Les émissions

22 août 2025

Ézéchiel 45.9 – 48.30

Chapitre 45

Versets 9-10 a

Il est bien rare que dans le journal du matin il n’y ait pas un article concernant une « affaire », quelqu’un qui a profité de sa position pour se garnir les poches. Ceux qui se font prendre la main dans le sac appartiennent à tous les milieux, politiciens en tête bien sûr. Mais la corruption n’est pas une pratique nouvelle, c’est vieux comme le monde et c’est pour cette raison que les pompes à essence ou les balances publiques sont vérifiées par le bureau des poids et mesures. Je continue de lire dans le chapitre 45 du livre d’Ézéchiel.

Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : C’en est assez, princes d’Israël ! Mettez un terme à la violence et au pillage ! Appliquez le droit et la justice ! Cessez d’expulser mon peuple de ses terres, le Seigneur, l’Éternel, le déclare. Ayez des balances justes (Ézéchiel 45.9-10 a).

L’Ancien Testament aborde souvent la question des poids et mesures justes. Les princes d’Israël sont les chefs des douze tribus, et pendant le millénium, ils auront à charge de faire régner la justice alors que dans le passé, ceux qui dirigeaient le pays avaient la fâcheuse tendance à opprimer et extorquer le petit peuple.

Verset 17 b

Je continue plus loin.

Dans toutes les fêtes cultuelles de la communauté d’Israël, c’est lui (le prince) qui pourvoira aux sacrifices pour le péché, à l’offrande, à l’holocauste et aux sacrifices de communion afin de faire l’expiation pour la communauté d’Israël (Ézéchiel 45.17 b).

J’ai déjà dit que pendant le millénium, l’un des buts des sacrifices sera de réconcilier celui qui a enfreint la loi avec le gouvernement messianique, un peu comme quand on paie une amende. Mais ces sacrifices rappelleront aussi que Dieu est saint et que lui désobéir est une faute très grave. De plus, ils commémoreront le sacrifice du Christ, car la vue de ces animaux égorgés, brûlés rappellera ce que Jésus a dû endurer et souffrir pour racheter l’humanité, et donc combien notre salut éternel est précieux.

Enfin, pendant le règne de leur Messie, les Israélites obéiront scrupuleusement à la loi théocratique du royaume, y compris l’observation des fêtes avec les sacrifices qui y sont attachés alors que dans leur histoire ils n’ont observé les prescriptions de la Loi que de manière épisodique et très désinvolte. De ce fait, ils compenseront d’une certaine manière, la rébellion de leurs ancêtres. « Mieux vaut tard que jamais », comme on dit.

Versets 18-19

Je continue.

Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : le jour de l’an on prendra un jeune taureau sans défaut et l’on fera l’expiation pour le sanctuaire. Le prêtre prendra du sang de la victime du sacrifice pour le péché et en appliquera sur les montants de la porte du Temple, sur les quatre angles du socle de l’autel et sur les montants de la porte du parvis intérieur (Ézéchiel 45.18-19).

Le premier mois de l’année religieuse israélite (Abib ou Nisan après la captivité babylonienne ; Néhémie 2.1 ; Ésaïe 3.7) se situe à cheval sur mars-avril. La cérémonie décrite a lieu au moment de la première nouvelle lune de l’année et commence par un sacrifice d’expiation qui précède l’holocauste habituel des nouvelles lunes (Ézéchiel 46.6). Son but est de purifier le sanctuaire (comparez Ézéchiel 43.26), rituellement bien sûr puisque comme l’écrit l’auteur de l’épître aux Hébreux :

Il est impossible que du sang de taureaux et de boucs ôte les péchés (Hébreux 10.4).

Sous la loi de Moïse, dans les sacrifices d’expiation, du sang est aspergé devant le voile du Lieu très saint (Lévitique 4.6), sur les cornes de l’autel des parfums et au pied de l’autel des holocaustes. Ici, l’aspersion est faite sur les montants de l’entrée du sanctuaire puis sur le cadre de l’autel des holocaustes (Ézéchiel 43.20), et enfin sur les montants de la porte qui donne accès à la cour des prêtres où le simple Israélite ne peut pas entrer. Mais du parvis extérieur, il peut quand même voir l’offrande du sang versé à son intention.

Verset 20

Je continue.

On agira de même le septième jour du mois, pour l’homme qui aura péché par ignorance ou par inadvertance. Vous accomplirez ainsi le rite d’expiation pour le Temple (Ézéchiel 45.20).

