-14).

Les peuples de l’Orient sont les tribus nomades pillardes du désert situées en Arabie à l’est du Jourdain. Tous ces peuples sont autour d’Israël et de tout temps ses ennemis héréditaires. Elles furent toutes vaincues par David après qu’il ait unifié son royaume (2Samuel 8.1-14).

Juda et Éphraïm constituent les deux tribus d’Israël les plus puissantes mais sont aussi rivales, chacune étant à la tête de l’un des deux royaumes. Le Messie réalisera l’unité de tout le peuple. Cette future harmonie contraste fortement avec leur animosité du passé (Ézéchiel 37.16-19).

« Ce jour-là » désigne ici l’immense carnage dû au jugement de la fin des temps. La nation d’Israël prise en tenailles par une coalition mondiale criera à l’Éternel et reconnaîtra en Jésus son Messie qui interviendra et décimera tous ses ennemis.

Versets 15-16

Je finis maintenant de lire le chapitre 11

Et l’Éternel asséchera le golfe de la mer d’Égypte, il lèvera sa main pour menacer l’Euphrate, et, par son souffle impétueux, il brisera ce fleuve en sept ruisseaux que l’on pourra passer sans ôter ses sandales. Et il y aura une route pour ceux de son peuple qui resteront, et qui demeureront encore en Assyrie, comme il y eut jadis une route pour Israël quand il sortit d’Égypte (Ésaïe 11.15-16).

Le thème d’une route permettant un nouvel exode revient plusieurs fois dans le livre d’Ésaïe (19.23 ; 35.8-10 ; 40.3-4 ; 57.14 ; 62.10). Les miracles qui permirent au peuple hébreu de sortir d’Égypte (Exode 14.21-22 ; 29 ; 15.8) seront renouvelés afin que tous les rescapés d’Israël puissent revenir dans leur pays. Même le lit de l’Euphrate sera modifié pour que rien ne fasse obstacle au peuple élu rentrant en Palestine pour participer aux 1 000 ans du règne du Christ sur terre. Ah ! que je voudrais déjà y être !