Les études

30 mars 2022

#01 Introduction – La foi, l’amour, l’espérance (1 Thessaloniciens 1.1-5)

Thessalonique est un port sur la mer Égée. Située à 1 500 km à vol d’oiseau de Jérusalem, c’est la capitale de la province gréco-romaine de la Macédoine et compte 200 000 habitants. En l’an 50-51, lors de son second voyage missionnaire, Paul a une vision et un homme lui dit : « Viens en Macédoine et secours-nous ! » (Actes 16.9). L’apôtre se rend alors dans la ville de Philippes où il fonde une église. Puis, avec ses compagnons, il parcourt 150 km jusqu’à Thessalonique. Dès son arrivée, Paul se rend à la synagogue où il annonce durant trois sabbats que Jésus est le Messie. Puis, une persécution menée contre lui par des Juifs récalcitrants l’oblige à fuir. Cependant, malgré un court séjour, une église est née (Actes 16.40 ; 17.1-15) avec quelques Juifs, mais surtout avec de jeunes croyants d’origine païenne. Après avoir fui de ville en ville, l’apôtre se trouve à Athènes. Comme il s’inquiète pour les croyants de Thessalonique, il leur envoie Timothée. Paul se rend alors à Corinthe où il attend Timothée. Ce dernier revient porteur de bonnes nouvelles malgré quelques problèmes qui vont nécessiter la rédaction de cette première épître aux Thessaloniciens.

Dans cette lettre, l’apôtre apparaît comme un véritable pasteur qui prend soin de ses brebis. Il prie pour ces croyants et leur écrit pour les encourager dans leur foi (1 Thessaloniciens 1.2-10), pour répondre aux accusations dont il fait l’objet de la part des Juifs (1 Thessaloniciens 2.1-12), pour les réconforter alors qu’ils sont persécutés (1 Thessaloniciens 2.13-14), pour exprimer sa joie à cause de leur foi (1 Thessaloniciens 2.17–3.13), pour leur rappeler l’importance de la pureté morale, surtout dans le domaine sexuel (1 Thessaloniciens 4.1-8), un péché qu’il dénonce longuement dans les deux épîtres aux Thessaloniciens. Paul est également préoccupé par l’oisiveté de certains membres de l’église (1 Thessaloniciens 4.9-12) qui ne travaillent plus parce qu’ils croient vivre la fin des temps. Ces croyants mènent une vie déréglée et se mêlent des affaires des autres. L’apôtre écrit aussi pour tenter d’apaiser certaines tensions entre les membres de l’église et surtout pour exhorter les croyants à rester attachés à l’enseignement qu’il leur a donné (1 Thessaloniciens 5.12-22). A ce sujet, et bien qu’il n’ait passé que quelques semaines à Thessalonique, l’apôtre les a instruits dans toutes les doctrines chrétiennes, dont les deux événements eschatologiques bien distincts que sont l’Enlèvement de l’Église et la seconde venue du Christ. Par ailleurs, comme depuis le départ de Paul, certains croyants sont morts, ceux qui restent se demandent ce qu’il arrivera quand Jésus viendra chercher les siens. La réponse consolatrice de l’apôtre contraste fortement avec une inscription trouvée dans la ville et qui dit : « Après la mort pas de retour à la vie ; après la tombe pas de retrouvailles ».

Je commence le texte.

Paul, Silvain et Timothée saluent l’église des Thessaloniciens, qui est avec nous en communion avec Dieu le Père et avec le Seigneur Jésus-Christ. Que la grâce et la paix vous soient accordées (1 Thessaloniciens 1.1).

La communion avec Jésus-Christ est la grande différence entre un chrétien et un Juif. Il faut saisir la grâce de Dieu en Jésus-Christ pour être sauvé mais aussi pour sa vie quotidienne pour jouir de la paix. Contrairement aux autres épîtres, Paul ne fait pas état de son autorité parce que les Thessaloniciens ne la contestent pas. Il associe Timothée et Sylvain à la salutation car tous les trois forment une équipe soudée. Paul n’est pas un franc-tireur, mais il œuvre avec des compagnons de ministère dévoués et fidèles au Seigneur. Sylvain est citoyen romain et membre de l’église de Jérusalem. Timothée est le plus souvent cité parmi les collaborateurs de Paul. La grande différence entre le paroissien et le pasteur est que ce dernier devra rendre compte à Dieu de la façon dont il aura rempli son ministère auprès des paroissiens.

Dans nos prières, nous exprimons constamment notre reconnaissance à Dieu pour vous (1 Thessaloniciens 1.2).

La liste de prière de Paul doit être immense car il prie régulièrement pour tous les croyants qu’il connaît.

Nous nous rappelons sans cesse votre foi agissante, votre amour dévoué et votre ferme espérance, au nom du Seigneur Jésus-Christ (1 Thessaloniciens 1.3 ; cp 1Thessaloniciens 5.8 ; 1Corinthiens 13.13 ; Galates 5.5-6 ; Colossiens 1.4-5).

Paul cite plusieurs fois ces trois vertus fondamentales de la vie chrétienne. On peut aussi les situer dans le temps. La foi en Jésus-Christ a commencé dans le passé, l’amour qui se donne aux autres se manifeste dans le présent, et l’espérance concerne le futur.

Car nous savons, frères bien-aimés de Dieu, que vous avez été élus (1 Thessaloniciens 1.4 ; cp Éphésiens 1.4 ; Jean 1.13 ; Actes 13.46-48 ; Romains 9.15-16 ; 1Corinthiens 1.30 ; Colossiens 1.13 ; 2 Thessaloniciens 2.13 ; 1Pierre 1.1-2).

Paul n’hésite pas à parler de l’élection même si dans la logique humaine elle s’oppose au libre arbitre. Si quelqu’un est sauvé, il le doit uniquement à la grâce de Dieu et s’il est perdu, c’est uniquement de sa faute.

En effet, la Bonne Nouvelle que nous annonçons, ne consiste pas seulement en paroles, mais aussi avec la puissance et la présence du Saint Esprit, et avec une pleine conviction. Et vous savez comment nous nous sommes comportés parmi vous, pour votre bien (1 Thessaloniciens 1.5 ; cp 1Pierre 1.23 ; Hébreux 4.12).

janv. 30 2023

Émission du jour | Jean : Introduction

Qui est Jésus ?

Nos partenaires