Cette seconde purification qui est répétée le septième jour du mois ne se trouve pas dans la loi de Moïse. Elle remplace le grand sacrifice annuel d’expiation appelé Yom Kippour (qui a lieu le dixième jour du septième mois ; Nombres 29.7 ss. avant la fête des Cabanes). Dans le millénium, cette purification précédera la Pâque (Ézéchiel 45.21) et sera faite au commencement de l’année. Son but est d’effacer, rituellement, tout ce qui a pu être oublié dans l’année écoulée.

Versets 21-22

Je continue.

Le quatorzième jour du premier mois, vous célébrerez la fête de la Pâque. Elle durera une septaine de jours pendant lesquels on mangera des pains sans levain. Le prince offrira ce jour-là un taureau en sacrifice pour le péché, pour lui et pour tout le peuple du pays (Ézéchiel 45.21-22 ; Autre).

Pendant le millénium, la Pâque sera célébrée au même moment et selon les mêmes règles que sous la loi de Moïse (Nombres 28.16 ; Exode 13).

Verset 23

Je continue.

Pendant les septaines de jours de la fête, il (le prince) offrira chaque septaine en holocauste à l’Éternel sept taureaux et sept béliers sans défaut, et un bouc en sacrifice pour le péché (Ézéchiel 45.23 ; Autre).

Sous la loi de Moïse, la Pâque juive dure 7 jours, mais celle du millénium s’étendra sur des « septaines de jours », une expression qui signifie sept fois sept, donc 49 jours. La clôture de la fête se fera le cinquantième jour, ce qui correspond à l’ancienne Pentecôte qui sous la Loi s’appelle « la fête des (sept) semaines » (comparez Exode 34.22 ; Deutéronome 16.9, 10).

Verset 25

Je continue plus loin et finis de lire le chapitre 45.

Le quinzième jour du septième mois, lors de la fête, il offrira pendant sept jours les mêmes sacrifices pour le péché, les mêmes holocaustes, les mêmes offrandes et la même quantité d’huile (Ézéchiel 45.25).

Cette fête est celle des Cabanes aussi appelée Tabernacles (Lévitique 23.34-36 ; Nombres 29.12).

Chapitre 46

Versets 1-2

Nous arrivons au chapitre 46 d’Ézéchiel qui règle les modalités des sacrifices pour les sabbats, les nouvelles lunes et les fêtes. Je commence à le lire.

Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : La porte orientale du parvis intérieur restera fermée les six jours de travail. Mais le sabbat et le jour de la nouvelle lune, elle sera ouverte. Le prince, venant de l’extérieur, entrera par le portique de la porte et se tiendra près du montant de la porte. Les prêtres offriront son holocauste et ses sacrifices de communion. Il se prosternera sur le seuil de la porte, puis se retirera, et la porte ne sera plus refermée avant le soir (Ézéchiel 46.1-2).

La porte orientale donnant sur le parvis extérieur qui est la cour intérieure est constamment fermée (Comparez Ézéchiel 44.2) parce qu’elle a été empruntée par l’Éternel en la personne du Messie. Il en serait de même de celle qui donne sur le parvis intérieur, c’est-à-dire la cour des prêtres, seulement les besoins du culte demandent à ce qu’elle soit ouverte de temps en temps.

Le prince peut se tenir sur le seuil pour suivre l’offrande des sacrifices sur l’autel des holocaustes, mais il ne lui est pas permis d’entrer dans la zone réservée aux seuls prêtres. Il ne possède plus les privilèges spéciaux qui étaient accordés aux rois de Juda (1Rois 8.22 ; 2Rois 11.14 ; 23.3).

Verset 9

Je continue plus loin.

Et quand les gens du peuple viendront devant l’Éternel lors des fêtes cultuelles, ceux qui entreront par la porte nord pour se prosterner, sortiront par la porte sud, et ceux qui entreront par la porte sud, sortiront par la porte nord. On ne repassera pas la porte par laquelle on sera entré, on sortira par la porte opposée (Ézéchiel 46.9).

Par respect pour l’Éternel, celui qui participe au culte ne doit pas se contenter d’un simple aller-retour, mais traverser toute l’enceinte sacrée sans revenir sur ses pas.

Verset 13

Je continue plus loin et finis de lire le chapitre 46.

On offrira chaque jour en holocauste à l’Éternel un agneau d’un an sans défaut. On l’offrira chaque matin (Ézéchiel 46.13).

