Les études

16 juin 2022

#04 La folie des Galates (Galates 2.19-3.12)

Pierre et les Juifs croyants sont libérés des exigences rituelles de la Loi, mais s’ils essaient encore de lui obéir et ne le font pas parfaitement, ils la transgressent et sont coupables d’un péché. Les Judaïsants enseignent que la foi en Jésus sans obéir à la Loi viole la justice légale, mais c’est ignorer qu’après avoir accompli toute la Loi, Jésus l’a abolie. Cependant, ceux qui cherchent encore à devenir justes devant Dieu en lui obéissant, sont condamnés et maudits car il est impossible à l’homme de se conformer à toutes ses exigences sans jamais faillir.

La Loi m’a condamné à mort afin que je vive pour Dieu. En effet, comme j’ai été crucifié avec le Christ, ce n’est plus moi qui vis mais c’est le Christ qui vit en moi. Maintenant, je vis par la foi au Fils de Dieu qui, par amour pour moi, est mort pour moi Galates 2.19-20).

Le rôle de la Loi était de révéler le péché, or le salaire du péché c’est la mort. Par contre, Jésus a satisfait toutes les exigences de la Loi sans jamais faillir. Ainsi, d’une part, il a prouvé qu’il était saint et sans péché, et d’autre part, il impute, il attribue son obéissance parfaite à la Loi à tous ceux qui lui font confiance. Par ma foi en Jésus, j’ai donc accompli toute la Loi. En plus, comme je suis identifié à Jésus sur la croix, la Loi n’a plus de prise sur moi parce que je suis légalement mort à la Loi. Pour celui qui remet à Jésus sa vie, sa destinée et qui renonce à ses prétentions de se sauver lui-même, Jésus a tout accompli pour lui : l’obéissance parfaite à la Loi, le paiement de la dette de son péché et sa mort aux exigences de la Loi.

Ainsi, je ne rejette pas la grâce de Dieu en revenant à la Loi. En effet, si c’est l’obéissance à la Loi qui permet d’être déclaré juste, alors le Christ est mort pour rien ! (Galates 2.21).

Par sa conduite hypocrite, l’apôtre Pierre a dit haut et fort qu’il fallait respecter la Loi pour être juste devant Dieu. Quiconque croit pouvoir gagner le salut en obéissant à la Loi n’a besoin ni de la grâce de Dieu ni du sacrifice de Jésus-Christ. C’est l’attitude des Judaïsants et de tous ceux qui pratiquent une religion pour obtenir la faveur de Dieu.

Je commence le chapitre 3.

Ô Galates insensés ! Qui vous a ensorcelés alors que la mort de Jésus-Christ sur la croix a été si clairement annoncée parmi vous ? Dites-moi : est-ce en obéissant à la Loi que vous avez reçu le Saint-Esprit ou parce que vous avez accueilli la Bonne Nouvelle par la foi ? Êtes-vous à ce point stupide ? Après avoir commencé avec l’Esprit de Dieu, vous comptez atteindre la perfection en vous appuyant sur votre nature déchue? J’espère que vous n’êtes pas passés par toutes ces expériences pour rien (Galates 3.1-5).

Paul est brutal afin de secouer de leur torpeur les Galates qui se sont laissés bernés comme des enfants de chœur par les Judaïsants. Il faut savoir qu’au premier siècle, le changement de vie de ceux qui se convertissent au Seigneur et les signes miraculeux qui l’accompagnent, étaient beaucoup plus spectaculaires qu’ils ne le sont aujourd’hui, du moins en Occident, à cause du contraste saisissant qui existait alors entre la lumière resplendissante de l’Évangile et les profondes ténèbres du paganisme d’où sortaient les croyants non-Juifs. Après avoir expérimenté le ciel sur la terre, pour ainsi dire, et peut-être souffert pour le Seigneur, Paul a du mal à comprendre comment les Galates peuvent retourner leur veste si promptement.

Tout comme Abraham fit confiance à Dieu et qu’il fut déclaré juste par sa foi, reconnaissez que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d’Abraham (Galates 3.6-7 ; Genèse 15.6).

Abraham a précédé Moïse et la Loi, et parce qu’il a cru Dieu, sa foi lui fut compté comme sa justice, et cela avant même d’être circoncis qui devint ensuite la marque de l’alliance avec Dieu. Ce ne sont pas les Juifs, les descendants naturels d’Abraham qui sont ses fils spirituels, mais tous ceux qui ont la même foi que lui.

Prévoyant que Dieu justifierait les non-Juifs par la foi, l’Écriture a annoncé d’avance à Abraham : tu seras une source de bénédictions pour toutes les nations. Ainsi, tous ceux qui, comme Abraham, font confiance à Dieu, sont bénis avec lui (Galates 3.8-9).

La personnification de l’Écriture était une figure de style courante chez les Juifs. C’est parce qu’ils ont la foi et non parce qu’ils obéissent à la Loi que Dieu déclare Juifs et païens justes devant lui. Abraham est devenu le père des croyants parce qu’ils ont la même foi que lui.

Par contre, tous ceux qui comptent sur leur obéissance à la Loi sont sous la malédiction ; car il est écrit : Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi (Galates 3.10).

Celui qui veut gagner son salut doit obéir aux six cents treize commandements de la loi de Moïse 24 h sur 24, tous les jours de sa vie en pensées, paroles et actions ? Bon courage !

La plupart des gens biens croient que, s’il y a un Dieu, leur religion ou les bonnes œuvres leur ouvriront la porte du ciel, mais ils ignorent les exigences de Dieu.

Que nul ne sera déclaré juste devant Dieu par son obéissance à la Loi est évident puisque l’Écriture déclare : le juste vivra par la foi. La Loi est indépendante de la foi car elle dit: « Celui qui obéit aux commandements vivra » (Galates 3.11-12 ; Lévitique 18.5).

févr. 06 2023

Émission du jour | Jean 3.1-13

Jésus et Nicodème : la nouvelle naissance

Nos partenaires