Les études

20 juin 2022

#01 Introduction

L’épître de l’apôtre Paul aux Romains est certainement la pierre angulaire de la foi chrétienne ainsi qu’un chef d’œuvre de la littérature mondiale.

La lettre qu’il envoie à l’église de Rome est appelée « épître » parce que c’est une étude didactique et c’est aussi le plus ancien exemple connu de ce genre littéraire. Bien qu’elle ne soit pas la première à avoir été rédigée, l’épître aux Romains est en tête de tous les écrits des apôtres et à juste titre au vu de son contenu. C’est l’écrit du Nouveau Testament qui est le plus commenté et celui qui a le plus contribué à l’extension du christianisme. Chrysostome, un Père de l’église, se la faisait lire deux fois par semaine. C’est aussi dans cette lettre que le scientifique Michel Faraday trouva la foi. Quand sur son lit de mort on lui demande quelles sont les hypothèses sur lesquelles il réfléchit, il répond :

Aucune ! Ma foi est fermement ancrée en Jésus-Christ, mon sauveur, mort pour moi qui m’a ouvert le chemin du ciel !

L’épître aux Romains a joué un rôle prépondérant pendant toutes les grandes controverses religieuses et en particulier à l’époque de la Réforme. Tout renouveau spirituel de l’Église a été le fruit d’une étude plus approfondie de cette épître car elle explique mieux que toute autre le salut par la foi seule, la relation entre Israël et les nations, ou encore quelle doit être l’attitude du chrétien face aux lois humaines. Une bonne compréhension de cette épître permet aussi de discerner toutes les erreurs qui, au fil des siècles, se sont glissées dans la chrétienté.

Dieu a choisi Paul pour être l’apôtre des païens. Or ceux-ci composent une majorité de l’église de Rome au moment où cette lettre leur est adressée vers l’an 57 de notre ère. Paul est alors à Corinthe en Grèce quand il apprend qu’une croyante de la région a l’intention de se rendre à Rome. Il saute sur l’occasion pour rédiger cette épître aux Romains avant de leur rendre visite dès que possible. À cette époque, Rome compte une importante colonie juive et les premiers chrétiens de cette ville étaient des Juifs qui faisaient partie des trois mille personnes qui s’étaient converties à Jésus-Christ à la prédication de l’apôtre Pierre alors qu’ils se trouvaient à Jérusalem pour célébrer la Pentecôte. Mais au fil du temps, l’église de Rome inclut également de nombreux non-Juifs qui se convertissent au contact de Paul alors qu’il effectue des tournées missionnaires en Asie Mineure, la Turquie actuelle. Ses nombreuses salutations à la fin de l’épître montrent que Paul se considérait comme le père spirituel de cette église.

La première raison pour laquelle Paul écrit cette épître est donc de préparer la communauté chrétienne de Rome à sa venue afin d’exercer un ministère parmi eux. Son deuxième objectif est de développer les principales doctrines chrétiennes comme le salut, l’œuvre du Saint-Esprit ou encore comment l’homme devient juste devant Dieu. Cependant, et selon son habitude, Paul écrit cette épître pour répondre à la situation particulière de ses destinataires. Or, ceux-ci sont divisés en deux clans selon qu’ils sont d’origine juive ou païenne. Pour y remédier, Paul met l’accent sur l’unité des chrétiens dans le Saint Esprit et les exhorte à éviter ceux qui causent des divisions. Il leur demande de dépasser leurs intérêts personnels et leurs différences culturelles et de vivre en paix dans le respect mutuel et l’amour fraternel. D’un côté, il insiste sur la priorité historique des Juifs qui sont le peuple choisi, mais d’un autre, il rappelle qu’il y a un seul Dieu et que tous les hommes sans distinction de race sont sous l’empire du péché, et que tous sont sauvés par la même foi en Jésus. Il montre que Dieu a différé son programme avec Israël et qu’il étend sa grâce à tous les êtres humains. Tout au long de cette épître, il insiste sur la portée universelle de l’Évangile afin de convaincre les chrétiens issus de milieux différents, de vivre en paix leur unité en Jésus-Christ.

Puisque Juifs et païens sont tout autant coupables les uns que les autres, Dieu leur offre le même moyen d’être déclaré justes devant lui par la foi en Jésus-Christ car son sacrifice est la solution et la seule aux problèmes fondamentaux de l’homme. Face à cette voie unique de salut, nul n’a de raison de s’enorgueillir et de mépriser l’autre.

Une autre caractéristique de cette épître est la vivacité avec laquelle l’apôtre défend la justice de Dieu. Étant donné que nous sommes une race corrompue, dépravée et condamnée, dans sa souveraineté, Dieu a parfaitement le droit d’étendre sa grâce à qui il veut et comme bon lui semble.

avril 17 2024

Émission du jour | Esther 5.3 – 6.6

Intercession d'Esther - Hamon poursuit Mardochée de sa haine

Nos partenaires