Le nombre de victimes offert n’est pas arbitraire mais proportionnel à la solennité des circonstances auxquelles chaque sacrifice se rapporte. Chaque matin, un agneau ; le jour du sabbat, six agneaux et un bélier. Pour la nouvelle lune, six agneaux, un bélier et un taureau. Pour la fête des Cabanes, sept béliers et sept taureaux. Et pour Pâques, sept béliers et sept taureaux répétés sept fois, c’est-à-dire un bélier et un taureau tous les jours pendant les septaines de jours soit les 49 jours que dure cette fête.

Ézéchiel explique ensuite comment le prince peut disposer de son patrimoine, mais en aucune façon il ne lui est permis de confisquer les biens d’autrui comme l’ont fait certains rois israélites (1Rois 21). Puis l’ange fait visiter au prophète les cuisines des prêtres et celles pour le peuple lorsqu’ils mangent les animaux sacrifiés. Le souci d’une séparation stricte entre le sacré et le profane est toujours bien présent.

Chapitre 47

Verset 1

Nous arrivons au chapitre 47 qui avec le 48 décrit la topographie autour du Temple. Je commence de le lire.

L’homme me ramena vers l’entrée du Temple. Et je vis que de l’eau jaillissait de dessous le seuil du Temple, du côté oriental, la façade du Temple étant à l’est, et l’eau s’écoulait du côté sud de l’édifice en passant au sud de l’autel (Ézéchiel 47.1).

Le guide amène Ézéchiel du parvis extérieur où il se trouvait (Ézéchiel 46.21) au parvis intérieur, c’est-à-dire dans la cour des prêtres devant l’entrée du Lieu saint du Temple. Là, à ses pieds, il aperçoit une source d’eau qui jaillit et provient des fondations du sanctuaire ; ce ruisseau est une émanation de la vie divine. Ce phénomène est repris dans le livre de l’Apocalypse où l’apôtre Jean écrit :

L’ange me montra le fleuve de la vie, limpide comme du cristal, qui jaillissait du trône de Dieu et de l’Agneau (Apocalypse 22.1).

Pour montrer à Ézéchiel ce que deviennent ces eaux, l’ange le fait sortir du complexe du Temple, puis longer l’enceinte jusqu’à la porte est où elles réapparaissent après avoir traversé des murs et des terrasses. Selon le prophète Zacharie (14.8), ce cours d’eau se sépare en deux bras, l’un qui va à l’ouest vers la Méditerranée et celui que voit Ézéchiel va au sud-est en direction de la Mer morte.

Cette mer fait environ 73 km de long par 18 de large en son milieu et elle est à presque 400 m en dessous du niveau de la Méditerranée. Elle est appelée morte parce que sa densité de sel six fois supérieure aux autres mers y rend la vie impossible.

Versets 3-4

Je continue plus loin.

L’homme s’éloigna vers l’est, un cordeau à la main. Il mesura mille coudées en aval et me fit traverser l’eau ; elle m’arrivait jusqu’aux chevilles. Il mesura encore mille coudées et me fit de nouveau traverser : l’eau me venait jusqu’aux genoux. Il mesura encore mille coudées et me fit traverser : l’eau me venait jusqu’à la taille (Ézéchiel 47.3-4).

L’ange et Ézéchiel s’éloignent de 565 mètres deux fois de suite et le prophète traverse ce cours d’eau sans difficulté. Cependant, il constate que sa profondeur a augmenté, que c’est un véritable torrent sans l’apport d’un affluent. Ce phénomène extraordinaire montre que ces eaux ont la vertu de se multiplier d’elles-mêmes.

Versets 5-6

Je continue.

Il mesura encore mille coudées : maintenant c’était un torrent que je ne pouvais plus franchir, car l’eau était si profonde qu’il fallait nager. On ne pouvait plus le traverser autrement. Il me dit : Fils d’homme, as-tu vu ? Puis il me ramena sur le bord du torrent (Ézéchiel 47.5-6).

Le guide veut dire : « As-tu vu ce grossissement rapide ? Eh bien, il continue de la même manière. Maintenant, viens voir autre chose ».

Verset 7

Je continue le texte.

Lorsque j’y fus revenu, j’aperçus, sur les deux rives, des arbres en très grand nombre (Ézéchiel 47.7).

Quand Ézéchiel revient sur ses pas, il est surpris de voir de nombreux arbres sur les deux rives de la rivière car ils viennent de pousser en un temps record pendant que le prophète descendait le cours d’eau. Il a assisté à une explosion de vie, parce que à mesure que les eaux se reproduisent, elles font pousser des arbres.

Versets 8-9

Je continue.

