Les études

04 avril 2022

#10 Les Israélites traversent la Mer Rouge (Exode 13.21-14.22)

Les Hébreux sont partis en toute hâte en direction du désert et marchent même une partie de la nuit comme s’ils pressentaient un danger. L’Éternel les guide de jour dans une nuée et la nuit dans une colonne de feu (Exode 13.21).

Je commence le chapitre 14.

« L’Éternel dit à Moïse : Changez de direction et dressez vos tentes au bord de la Mer » (Exode 14.1-2).

C’est du sein de la nuée que l’Éternel parle à Moïse. Cela fait bien 3 semaines que les Hébreux marchent d’ouest en est. Ils sont dans une région accidentée qui longe le golfe d’Aqaba. Dieu leur demande maintenant de s’engager au fond d’une série de gorges entrelacées. Ils sont dans un labyrinthe surplombé de sommets très escarpés. Une fois engagés, ils ne peuvent aller que dans une seule direction. Après avoir marché une trentaine de km, le canyon s’ouvre mais ils ne peuvent pas aller plus loin. Ils ont ordre de camper sur l’immense péninsule de Nouvéa en face du bras oriental de la Mer rouge.

« Le pharaon pensera : Les Israélites se sont égarés dans le désert. J’endurcirai le pharaon qui se lancera à votre poursuite, mais je manifesterai ma gloire à ses dépens … et les Égyptiens sauront que je suis l’Éternel. Effectivement, le pharaon et ses serviteurs changèrent d’avis et dirent : nous avons perdu notre main-d’œuvre ! » (Exode 14.3-5).

Cette fois-ci, Dieu va régler le compte de ce despote une fois pour toutes. Le pharaon pensait que les Hébreux emprunteraient la route qui suit la méditerranée vers le nord mais il apprend qu’ils sont dans le désert et marchent en direction de la mer Rouge donc facile à récupérer ce qui le conduit à changer d’avis. Mais ne lui vient-il pas à l’idée que l’Éternel a peut-être encore une surprise pour lui ? Non, car Dieu lui a fait perdre tout bon sens.

« Le pharaon fit atteler son char et mobilisa ses troupes. Chaque char avait un équipage de trois hommes. Il se lança à la poursuite des Israélites » (Exode 14.6-8).

À partir de la 18e dynastie les chars permettent la suprématie de l’Égypte. On sait que les roues ont deux ou quatre rayons et sont renforcées par du bronze. Or, des deux côtés du golfe d’Aqaba, en Égypte et en Arabie Saoudite, on a découvert des corps de corail géométriques qui épousent exactement les formes et dimensions des roues des chars de guerre égyptiens, et même une roue en parfait état car protégée par un alliage or-argent.

Selon les historiens Joseph et Diodore, l’armée égyptienne compte 250 000 hommes et plus de 30.000 chars alors que les Israélites sont dépourvus d’armes et entourés de femmes, d’enfants et de troupeaux. Au mieux, leur situation est désespérée. Les Égyptiens ont plusieurs semaines de retard sur Moïse mais ils se déplacent très rapidement et l’Éternel ne veut surtout pas les ralentir car ils foncent tête baissée et brides abattues vers une petite surprise qu’Il leur prépare.

« Les Égyptiens les rattrapèrent alors qu’ils campaient au bord de la Mer… Ils furent alors saisis d’une grande peur et crièrent à l’Éternel » (Exode 14.9-10).

C’est le vent d’ouest qui fait entendre aux Hébreux des sons qui ressemblent à des chars de guerre. Des guetteurs grimpent alors sur les pics avoisinants et distinguent au loin un immense nuage de poussière qui s’avance dans leur direction. Ils comprennent tout de suite qu’ils sont coincés entre la mer devant, l’armée de pharaon derrière et des montagnes escarpées sur les côtés. C’est Waterloo avant l’heure !

« Ils prirent alors violemment à parti Moïse disant : Pourquoi nous as-tu emmenés mourir dans le désert… » (Exode 14.11-12).

C’est pathétique ! Comme au cinéma, le peuple a vu se dérouler devant ses yeux les jugements de Dieu, puis depuis plus d’un mois il les guide dans le désert, et les voilà qui entonnent la complainte du désert. Il est vrai que sans une intervention divine, il va y avoir un massacre suivi d’une longue colonne de déportés en direction de l’Égypte.

« Moïse répondit : N’ayez pas peur ! Vous ne reverrez plus jamais ces Égyptiens car l’Éternel combattra pour vous. L’Éternel dit à Moïse : Pourquoi ces cris ? Fends la mer en deux avec ton bâton et les Israélites la traverseront à pied sec. Les Égyptiens obstinés vous suivront et ils sauront que je suis l’Éternel quand j’aurai manifesté ma gloire » (Exode 14.13-18).

L’Éternel qui s’étonne de toute cette agitation demande à Moïse quel est le problème. Tenez-vous tranquilles et vous allez voir ce que vous allez voir.

« La colonne de nuée se plaça entre les Égyptiens et le camp d’Israël. D’un côté c’étaient les ténèbres et de l’autre, elle éclairait la nuit » (Exode 14.19-21).

A cause des ténèbres, les Égyptiens n’ont pas pu bouger.

« Moïse étendit sa main sur la Mer, et l’Éternel fit souffler un violent vent d’est, qui refoula la Mer de sorte que les eaux se fendirent et que le fond apparut » (Exode 14.22).

Un vent capable de décorner un bœuf a créé un passage au milieu de la Mer en érigeant un mur d’eau de chaque côté. Selon l’historien Diodore, les pêcheurs en mer Rouge racontaient qu’il y eut un jour où le reflux fut tel que tout le golfe fut changé en terre ferme, puis les eaux sont revenues subitement.

nov. 29 2023

Émission du jour | Romains 15.23 – 16.2

Témoignage et projets de voyage

Nos partenaires