Les études

05 avril 2022

#42 Ta Parole est une lampe à mes pieds

La parole de Dieu dicte la bonne conduite à tenir et si on s’en écarte, elle permet de se remettre sur la bonne voie. Je continue le Psaume 119.

J’ai réfléchi à ma conduite et j’ai réglé mes pas sur tes commandements. Avant d’avoir été humilié, je faisais fausse route, mais maintenant j’observe ta parole. Le cœur des orgueilleux est insensible, mais moi, ta loi fait mes délices (Psaume 119.59,67,70).

Aveuglés par l’orgueil, les non-croyants sont incapables de discerner les réalités spirituelles.

Tes mains m’ont façonné, donne-moi l’intelligence pour que je comprenne tes ordonnances (Psaume 119.73 ; cp Mt 4.4).

L’homme ne vivra pas de pain seulement mais de toute parole qui émane de Dieu.

Ta parole subsiste dans les cieux pour toujours et ta fidélité d’âge en âge (Psaume 119.89-90 ; cp 1 Pierre 1.25 ; 1 Jean 2.17).

La parole de Dieu et sa fidélité à celle-ci vont main dans la main et sont immuables.

Si ta loi n’avait pas fait mes délices, j’aurais péri dans ma détresse (Psaume 119.92).

La foi dans la justice et bonté de Dieu, révélée dans la parole, préserve du découragement.

J’ai constaté que même ce qui semble parfait a ses limites, tandis que ta parole est éternelle (Psaume 119.96).

Ici-bas tout est passager et l’homme se heurte à des limites infranchissables.

Je suis plus avisé que tous mes maîtres car je médite ta parole et tes commandements me rendent intelligent. Ta parole est une lampe qui guide tous mes pas et une lumière qui éclaire mon chemin. Je hais les indécis et c’est ta Loi que j’aime. Ta parole éclaire. Elle donne de l’intelligence même aux simples. Rends-moi fort par ta parole afin qu’aucun péché ne puisse m’asservir (Psaume 119.99, 104-105, 113, 130, 133).

Celui qui règle sa vie selon les préceptes divins, qui les médite et les met en pratique, prend intuitivement les bonnes décisions au bon moment. II a plus de sagesse et d’intelligence qu’un génie non-croyant et il se préserve de l’esclavage du péché. Par contre, les indécis se contentent de religion, de rites, de liturgie et leur cœur est dans les valeurs mondaines alors que le croyant authentique désire obéir aux commandements moraux de Dieu.

Ta parole est pure de tout alliage, aussi ton serviteur l’aime (Psaume 119.140).

Le croyant aime la parole de Dieu parce qu’elle n’est pas polluée par des idées humaines.

On me persécute sans cause, mais je ne tremble que devant ta parole. Je me réjouis de ta parole comme celui qui trouve un grand trésor (Psaume 119.161-162).

Plus on révère Dieu et sa Parole, et moins on craint les hommes. En tout temps et surtout au milieu des persécutions, la parole de Dieu console et fait la joie du fidèle.

Grande est la paix de ceux qui aiment ta loi. Rien ne peut les renverser (Psaume 119.165).

Celui qui s’accroche aux promesses de Dieu tiendra bon quoiqu’il lui arrive.

Je suis une brebis égarée ; cherche ton serviteur car je n’oublie pas tes commandements (Psaume 119.176).

Cette humble prière qui termine le Psaume 119 exprime la piété et la confiance du psalmiste en l’Éternel.

Nous arrivons au Psaume 120 qui exprime les soupirs d’un Juif habitant au milieu d’un peuple infidèle et barbare, ainsi que les gémissements de la nation d’Israël en butte à l’hostilité des païens. C’est le premier d’une série de quinze psaumes (Psaumes 120-134) appelé  « Cantique des Montées ». Tous les ans, pour les trois fêtes obligatoires (Pâque, Pentecôte, Tabernacles), des caravanes venant de tous les pays se donnaient rendez-vous à une journée de marche de Jérusalem puis cheminaient ensemble vers la ville en chantant ces quinze psaumes.

Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Éternel et il m’a répondu. Ô Éternel, délivre-moi de ceux qui me calomnient ! Comment l’Éternel traitera-t-il ta langue mensongère ? Par une volée de flèches enflammées (Psaume 120.1-4 ; cp Psaume 64.4 ; Proverbe 16.27).

Les peuples hostiles aux colons juifs de retour d’exil disaient toute sorte de mal sur eux à l’empereur perse, mais l’Éternel leur a permis de se rétablir à nouveau.

Malheureux que je suis de séjourner au milieu de peuples hostiles ! Alors que je veux la paix, ces barbares sont pour la guerre (Psaume 120.5-7).

Ces paroles sont remarquables car toujours d’actualité. Les Juifs subissaient une constante guérilla d’où les plaintes du psalmiste à l’égard du monde profane dont ils ont tant souffert dans leur histoire.

févr. 07 2023

Émission du jour | Jean 3.14-36

Dieu a tant aimé le monde

Nos partenaires