L’homme me dit : Ces eaux s’écoulent vers la région est du pays, elles descendent dans la plaine du Jourdain et se jetteront dans la mer Morte. Quand elles se déverseront dans la mer, celle-ci sera assainie. Partout où passera le double torrent, les animaux foisonneront (comparez Genèse 1.20-21) et pourront vivre, et il y aura beaucoup de poissons, car ces eaux viendront assainir la mer, et la vie se développera sur le passage du torrent (Ézéchiel 47.8-9).

Le cours d’eau issu du sanctuaire qui devient une rivière rejoint le Jourdain un peu au nord de son embouchure dans la mer Morte. Ensemble ils forment alors un double torrent qui apporte la vie partout où il passe et en particulier à la mer Morte dans laquelle il va se jeter.

Verset 10

Je continue.

Sur les rives de la mer s’établiront des pêcheurs depuis Eyn-Guédi jusqu’à Eyn-Eglaïm, on étendra des filets et les poissons de toute espèce seront très abondants, tout comme dans la mer Méditerranée (Ézéchiel 47.10).

Eyn-Guédi est une petite oasis à la végétation luxuriante (comparez Cantique des cantiques 1.14) située à peu près au milieu de la rive occidentale de la mer Morte. La localité d’Eyn-Eglaïm est inconnue mais probablement aussi sur la même rive.

Verset 11

Je continue.

Mais ses marais et ses lagunes ne seront pas assainis, ils seront laissés en salines (Ézéchiel 47.11).

Au printemps, quand la Mer morte déborde, ses eaux se répandent dans les terrains bas qui l’entourent, puis en été, avec la sécheresse, ces étangs s’évaporent en laissant une épaisse couche de sel. Ézéchiel a vu ces petits lacs qui sont séparés du bassin principal.

Verset 12

Je continue.

Le long du torrent, sur chacune de ses rives, croîtront toutes sortes d’arbres fruitiers dont le feuillage restera toujours vert et dont les fruits ne s’épuiseront jamais. Chaque mois ils porteront de nouveaux fruits grâce aux eaux provenant du sanctuaire qui les arroseront. Leurs fruits seront bons à manger et leurs feuilles serviront de remèdes (Ézéchiel 47.12).

Cette rivière, source de prospérité et de santé permanente, produit des conditions de vie paradisiaques qui rappellent le jardin d’Éden (Genèse 2.6-17 ; comparez Apocalypse 22.2).

Versets 13-14

Je continue en compressant.

Vous délimiterez les lots du pays pour le partager entre les douze tribus d’Israël, chacun ayant une part équivalente à celle de l’autre. Car j’ai juré de le donner à vos ancêtres, et il vous reviendra comme patrimoine (Ézéchiel 47.13-14 ; comparez Ézéchiel 20.5-6 ; 36.28 ; Genèse 12.7 ; 26.3 ; 28.13).

Ézéchiel revient au pays d’Israël. Tout comme Dieu entre dans son repos en prenant possession de son Temple (Ézéchiel 43), ainsi le peuple élu n’entrera dans son repos qu’une fois que son pays sera réellement à lui. La nouvelle Terre Promise fera environ 220 km de long par 66 de large. Elle est donc plus grande que le pays délimité par Dieu à Moïse (Nombres 34.1-15).

Contrairement à la répartition faite par Josué (Nombres 26.52-54), chaque tribu reçoit un territoire équivalent et qui fait environ 1090 km carrés, un chiffre qu’on obtient après avoir soustrait les superficies de la partie centrale, c’est-à-dire le Temple, la ville sainte et ses terrains ainsi que les patrimoines du prince, des Lévites et des prêtres.

La suite du texte établit les limites de chaque tribu et elles sont sensiblement remaniées par rapport à ce qu’elles étaient au temps de David et Salomon ; de plus, les territoires à l’est du Jourdain ne sont pas inclus (comparez Nombres 34.1-12).

Versets 21-23

Je continue plus loin et finis de lire le chapitre 47.

Vous vous partagerez ce pays entre les tribus d’Israël. Vous le répartirez en tirant au sort les parts d’héritage pour vous et pour les étrangers qui résident au milieu de vous et qui ont eu là des enfants. Vous les traiterez comme les Israélites de souche, ils tireront leurs parts au sort avec vous, au milieu des tribus d’Israël. C’est dans la tribu même où l’étranger est installé que vous lui donnerez son patrimoine, le Seigneur, l’Éternel, le déclare (Ézéchiel 47.21-23).

Puisque tous ceux qui entrent dans le millénium sont croyants, ces étrangers qui habitent au milieu d’Israël sont peut-être ceux qui ont risqué leur vie en protégeant les Juifs pendant les persécutions de l’Antichrist (comparez Matthieu 25.31).

Chapitre 48

Introduction

Nous arrivons au dernier chapitre du livre d’Ézéchiel où il donne les limites des douze tribus, celles de la partie centrale consacrée à l’Éternel (Ézéchiel 48.8-22), les limites du domaine du prince, ainsi que les dimensions de Jérusalem avec ses douze portes. Le pays est divisé en bandes horizontales parallèles de même dimension. Les tribus des servantes de Rachel et Léa, les deux femmes de Jacob, se trouvent aux extrémités du pays. Sept tribus sont au nord du complexe du Temple (Ézéchiel 48.1-7) et six au sud (Ézéchiel 48.23-29).

Tout en haut se trouve Dan, puis vient Aser, fils de la servante de Léa ; il est placé entre les deux fils de la servante de Rachel, Dan déjà cité et Nephtali en-dessous. Les tribus suivantes sont Manassé puis Éphraïm fils de Joseph ; elles se suivent comme autrefois mais elles sont plus au nord qu’auparavant parce qu’elles remplacent les tribus de Zabulon et d’Issachar envoyées dans la partie sud.

Ensuite vient Ruben qui est prudemment interposé entre les deux tribus jadis rivales d’Éphraïm et de Juda qui est transposé au nord.

Puis nous arrivons à la partie centrale qui comprend le complexe du Temple avec les habitations des prêtres. Les propriétés des Lévites leur sont juxtaposées au nord, et Jérusalem avec ses terrains agricoles pour nourrir la ville sont au sud du Temple. Cet ensemble central forme un carré de 13,5 km de côté. De part et d’autre de ce carré, les deux bandes de terrain, l’une allant jusqu’à la Méditerranée et l’autre jusqu’au Jourdain, sont la propriété du prince (Ézéchiel 48.22 ; comparez Ézéchiel 45.1-8). Elles font chacune environ 14 km du nord au sud et 25 d’est en ouest. Comme les deux moitiés du domaine du prince sont de chaque côté du carré sacré, par sa position il est le protecteur du sanctuaire.

Au sud du complexe du Temple se trouvent dans l’ordre en descendant, les tribus de Benjamin, Siméon, Issacar, Zabulon et enfin Gad qui est à l’extrême sud.

Une fois le partage du pays terminé, ce sont les portes d’entrée de la ville sainte qui sont décrites (comparez Apocalypse 21.12).

Versets 31-34

Je lis quelques verset.

Du côté nord se trouveront les portes de Ruben, de Juda et de Lévi. Du côté est, celles de Joseph, de Benjamin et de Dan. Du côté sud, les portes de Siméon, d’Issacar et de Zabulon. Et du côté ouest celles de Gad, d’Aser et de Nephtali (Ézéchiel 48.31-34).

La capitale du millénium n’est plus comme auparavant située dans le territoire de l’une des tribus. Ces douze noms sont des mentions honorifiques qui représentent les douze fils de Jacob et non pas les treize tribus (13 parce que les deux fils de Joseph forment chacun une tribu). Les trois portes du nord et les trois du sud reçoivent les noms des six fils de Léa. Ruben, Juda et Lévi sont placés au nord, Siméon, Issachar et Zabulon au sud, comme ils le sont dans la répartition du pays.

Les trois premiers situés au nord ont une place plus honorable ; Ruben comme étant le premier-né, Juda comme ayant reçu, par la bénédiction de Jacob, le rang de premier-né, et Lévi comme représentant les premiers-nés d’Israël. À l’est et occupant aussi une position privilégiée, se trouvent Joseph et Benjamin, les deux fils de Rachel, la femme préférée de Jacob, ainsi que Dan, fils aîné de la servante de Rachel. Enfin, les trois derniers mis à l’ouest sont les trois autres fils de deux servantes.

Verset 35

Le chapitre 48 et le livre d’Ézéchiel se terminent ainsi :

Et le nom de la ville sera désormais : Yaweh shammah, c’est-à-dire L’Éternel est ici (Ézéchiel 48.35).

La gloire de Dieu qui avait quitté Jérusalem (Ézéchiel 8–11) est désormais de retour (Ézéchiel 44.1-2). En la personne du Messie, l’Éternel est non seulement dans le Temple mais aussi dans la ville sainte. Toutes les promesses faites par Dieu à Israël ont été tenues. « L’Éternel est ici » est le couronnement de l’histoire d’Israël.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 07 2023

Émission du jour | Jean 3.14-36

Dieu a tant aimé le monde

Nos partenaires